MESSAGES 2006

5 JANVIER 2006

Père rené Marie Rose ,soeur Marie Blanche(alt)

Résidence Saint Victor, jeudi 5 janvier 2006.
Les incessants avertissements de la Vierge et l'enseignement du Christ sur sa Mère présente depuis le commencement dans la Pensée de l'Éternel.

Veillez et priez, car votre adversaire comme un lion rugissant va et vient cherchant qui dévorer, voilà l'avertissement que le premier pape, saint Pierre, donnait à ses fidèles et que l'Église répète constamment dans les lectures des Prières du temps présents ( 1 P 5, 8-9a). La Vierge de manière circonstanciée nous répète cet avertissement. Nous n'y ferons jamais assez attention.

Et c'est sans doute parce qu'on n'y a pas tellement veillé que l'Ennemi a pu dévorer la moitié de l'Église. " L'Église doit parler du démon ", dit le Cardinal COTTIER, théologien de Jean-Paul II, préfaçant un livre de Don Amorth, infatigable exorciste de Rome. Il y a une dizaine d'années, à la télévision de Paris, le Père Ducocq, théologien dominicain, a voulu convaincre les spectateurs que le démon n'existe pas et n'est qu'une personnification du mal ou de l'illusion.

La Sainte Vierge -

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit,

L'assistance -

Amen !

La Sainte Vierge -

Mes enfants, merci d'être toujours à mon écoute. Vous savez, mes enfants, ce n'est pas à force de m'écouter chaque jour que vous allez me croire, parce que, d'abord, votre cœur m'a tellement tant aimée que vous tous, vous croyez en moi. Je vous aime, je vous aime, je vous aime, et mon amour est infini.
Le savez-vous, mes enfants ? L'Ennemi ruse actuellement, mais je suis à vos côtés. Le Dragon rouge a défié l'Église mais il ne pourra rien contre l'Église. L'Église sera au-dessus de tout, la moitié restante va vaincre l'Ennemi, au nom de la puissance de la main droite du Père, la moitié de mon Église va vaincre l'Ennemi par la puissance de mon Cœur Immaculé. Marie Rose, réjouis-toi comme tes Parents conseillers devraient se réjouir, car la grâce de Dieu vous habite. N'ayez crainte de rien. L'ennemi ruse mais il ne pourra rien contre cette mission qui est mondiale, puisque c'est tout le monde entier qui est mis en jeu, la vie de tout le monde entier.
Ton Père conseiller est bien placé pour savoir ce que tu as comme mission et pourquoi vous souffrez tellement en ce monde, ainsi que ta Sœur conseillère. Merci d'être mon écoute, mes enfants, au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit,

L'assistance -

Amen !

Marie Rose -

Merci Mère, d'être venue à notre rencontre.

Le Seigneur -

La paix soit avec vous mes amis, Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

Le Seigneur -

Mes amis, je vous remercie d'être toujours à mon écoute, comme tout à l'heure ma Mère vous a dit qu'elle vous remerciait d'être toujours à son écoute. Mais René, mon ami, si tu le veux, je vais bien décortiquer à mon peuple ce qu'il y a.
Comme au commencement le Verbe était auprès de Dieu, au commencement ma Mère, son âme aussi, était auprès de Dieu, et ses souffrances de mère étaient auprès de Dieu mon Père. Pour te dire, mon ami René, ainsi que mon épouse Marie Blanche, c'est " pour la forme " que ma Mère a connu les douleurs de l'enfantement car elle n'a pas connu le péché originel. Elle n'a pas connu le péché originel mais Dieu ne lui a pas épargné les souffrances d'une mère. Et sache, mon ami René, que si tu veux encore comprendre davantage, je ne suis nul autre que le Lion de Juda, ainsi soit-il.
Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

Commentaire de Marie Rose.

Marie Rose -

Le Christ m'a dit que sa Mère n'a pas connu le péché originel. Mais Dieu ne lui a pas épargné la souffrance de mère. Elle a donc droit à la vénération. Le Christ veut que l'Église revienne sur cette vérité afin d'honorer la Mère de Dieu comme lui il l'honore.

suite

8 Janvier 2006

Tâmpùì, dimanche, Épiphanie 8 janvier 2006.

Les tribulations de la mission.

La veille, Marie Rose était malade, de ces maux bizarres qui sont d'autant plus pénibles qu'ils sont inopinés et les médecins ne semblent pouvoir en donner quelque explication vraiment satisfaisante et nous épuisent en ordonnances ruineuses. Et on lui avait fait une opération d'un furoncle douloureux qui rendait sa position assise difficile et lui donnait de la fièvre ; et l'on avait prescrit des antibiotiques. Dans mon compte vide, je venais de recevoir des dons, 305 Euros (200.000 Francs Cfa). Je retirai cela pour régler le loyer, l'électricité, l'eau, ces ordonnances, les antibiotiques et le traitement préventif des cycles douloureux. Il restait alors 700 FF, soit 70.000 F Cfa, 107 Euros.

Et voilà que dans la nuit du samedi au dimanche, je suis réveillé à 2 heures du matin par Marie Rose à la clinique où les médecins luttaient contre ses maux qui ressemblaient à un empoisonnement. Et les 305 Euros que j'avais donné pour régler les problèmes susdits sont employés dans les remèdes des ordonnances et on me réclamait les 700 F (107 Euros) restants. Donc, les 305 Euros que j'avais eus, jubilant de pouvoir régler les problèmes me sont arrachés me laissant avec mes problèmes. C'est dans des circonstances semblables, au moment où je suis démuni, que d'autres personnes qui ont amené Marie Rose à la clinique se sont endettées pour les soins en espérant que plus tard je vais régler ces dettes. Si bien que malgré mes efforts d'organisation du budget et mon espoir constant d'en sortir, je patauge continuellement dans ces drames avec la crainte de fatiguer nos bienfaiteurs et bienfaitrices.

Aujourd'hui je me retrouvais fatigué, littéralement exténué et désespéré. Surtout que moi-même je me trouvais douloureusement malade. En plus des questions théologiques que je posais au Christ, je lui présentais aujourd'hui ma propre maladie, les maux incurables et ruineux de Marie Rose, me demandant pourquoi lui et sa Mère ne guérissaient-ils pas Marie Rose de ces douleurs, et nous de ces ruines incessantes. Pourquoi, nous laissent-ils pratiquement entre les mains du démon qui prend plaisir à nous tourmenter sans cesse et gêne ainsi notre travail.

C'est avec ces problèmes et ces questions douloureuses qu'en cet après-midi de l'Epiphanie 2006 nous commençons la messe dans l'attente de nos Visiteurs célestes. Et ce fut le Christ qui nous adressa la parole pour nous répondre. Mais auparavant, quand Marie Rose était encore chez elle, couchée sur son lit, le Christ était venu déjà lui donner la réponse de ma question sur les maladies et les indispositions de la voyante.
La messe ayant commencé comme d'habitude, le Christ et sa Mère sont au rendez-vous dès le début au moment de la prière pénitentielle. Et c'est le Christ, ai-je dit, qui prend la parole pour répondre à ma question mariologique et à celle concernant la mauvaise santé de la voyante qui la tourmente et nous ruine.

Le Seigneur -

La paix soit avec vous, mes amis, au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit,

L'assistance -

Amen !

Le Seigneur -

Mes amis, sachez que l'heure est grave, mais je ne vous quitte même pas un seul instant, non plus ma Mère ainsi que la présence de Dieu le Père. Qu'est-ce que je puis encore vous dire sinon que j'ai besoin de la confiance de chacun de vous.

Les souffrances de la Mère du Christ.

C'est vrai, mon ami René, que tu demandes davantage d'explications sur la maternité de ma Mère. Sache que mes élus sont très nombreux, mais chacun a sa mission et l'Esprit aussi parle à qui il veut et comme il veut. Si bien que des fois, je vais te dire ceci, ton esprit est trop faible pour comprendre les mystères du Père, du Fils et du Saint Esprit.

Ma Mère n'a pas connu les souffrances de la maternité comme ton esprit, à cette affirmation, l'imagine. Le Père avait dit que toute femme souffrira lors de son enfantement, mais au moment où l'âme de ma Mère a été élevée vers le Père, elle a été préservée de toute tâche. C'est en ce moment qu'elle a connu les douleurs de la maternité, mais pas au moment de l'enfantement. En concevant le Fils qui n'est nul autre que moi, son âme a été, en même temps, élevée vers le Père, elle a été préservée de toute tâche et de toute séquelle.

Concernant les soucis quotidiens et des intentions de prières, le Seigneur dit :
J'ai besoin de ta confiance, mon ami René. Et sache que comme je n'ai pas abandonné mes disciples sur terre, et, chaque jour, ils ne se demandaient pas ce qui leur arrivera, ce jour même, ni ce qu'ils auront à manger, aujourd'hui et après-demain, je voudrais que tu sois comme eux, ne plus te poser des questions et avoir confiance. Je me manifesterai comme tu le demandes à travers ma Mère, Fille Aînée de l'Eglise. D'abord concernant les problèmes de Marie Rose, je me manifesterai, n'aie pas peur. Mais, je te le répète encore, j'ai besoin de ta confiance comme tu as confiance dans le Père.

Pour ce qui est des intentions, sache que j'ai mon heure et mon jour qui ne sont pas semblables aux vôtres. Ne crois pas je vais vous abandonner et ne pas venir à votre secours si mon peuple vient vers moi à travers vous. Ainsi soit-il. Je ne suis nul autre que le Fils du Dieu vivant, Jésus de Nazareth que l'Eglise que vous êtes, vous ici présents, célèbre et proclame chaque jour le nom. Soyez tous bénis, Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

Le Père GUIRMA -

La sœur Marie et moi nous n'espérions pas avoir Marie Rose pour la messe de l'Epiphanie en cet après-midi de ce dimanche 8 janvier 2006. La veille, elle était malade. Ce fut donc une heureuse surprise qu'on l'ait eu en cette après-midi pour la messe de l'Epiphanie. Et le Christ a répondu à ma question sur Marie et à celle sur les maladies de Marie Rose.

Le mystère de la Maternité de Marie.

Dans les messages du 29 décembre 2005 et du 5 janvier 2006 le Christ a parlé des souffrances de la maternité de Marie. La première mère des hommes, Eve a connu les douleurs physiques de l'enfantement et les douleurs de mère devant le cadavre de son fils Abel. Marie étant la seconde Eve, on comprend que même si vierge avant, pendant et après l'enfantement - Virgo ante, in et post partum, dit-on en latin - elle n'a pas connu la douleur physique, avec le corps du Christ au Calvaire comme l'illustre la Pieta de Rome, sa douleur de mère est bien exprimée. Les hommes qui connaissent, bien sûr, son héroïsme sur le chemin de la croix. Ils doivent penser que c'est une souffrance de mère bien plus douloureuse que celle des saintes femmes et des disciples. Et puis le Christ veut faire comprendre que la réalité surnaturelle de Marie relève de dimensions qui dépassent notre esprit limité à la logique et à l'espace temps de notre monde. Il nous rappelle que Marie n'a pas été souillée du péché originel, et, de ce fait, elle et lui son Fils sont différents des autres mères et leurs fils, et la Vierge n'a pas subi les séquelles du péché originel. Et alors la manière dont, et le moment où Marie a souffert les douleurs de l'enfantement alors qu'elle a toujours été vierge avant, pendant et après l'enfantement restent mystérieux.

Marie n'est pas une femme comme les autres et les chrétiens qui accusent les catholiques de conduite idolâtrique à l'égard de Marie sont plus récents que ceux du IIième siècle qui parlaient de la Mère du Christ " Quatrième élément de la Tétrade divine " ( Un exorciste raconte, Dom Gabriele AMORTH, p. 26 ). Dans cette affirmation, deux assertions semblent se contredire. Et c'est bien dans le style du langage théologique avec ses pas nuancés : on affirme les Trois Personnes divines de la Sainte Trinité et l'on parle d'un quatrième élément. Pouvons-nous être d'accord ? Est-il dans la Sainte Trinité ou au moins, alors, aux frontières et comment ? C'est une manière d'affirmer le lien de Marie avec la divinité. Lien incomparable en face de toute la création.

Les Juifs ne comprenaient pas Jésus quand ils lui avaient objecté qu'il n'a même pas cinquante ans et il a vu Abraham. Et le Christ avait répliqué qu'il était avant qu'Abraham fût. Ils voulurent alors le lapider parce que c'était clair qu'il se disait Dieu. Et Jean l'Apôtre évangéliste l'affirme du Christ, Verbe de Dieu : " Au commencement était le Verbe et le Verbe était Dieu ", le Verbe qui a présidé à toute la création. Le Seigneur dans le message précédent, le 5 janvier 2006, nous dit que comme au commencement le Verbe était auprès de Dieu, au commencement sa Mère, son âme était auprès de Dieu, et ses souffrances étaient auprès de Dieu, les souffrances de sa maternité étaient auprès de Dieu son Père. Si Dieu n'a pas épargné à Marie les douleurs de la maternité, ce fut cependant d'une manière mystérieuse pour nous, " pour la forme " nous dit le Christ en un instant, au moment où son âme était aspirée dans l'Esprit Saint au moment de son " oui ". " Pour la forme ", cela ne veut pas dire de manière fictive mais dans le plus intime de sa réalité spirituelle qui touche la divinité.

Le lien de Marie avec la divinité a déjà été expliqué par le Seigneur lui-même dans le message du 18 novembre 1993 où il disait que Marie était l'image de l'Esprit Saint et l'Esprit Saint image de Marie. Que Marie soit le quatrième élément de la tétrade divine le Christ l'a montré dans un symbole en 1947 à Maria Valtorta. " Le 24 octobre, écrit-elle, je vois le symbole de ce qu'est Marie en Dieu : le triangle incandescent de la très Sainte Trinité dans lequel est Marie. Et la voix de l'Eternel dit : ' C'est ainsi qu'est Marie en nous. Que les savants théologiens comprennent ce que cette vision veut dire, tout ce qui y est enfermé au sujet de la puissance et de la sagesse de Marie, à qui tout l'Amour se donne, toute la Sagesse se révèle et tout le pouvoir daigne se communiquer'. " La Vierge lui avait dit : " Je suis celle qui suis, dans la Sainte Trinité, la Reine de la Révélation " Et son Ange gardien lui donne l'explication suivante : " La Sainte Vierge ainsi embrassée dans la Trinité, je pourrais dire contenue par elle, l'était avant même que le temps ne soit. Elle en était le Tabernacle, contenant dans son sein le Père, le Fils et l'Esprit Saint, par le fait de contenir le fruit béni de son sein virginal, Jésus dans lequel il y avait unité du Verbe avec le Père et l'Esprit Saint. Etant ainsi elle-même, l'Amour du Dieu un et trine, la Révélation est son trésor et c'est elle qui en est la Reine, douce et aimée qui dispense la Sagesse et donne la Parole. Elle est la Source virginale qu'un Dieu féconde et qui donna les fleuves de l'eau vive qui est vie éternelle pour qui en boit. " ( La Vierge dans l'œuvre de Maria Valtorta, Gabriel Roschini O.S.M. p. 82 )

Cette relation des trois Personnes de la Sainte Trinité avec Marie a fait que l'Eglise a appliqué à la Vierge ce qui est dit de la Sagesse dans le chapitre 8 du livres des Proverbes versets 22-31. Dieu posséda Marie dès le commencement de ses œuvres, dès le tout début, avant que ne soit créée la terre. La méditation de tout cela nous permet de porter notre regard sur la mystérieuse existence de Marie dans l'esprit de Dieu depuis toujours. On comprend alors que dans le message du 5 janvier le Christ nous dise que comme au commencement le Verbe était auprès de Dieu, au commencement sa Mère, l'âme de sa Mère aussi était auprès de Dieu, et ses souffrances étaient auprès de Dieu, les souffrances de sa maternité étaient auprès de Dieu, mon Père.

Tout cela est le même mystère du Verbe incarné que notre logique avec son temps et son espace ne peut comprendre facilement. Et alors nous devons savoir que la Mère du Christ, vierge avant, pendant et après son l'enfantement de Jésus a souffert les douleurs de la maternité d'une manière et dans le temps que nous ne pouvons pas concevoir.
Les maladies de la voyante sous l'aspect ascétique et mystique.

Maintenant concernant les maladies douloureuses et coûteuses de Marie Rose voici ce qui nous est arrivé. La veille, Marie Rose a été malade, de ces maux bizarres qui sont d'autant plus pénibles qu'ils sont inopinés et les médecins ne semblent pouvoir en donner quelque explication vraiment satisfaisante et nous épuisent en ordonnances ruineuses. Et on lui avait fait une opération d'un furoncle douloureux qui rendait sa position assise difficile et lui donnait de la fièvre ; et l'on avait prescrit des antibiotiques. Dans mon compte vide, je venais de recevoir des dons,. Je retirai cela pour régler le loyer, l'électricité, l'eau, ces ordonnances, les antibiotiques et le traitement préventif des cycles douloureux. Il restait alors 700 FF, soit 70.000 F Cfa, 107 Euros.

Et voilà que dans la nuit du samedi au dimanche, je suis réveillé à 2 heures du matin par Marie Rose à la clinique où les médecins luttaient contre ses maux qui ressemblaient à un empoisonnements. Donc, les 305 Euros que j'avais eus, jubilant de pouvoir régler les problèmes me sont arrachés me laissant avec mes problèmes.

C'est dans des circonstances semblables, au moment où je suis démunis, que d'autres personnes qui ont amené Marie Rose à la clinique se sont endettées pour les soins en espérant que plus tard je vais régler ces dettes. Si bien que malgré mes efforts d'organisation du budget et mon espoir constant d'en sortir, je patauge continuellement dans ces drames avec la crainte de fatiguer nos bienfaiteurs et bienfaitrices.

Alors on comprend que je me retrouve fatigué, littéralement exténué et désespéré. Surtout que moi-même je me trouvais douloureusement malade. En plus des questions théologiques que je posais au Christ, je lui présentais aujourd'hui ma propre maladie, les maux incurables et ruineux de Marie Rose, me demandant pourquoi lui et sa Mère ne guérissaient-ils pas Marie Rose de ces douleurs et nous de ces ruines incessantes. Pourquoi, nous laissent-ils pratiquement entre les mains du démon qui prend plaisir à nous tourmenter ainsi sans cesse et gêne ainsi notre travail. C'est avec ces problèmes et ces questions douloureuses qu'en cet après-midi de l'Epiphanie 2006 nous commençons la messe dans l'attente de nos Visiteurs célestes. Et ce fut le Christ qui nous adressa la parole.
Au sujet des maladies douloureuses et ruineuses de Marie Rose il donna la leçon suivante. Auparavant le Christ avait dit que lorsqu'elle prie pour les personnes, elle traverse aussi leurs maux et leurs peines et cela leur procure soit la guérison physique soit la guérison spirituelle. Et si Dieu veut les rappeler, les peines que Marie Rose endure leur procurent des grâces pour le purgatoire. Ainsi donc ce sont des peines qui participent au salut des âmes.
Un autre but des maladies et les peines de la voyante vise sa purification et sa sanctification.

Tout cela est une leçon de théologie ascétique et mystique nous rappelant la valeur ascétique et mystique de la souffrance. Et cela nous rappelle l'importance et la valeur des âmes-victimes et nous remet en mémoire les précieuses raisons pour lesquelles les mystiques comme les Marthe Robin, Madame R, Thérèse Newman, Padre Pio et bien d'autres ont passé leurs vies dans les souffrances que leur affligeaient leurs stigmates ou leurs maladies

Cela se comprend et s'accepte bien en lisant, pas en le vivant concrètement. Et c'est ce que nous expérimentons. Marie Rose, nous répond le Christ, doit souffrir, pour éloigner le démon et maîtriser la chair afin que celle-ci ne cherche pas la victoire en relevant la tête. Un fruit maître de l'Esprit Saint est bien la maîtrise de soi. Alors, face à ces maux nécessaires sur la voie mystique à la suite du Christ, c'est peut-être à nous, concrètement, de voir les soins que le surnaturel nous laisse le devoir de donner et les soins qui sont inutilement ruineux parce que la médecine, en fait n'y peut rien. Il faudra remarquer aussi que le Christ a répété encore d'avoir confiance et de n'avoir pas peur.

Ce qu'il faut remarquer encore c'est la patience du Seigneur ; notre comportement, notre stupidité devant son enseignement, nos découragements, nos doutes et nos désespoirs malgré les nombreuses fois où lui et sa Mère ont montré leurs présences et leurs grâces, devraient l'irriter. Non, il est venu et nous parlait avec une grande douceur. Devant notre faiblesse, sa patience révèle sa miséricorde et sa douceur sans limites et force notre gratitude

Marie Rose s'adressant à son Père conseiller -


Le Christ s'est approché et il parlait doucement. Il était doux dans le silence. Il a dit que vous ne comprenez pas ses enseignements parce que votre esprit est trop faible
Le Seigneur vous demande de ne pas avoir peur, mais si vous avez confiance en lui, ayez une foi ferme en lui. Il vous demande de donner votre confiance et de ne plus vous laisser perdre en des doutes et des questions au sujet de votre subsistance. Si vous avez votre confiance et votre foi, ne laissez plus l'angoisse vous envahir.
Concernant les épreuves physiques de la voyante.

Le Christ a parlé au sujet de mes épreuves, ce matin quand j'étais couchée sur le lit et que je lui ai parlé de vous et de ces problèmes. Je lui ai dit que vous êtes sur le bord du découragement et vous êtes dans la tristesse. " Ne pourriez-vous pas faire quelque chose pour lui ? lui ai-je dit. Dis-nous quelque chose. " Il me répondit alors ceci :

" Demande à ton Père conseiller : veut-il maintenant que je fasse sa volonté ou bien ma volonté à moi ? Vous ne voulez plus que tu souffres, moi aussi je voudrais que mon Corps ne souffre plus. Alors vous voulez que moi je vous suive en votre bon plaisir ou bien vous voulez me suivre ? Si vous voulez me suivre, vous ne devez pas craindre les douleurs de votre corps. Vous devez vous donner tout entiers à moi, corps, âme et esprit. Même votre propre corps est consacré à moi. Alors je vous purifie à tout moment. Quand je viens vous parler à travers Marie Rose et après je m'en vais, Satan s'en vient. Et quand il vient tenter ses œuvres et se trouve impuissant, c'est que Dieu, par les épreuves qu'il permet, purifie Marie Rose et la préserve ainsi. Sans cette purification, la chair se fortifierait pour incliner vers la tentation. "

Ainsi donc quand mon cycle est douloureux cela ne signifie pas qu'il m'a abandonnée, moi et vous avec les ennuis des soins coûteux. C'est simplement que moi étant consacrée, je suis toujours ainsi purifiée, car, pour que mon cycle douloureux, il faudrait que je sois enceinte et que j'enfante pour en être libérée. Je dois alors lutter contre cela.

A tout moment, en effet, le personnel médical me dit qu'une fois que j'aurais enfanté, ce cycle douloureux va passer. Et des dames qui ont subi cette expérience me l'ont dit aussi. Ainsi, dit le Christ, le corps (la Chair et le monde selon les termes bibliques, théologiques et spirituels) fait la guerre contre le spirituel.

Et mon corps est ainsi supplicié, le spirituel qui lutte contre le corps qui appartient à la terre. Et le démon a pouvoir sur le corps pour le tourmenter, mais pas sur le cœur et l'âme. Et le Christ dit que si nous voulons qu'il nous épargne de la souffrance de mon cycle, la conséquence serait que nous acceptons que je me laisse aller à la tentation. Ainsi donc nous aurons des épreuves mais il faut savoir que la mission ne s'arrêtera pas et rien ne nous manquera, c'est seulement que nous nous laissons aller à l'inquiétude du fait que le Père, comme lui et comme la Maman, ont leurs temps qui demandent de nous patience et foi. Hier, lorsque vous avez eu la somme d'argent qu'on vous a envoyée, vous êtes venu immédiatement pour régler mes factures et mes besoins

Le Christ a rappelé cela pour vous dire que le Père et lui n'ont pas moins de souci pour vous et votre mission que vous n'en avez pour moi. Mais le Père, comme le Fils comme la Maman, ont leur temps qui ne peut aller au rythme de nos appétits impatients. On pourra traverser toutes les situations, la mission ne s'arrêtera pas.

sommaire 2006

16 Janvier 2006

fleur(alt)

Résidence Saint Victor, 16 janvier 2006.

Le Christ en ce message d'aujourd'hui s'adresse aux Parents conseillers et leur demande de choisir entre lui et le monde.

Le Seigneur -

Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen.

Le Seigneur -

Savez-vous mes amis ? Le temps de ce monde passe, mais moi mon temps reste intact, parce que je connais l'heure et le jour de mon retour sur cette terre. Chaque jour je vois ce jour et cette heure et ce temps, mon heure n'est pas semblable à celle de ce monde. C'est pour cela, nous allons nous parler entre amis, en particulier à toi, mon ami René. Cesse de te plaindre puisque ton heure n'est pas mon heure, ton temps n'est pas mon temps et ton jour n'est pas mon jour. Ne te dis plus que tu es en retard puisque tu es toujours sur le droit chemin, mon Esprit t'éclaire chaque jour.
René mon ami, acceptes-tu maintenant de choisir l'autre monde de la spiritualité pour sauver mon Église et mon peuple ?

Le Père GUIRMA -

Oui, Seigneur, je l'accepte.

Le Seigneur -

René, mon ami, acceptes-tu de choisir l'autre monde de la spiritualité pour sauver l'Église et mon peuple dont toi-même tu fais partie ?

Le Père GUIRMA -

Oui, je l'accepte.

Le Seigneur -

René mon ami, acceptes-tu de franchir l'autre monde de la spiritualité pour sauver mon Église et mon peuple dont toi-même tu fais partie ?

Le Père GUIRMA -

Oui, je l'accepte.

Le Seigneur -

Qu'il en soit ainsi.
Blanche, mon épouse, que tu es blanche comme la neige, acceptes-tu de franchir l'autre monde de la spiritualité pour sauver mes autres épouses, l'Église tout entière et mon peuple en particulier la jeunesse ?

La Sœur Marie Blanche -

Oui, je l'accepte.

Le Seigneur -

Blanche mon épouse, acceptes-tu de franchir l'autre monde de la spiritualité pour sauver mes autres épouses ainsi que l'Église tout entière et surtout la jeunesse ?

La Sœur Marie Blanche -

Oui, Seigneur, je l'accepte.

Le Seigneur -

Blanche mon épouse, acceptes-tu de franchir l'autre monde de la spiritualité pour sauver mes autres épouses ainsi que l'Église tout entière et surtout la jeunesse ?

La Sœur Marie Blanche -

Oui, Sacré-Cœur, je l'accepte avec ta grâce, ton soutien et l'assistance de Marie Immaculée.

Le Seigneur -

Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen.

Commentaires de Marie Rose.

+Marie Rose -
Le Christ me parlait en souriant. Il a dit que maintenant il vous fait franchir la porte de l'autre monde de la spiritualité. Les autres prêtres ne connaissent pas ça. Et le Christ brillait comme de l'or. Vous franchissez un autre monde, un monde de spiritualité. Nous avons franchi des portes de la sainteté, mais il y a d'autres portes encore pour atteindre Dieu. Et les portes de la sainteté sont innombrables et nous sommes à mi-chemin. Que faut-il dire alors de ceux qui n'ont même pas encore commencé ? Et Dieu veut que nous traversions notre purgatoire sur la terre. Donc nos épreuves, nos soucis qui raclent notre budget et ne nous laissent que le juste nécessaire, c'est Dieu qui les permet afin de tenir le démon éloigné de nous. Donc nous luttons avec le démon sur la terre, à notre mort ce sera fini et notre chemin sera aplani. A notre mort il ne pourra plus nous atteindre pour nous arrêter, nous lui échapperons complètement, c'est pour cela il prend ses avantages ici qui sont de nous tourmenter. Le Christ vous a posé ses questions à chacun trois fois. Pourquoi a-t-il fait cela ?

Le Père Guirma -

C'est son style et son rite. Dans l'Évangile c'est trois fois qu'il a demandé à Pierre : " Simon, fils de Jonas, m'aimes-tu ? " Et Pierre a répondu par trois fois.

Marie Rose -

Le Christ a dit que la Sœur Marie Blanche a aidé beaucoup la jeunesse. Et maintenant le monde dans lequel vous allez entrer est un monde de spiritualité. Mais il ne m'a pas fait entrer dans cette spiritualité alors que je prie toujours.

Le Père GUIRMA -

Il te l'a accordé c'est toi qui ne le vois pas.

Marie Rose -

C'est un monde de lumière et c'est le Christ lui-même qui a ouvert la porte et vous a introduit vos âmes dans ce monde-là. Donc vos âmes sont en train d'être purifiées pendant que vous êtes en train de lutter sur la terre. De façon analogique c'est comme pour sa Mère dont l'âme était aspirée au Ciel pendant que sur la terre l'Esprit Saint en elle opérait sa Maternité Divine.

sommaire 2006

30 JANVIER 2006

Ouagadougou Résidence Saint Victor, lundi 30 janvier 2006.

Nous sommes au lendemain de la deuxième journée du jubilé d'argent du sanctuaire de Louda. Monsieur W.. y a été et avait souhaité rencontrer Marie Rose. Nous sommes là à la messe de la rencontre de Monsieur W. et du Christ. Étaient donc présents Monsieur W, Marie Rose, la Sœur Marie Blanche et le célébrant. Au moment du confiteor, le Christ vient comme d'habitude avec sa Mère et le signe du Père qui est la Lumière. Le Christ après nous avoir bénis en latin prend la parole.

Le Seigneur -

Pater et Filius et Spiritus Sanctus, amen. Notre Père qui es aux cieux…
L'assistance récite le Pater et le Christ continue.
En ce jour béni et choisi de Dieu mon Père, je suis venu moi-même vous accorder cette bénédiction qui comblera chacun de vous de ce que son cœur désire. Bénissez le nom de mon Père à jamais, Lui qui a tant aimé le monde et qui créa l'homme à son image.
Mes amis, si j'ai vous récité le " Notre Père " avec vous, c'est pour vous prouver que tout ce que le cœur de chacun de vous désire chaque jour, vous devriez vous adresser au Père. Et Lui à son tour m'envoie vous combler de tout ce dont vous avez le plus besoin. J'aimerais que vous appreniez à ce monde ce qu'est l'amour puisque je suis Amour. A travers l'Amour vous pouvez vaincre le mal partout où vous passez. Et sachez que l'Ennemi a peur de là où il y a l'amour. L'amour, seul l'amour peut vous aider à vaincre le mal sur cette terre. C'est en aimant l'ennemi que vous lui faîtes perdre ses forces. Mais plus vous avez de la haine envers lui, plus il ruse et il rusera pour toujours. Plus vous l'acceptez, plus vous faîtes sauter les ponts par où il passait pour joindre.

W., mon ami, sache qu'avant que tu ne sois venu, je savais déjà que tu allais venir et seul moi peux percer tes pensées. Sache que ta mission, plus tard, sera ceci, tu auras à assister les opprimés, les faibles, les pauvres et les orphelins. Plus tard, tu auras un cœur de père pour pouvoir aider tous ceux qui voudront vraiment garder leur foi et me connaître pour toujours. Pour le moment, tu vas te demander comment, mais plus tard tu verras que tu auras le courage de les assister famille par famille. Je ne suis nul autre que le Lion de Judas, le même Seigneur que tu pries chaque jour, le même Seigneur que tu as connu et que tu désires connaître encore davantage. La bénédiction que tu as reçue est celle aussi de mon Père. C'est Lui qui m'envoie te bénir, te combler de tout ce que ton cœur désire à tout moment, et sache que du haut de mes nues, je pèse toujours tes pensées et je t'entends.
La deuxième bénédiction que tu vas recevoir de mon Père, est une grâce que plus tard tu découvriras, tu découvriras le secret caché. Car cette grâce ne fera que grandir chaque jour en toi, te faire mûrir d'esprit, de courage, d'amour, de pardon et d'action de grâces dans le Seigneur qui n'est nul autre que moi-même qui te parle actuellement. Je suis le Dieu du silence et j'habite la discrétion, comme l'Église qui me représente sur cette terre est discrète.
W. mon ami, reçois cette bénédiction au nom de Dieu le Père, au nom de Dieu le Fils qui n'est nul autre que moi qui te parle, au nom de l'Esprit Saint, image de Marie ma Mère, amen.
A nous revoir bientôt comme je reviendrai bientôt. Je suis le Lion de Juda, je suis le Lion de Juda, je suis le Lion de Juda.

Commentaires de Marie Rose.

Marie Rose s'adressant d'abord à Monsieur W.-
Le Christ est venu tout beau. On ne peut pas le regarder parce que tous ses habits étaient éclatants comme de l'or. Il est descendu tout grand et il s'est approché pour vous bénir. La bénédiction que vous avez reçue, vous dit-il, c'est plus tard que vous allez la comprendre, parce que la grâce ne fera que mûrir en vous chaque jour et vous allez savoir ce que Dieu désire de vous. Il habite, lui, le silence et la discrétion. Il vous a accordé beaucoup de grâces mais plus tard vous allez savoir ce que lui désire de vous. Seulement, je n'ai pas le droit de vous le dire. Vous avez reçu deux bénédictions en cette fois. La première bénédiction est pour ce que votre cœur désire. Vous êtes venu, et lui savait déjà que vous venez et il connaît vos pensées. La deuxième bénédiction est pour plus tard où vous allez finir votre vie, en passant de porte à porte pour aider les opprimés, ceux qui veulent vraiment connaître le Seigneur. Ce sera votre mission. Pour le moment vous ne comprenez pas, mais vous verrez que tôt ou tard les gens viendront, vous allez les aider à comprendre qui est le Seigneur, savoir s'abandonner à Dieu. Vous le faire sans vous en apercevoir parce que les gens viendront d'eux-mêmes.

Le Christ est venu avec sa Mère. Et au moment où vous alliez recevoir la deuxième bénédiction, elle s'est approchée et a étendu sa main dans une attitude qui montre le respect pour son Fils. Et quand le Christ vous bénissait, de l'Immense Lumière qui est la présence du Père la main montrant les trois doigts est sortie et vous bénissait avec le Christ. Et le Seigneur m'a montré le geste que je dois faire durant sa bénédiction, un large signe de croix. Et la Vierge avec la Colombe au-dessus d'elle, a étendu la main. Et les rayons sont descendus de sa main sur vous.

Ils ont dit que vous avez une mission que vous ne comprenez pas pour le moment, une mission mondiale. Partout où vous passerez vous allez aider beaucoup d'âmes sans le savoir. Même déjà dans l'avion vous pourriez être une source de grâces pour votre voisin sans le savoir. Vous allez faire ce que le Christ veut sans vous en apercevoir et c'est plus tard que vous allez voir que vous avez fait ce que le Seigneur vous a dit.

Le Christ était beau, mes yeux larmoient parce qu'il était éclatant comme de l'or. Il a montré les Douze Tribus d'Israël quand il a dit qu'il est le Lion de Juda. Et je voyais les rois des tribus, assis sur leurs trônes avec, à leurs têtes, leurs couronnes en or. Puis, je l'ai vu lui-même, assis sur son trône, sa Mère à côté de lui.

sommaire 2006

8 FEVRIER 2006

Résidence Saint Victor, mercredi 8 février 2006.

Au moment où la civilisation occidentale chrétienne se corrompt à la manière de Sodome et Gomorrhe, la Vierge et son Fils font une évangélisation des cultures en ce qu'elles ont de naturellement sain, à travers la culture africaine voltaïque.
Étaient présents Marie Rose, la Sœur Marie Blanche et le Père célébrant. Et c'est Jésus qui a pris la parole pour répondre à une question mariologique du Père. Et c'est pour souligner l'importance de toutes les mères et la dignité de sa Mère à côté de lui. C'est une erreur pour un chrétien de ne pas reconnaître cette dignité. Le Seigneur commence par nous donner sa bénédiction chantée bénir en latin.

Le Seigneur -

Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

l'assistance

Amen !

Le Seigneur -

Je ne suis nul autre que le Lion de Juda et en dehors de moi, plus de dieu.
Je vous ai dit que tout ce que je vous donne comme messages, ainsi que ma Mère vous n'en connaissez pas la profondeur. René mon ami, ma Mère n'a pas connu les douleurs de l'enfantement, seulement au même moment où elle a dit " oui " à Dieu mon Père, toutes ses souffrances ont été élevées vers le Ciel parce qu'elle est la Reine de tout Burkîndi.

Toute femme Burkina lors de son accouchement souffre. Puisqu'elle se fait la Reine de tous les peuples, n'est-elle pas aussi la Reine de toutes les femmes Burkîmba ?
C'est pour faire valoir l'importance et la valeur de la femme Burkina que je t'ai dit cela.
Je ne suis nul autre que le Lion de Juda….

Vous me demandez un signe, j'aimerais que vous invoquiez les neuf choeurs des anges afin que le signe provienne de mes anges le jour du pèlerinage, puisque c'est ceux qui vont entourer la colline qui devront vous donner le signe. Et les neuf choeurs d'anges entoureront la collines le même jour.
Pater et Filius et Spiritus Sanctus

L'assistance -

Amen !

Les commentaires de Marie Rose.

Marie Rose -

Le Christ a dit que vous ne comprenez pas que la Vierge, Reine de tous les peuples, est identifiée Reine de tout Burkîndi pour que les protestants puissent comprendre l'importance de sa Mère. Qu'on voie les souffrances de la femme Burkina lors de son accouchement. Et alors ne voyez-vous pas l'importance de cette femme qui endure de grandes souffrances, verse son sang pour que cet enfant vienne à la vie ?

Et comment pouvez vouloir l'enfant en laissant de côté la mère ? Si l'Église veut amener les protestants à sortir de leur erreur, elle doit leur dire que la Vierge a eu, certes, le privilège de la grâce. Mais ayant endossé l'identité de la Reine de tout Burkîndi, elle a épousé l'image, la forme de la femme Burkina pour compatir à sa douleur, elle en revêt, alors, la dignité et l'importance et ne peut être laissée de côté tandis qu'on prétend recevoir le Christ. Le Cœur de Marie est constamment avec les femmes Burkîmba. Et la reine-mère chez les peuples civilisés a une grande importance.
Alors que, de par le privilège de sa grâce, elle n'a pas connu la douleur physique à la naissance du Christ, elle a volontairement accepté que son Cœur soit avec les femmes
Burkîmba et compatisse avec leurs souffrances afin d'enfanter les Burkîmba, c'est à dire, tous les hommes, en elle. Le Christ veut qu'on enseigne aux protestants que la Vierge a pris la forme de la femme Burkîna, et donc qu'on ne peut pas vouloir le Fils sans vouloir la Mère. Le Christ ne veut pas qu'on récuse sa Mère et, ainsi, l'Esprit Saint.

Le Père GUIRMA -

Marie Rose achève son commentaire en nous rapportant que le Christ fait le reproche aux protestants de l'appeler tout le temps en laissant sa Mère de côté, et en rappelant qu'il est venu au monde par l'Esprit qui, lui non plus, ne doit pas être oublié. J'ajouterai que les
théologiens ont de plus en plus perçu que la mariologie, la science sur Marie, l'ecclésiologie, la science de l'Église et la pneumatologie, la science sur l'Esprit Saint ont des liens étroits et tout cela converge vers le Verbe fait chair qui nous mène au Père. Et la formule latine " Cum Maria, in Spiritu Sancto, per Jesum ad Patrem -Aller avec Marie, dans l'Esprit-Saint, par
Jésus, au Père " montre l'importance de la Vierge Marie qu'on ne peut laisser de côté que par faiblesse d'esprit. La fameuse affirmation du IIième siècle " Marie quatrième élément du té-trade divine ", les titres Porte du Ciel, Médiatrice de toutes grâces et d'autres montrent l'importance unique de Marie. Le lien de la " Pleine de Grâces " et de l'Esprit Saint les rend inséparables dans l'histoire de notre salut que nous vivons

. Et c'est une erreur de laisser la Vierge de côté comme les protestants le font, comme des catholiques aussi le font subtilement par un enseignement ou des instructions, dont le christocentrisme rejoint subtilement les protestants qui accusent les catholiques d'oublier le Christ par " mariolâtrie ". Comme le relève si bien l'Abbé René LAURENTIN dans son livre " L'Esprit Saint Cet Inconnu ", éditions Fayard janvier 1999 p. 589 et sq, la ressemblance de Marie avec l'Esprit Saint donne la clef d'un problème épineux. Les protestants et les orthodoxes et aussi des cardinaux, Congar et Suenens et des théologiens H. Mühlen, ont reproché au mouvement marial, voire à l'Église, de substituer Marie au Saint Esprit : " d'honorer unilatéralement en sa personne des titres, fonctions et privilèges qui appartiennent à l'Esprit Saint ", comme la maternité, le titre de consolateur, co-Rédemptrice, Mère de l'Église, source de grâce, avocate.

Le reproche fait au mouvement marial et à l'Église est d'attribuer ces titres à Marie sans mentionner la source qu'est l'Esprit Saint. Il faudrait prendre les cas particuliers pour relever de façon convaincante l'erreur chez les pasteurs et les théologiens. Pour ce qui est des fidèles, ils devaient être encadrés par des pasteurs compétents capables de les écarter des idées et des attitudes erronées ou incomplètes, c'est le rôle de la pastorale. Toujours est-il que le problème soulevé par ce re-proche fait à l'Église catholique et au mouvement marial trouve sa lumière dans la ressemblance de Marie avec l'Esprit Saint. Il revient alors à la théologie, et ce fut dans le programme d'après le Concile, d'étudier le lien qui existe entre Marie et l'Esprit Saint. Que cette théologie vienne des professionnels ou des mystiques et des charismatiques, elle doit être étudiée avec soin et respect pour que soit détectée l'inspiration de l'Esprit Saint qui nous mène à la vérité entière. La Dame de Yagma-Louda et son Fils affirment et analysent ce lien de l'Esprit Saint et de Marie d'une façon remarquable à travers la bouche d'une petite ignorante d'un quartier populaire de Ouagadougou.

Si l'on comprend le lien de Marie avec le Saint Esprit on comprendra sa relation avec la Trinité. Et l'on conçoit que le Christ nous révèle qu'il adore son Père et honore sa Mère. Par la bouche de cette ignorante voyante, le Christ nous rappelle nos devoirs envers Dieu et la Sainte Vierge sa Mère et la savante différence qu'il y a entre le culte de lâtrie (adoration) dû au Père et le culte d'hyperdulie dû à sa Mère, un culte qui dépasse celui de tous les autres saints et anges. Pourquoi alors, nous, dans notre liturgie nous ne lui donnerions-nous pas la place et l'honneur qui lui sont dus ? Par exemple, dans la liturgie, l'utilisation de l'encens s'adresse à Dieu. La plupart des religions antiques l'ont utilisé et Yahvé lui-même a prescrit à Moïse que, chaque matin et chaque soir, on fasse fumer l'encens devant lui sur l'autel du Saint (Ex 30, 7-8 ; cf. Lc 1, 9-11). L'Église offre l'encens à Dieu pour signifier concrètement son adorations et sa prière, comme dit le psaume 140, 2 : " Que ma prière, devant toi, s'élève comme un encens et mes mains comme l'offrande du soir ". L'encens est présenté à tout ce qui symbolise Dieu à tout ce qui touche à lui : la Croix d'abord, l'autel, le livre des évangiles, les oblats, le prêtre lui-même et les fidèles. Et lors des obsèques on va jusqu'à encenser la dépouille mortelle des baptisés, en signe de l'honneur qui est dû à un temple de l'Esprit Saint.

Combien plus cet honneur n'est-il pas dû à la Vierge Marie image de l'Esprit Saint, Tabernacle du Fils de Dieu et, de par la circumincession, de la Sainte Trinité. Un évêque ou un prêtre qui durant la liturgie à l'église ou ailleurs durant la messe, expose une statue de la Vierge Mère et la ferait encenser ne ferait que lui rendre le culte de dulie, c'est à dire la dévotion, qui lui est due. Et en ce qui la concerne on parle d'hyperdulie, parce que si la dulie est le service rendu aux saints, l'hyperdulie est celui qui doit être rendu à la Vierge qui les dépasse tout immensément.

Mais cette hyperdulie est à distinguer de la latrie qui est l'adoration due uniquement à Dieu. Supprimer l'encensement de la statue de la Vierge dans une église qui le faisait, par réaction contre cette dévotion, entre dans cette manière de récuser la Mère de Jésus que le Christ reproche aux protestants et, par derrière eux, à ceux qui n'honorent pas sa Mère comme ils devraient le faire.
Marie est dite ici Mère du Burkina parce qu'elle s'est déjà dite " Reine de tout Burkîndi " le 17 août 1993. Il faut se rappeler que Burkina, masculin et féminin, signifie citoyen de la civilisation du Burkîndlum des Mossi. Et le burkîndi c'est l'ensemble des vertus qui caractérisent l'excellent citoyen de la civilisation de cette culture mossi.

Toute culture partout dans le monde a son ensemble de qualités qui font l'excellent citoyen de sa civilisation. Marie en se disant Reine de tout burkîndi répète ce qu'elle a déjà dit ailleurs, à savoir qu'elle est Reine de tous les peuples, bien sûr en ce qu'ils ont de plus excellent. Ici, dans le burkîndlum et le burkîndi des Mossi, la mère a une valeur incomparable. Et au moment où, dans le mondialisme, on prône l'égalitarisme de l'homme et de la femme dans une sorte d'uniformisation, les avortements et tout ce qui permet à la femme d'être un instrument irresponsable et sans conséquence de plaisir, il est rappelé le sublime et excellent rôle de la maternité dans lequel toute femme doit être honorée et qui fait la garantie et la survie de l'humanité.

sommaire 2006

11 Février 2006

Tâmpùi 11 février 2006.

Le Christ s'adresse aujourd'hui à des pauvres éplorés qui viennent à sa recherche.
Nous étions là comme d'ordinaires, les Parents conseillers et Marie Rose et deux autres assistants, Madame E. K. et son frère. Le Seigneur et sa Mère comme d'ordinaire sont venus, mais ils n'ont rien dit. A la fin de la messe Marie Rose en dit la raison.

Marie Rose -

Le Christ a dit qu'il est le Bon Pasteur. C'est pour cela il est nous est fidèle chaque jour et nous rend visite. Mais aujourd'hui, il nous dit que si parmi toutes ses brebis il y a une qui est malade, il laissera les autres et s'occupera de la malade. Les deux qui sont là sont malades, leurs cœurs sont blessés, il s'occupe d'eux d'abord. Alors il est venu nous bénir pour effacer le passé qui les troublent. Leurs cœurs sont meurtris et blessés par le passé. Il faut qu'ils trouvent un prêtre pour exposer leur passé et qu'ils demandent à Dieu d'effacer ce qui les torture parce que cela les éloigne de Dieu. Et le Christ demande de leur donner la prière où il est l'on demande de pardonner à ses ennemis, à ses bourreaux, à ses malfaiteurs, ses persécuteurs. Et il les a bénis pour les libérer de ce passé qui les trouble. Quand ils revoient le passé, c'est comme une plaie qui ronger le cœur et supplicie l'âme. Et Dieu veut qu'ils oublient tout. Qu'ils trouvent un prêtre et lui exposent tout, qu'il vous suggère ce qu'il faut faire pour pardonner le passé. Et le Christ était au milieu d'eux parce qu'ils sont malades, leurs deux cœurs sont malades.

Sur ces mots, la dame admit qu'ils sont dans une grande épreuve familiale et une misère noire. Et elle raconta leur malheur venant de la méchanceté inqualifiable des hommes. La rencontre de cette pauvre dame et de son frère dans le sanctuaire de Marie Rose pour la messe semble le fait vraiment du hasard. Mais l'importance de la grâce et de la leçon montre que ce n'est pas le fait du hasard, le Seigneur a arrangé les choses pour rencontrer tout ce monde. Madame E.K. et son frère avaient besoin d'une grande grâce, terriblement blessés qu'ils sont. Et la leçon qui nous est donnée est une illustration et un approfondissement de l'enseignement d'un point important du " Notre Père " que le Christ nous a enseigné : " Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ". Dans les prières de la Dame de Yagma, elle nous pousse souvent à demander à Dieu de pardonner à nos ennemis, à nos malfaiteurs, à nos persécuteurs et à nos bourreaux. Et dans l'histoire de la carmélite Elysa Marie et de la supérieure des Demoiselles de l'Eau Vive, Martine, qui sont mortes à la même période, par l'intermédiaire de Marie Rose, la Vierge nous a révélé pour notre instruction, ce qui leur est arrivé devant Dieu dans l'au-delà. Leur entrée auprès du Père a été retardée parce que leurs cœurs étaient malades.

Elles devaient être en parfaite santé pour être près de Lui. En parfaite santé, cela veut dire que leurs cœurs ne devaient avoir même l'amertume que leurs consoeurs leur avaient causée. Et dans la prière à la " Fille Aînée de Jérusalem " la Vierge nous incite à demander à Dieu la " santé du Père ", " donnez-moi la santé du Père et guérissez-moi, amen ". Le Père dans sa parfaite santé c'est sa nature qui est toute bonté, amour, miséricorde et pardon. C'est dans cette santé que le Christ sur la croix au moment de mourir disait à son Père : " Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font ". C'est dans cette santé que saint Etienne mourant pardonnait à ceux qui le lapidaient à mort. C'est pour cette santé que la Vierge noue incite à prier pour nos ennemis, nos malfaiteurs, nos bourreaux.

Cette santé, qui rejoint ainsi la charité, premier commandement de Dieu, si nécessaire pour être auprès du Père, est difficile à comprendre et à être acceptée par les hommes, laïcs, prêtres, religieux, religieuses et évêques. C'est un point important de la sainteté.
On comprend qu'il soit difficile à E. K. et à son frère de pardonner à leurs féroces malfaiteurs, et pourtant il le faut. Au confessionnal comme dans la vie courante, il m'a été très, très souvent difficile de faire comprendre cela aux âmes meurtries. Je désespère de faire saisir la valeur de cette " santé du Père " de cette miséricorde et alors la nocivité de la faiblesse de la sensibilité.

Regarder le Christ sur la croix pardonnant à ses bourreaux c'est la vie spirituelle qui demande un esprit de sacrifice.

sommaire 2006

12 Février 2006

Père René Guirma(alt)

Dimanche 12 février le jour du pèlerinage national de Yagma.

Marie Rose -


Malgré ma maladie je me suis levée quand même pour aller au pèlerinage de Yagma. Mais mon malaise ne m'a pas permis d'achever le pèlerinage comme tout le monde. Quand je suis arrivée, j'avais un peu de vertige. Je suis descendu au pied de la colline pour m'asseoir. Je vis le Christ qui me montra toute la colline. Et je vis la Sainte Trinité qui descendait du ciel avec une multitude d'anges. Les anges d'innombrables espèces qui entourent la colline et qui dépassent la foule des pèlerins.

Puis j'ai vu d'autres anges descendre pour rester à côté de chaque personne de la foule des pèlerins.

Une Voix alors me dit ceci : " Voici le jour béni et choisi de Dieu pour faire tomber une pluie de grâces sur la terre car cette pluie de grâces qui descend sur la colline de Yagma, se répandra dans tout le monde entier.

Et cette colline deviendra un lieu de pèlerinage mondial. Marie Rose, sache que toutes ces multitudes d'anges que tu vois sont les neuf choeurs d'anges ainsi que les anges gardiens de tous les pèlerins venus à ce pèlerinage. Je suis l'Ange du Seigneur, transmet ceci à ton Père conseiller pour l'Église ".
Ainsi la Sainte Trinité était là et les anges louaient tous Dieu en même temps que les pèlerins et les autres sont descendus auprès de chacun pèlerin. Ainsi si quelqu'un de Bobo est venu, retourné chez lui, il amène avec lui la pluie de grâces. Ainsi l'Ange du Seigneur nous affirme que ce lieu sera un lieu de pèlerinage mondial, international. J'ai dû quitter ainsi cette assemblée céleste et terrestre.

Et le Christ m'a dit que la Sainte Trinité demeurera jusqu'à la fin du pèlerinage. Et la présence de son Père ici fait trembler le monde. Les chefs des nations viendront ici parce qu'ils sentiront la présence de Dieu et ils viendront pour puiser leurs ressources spirituelles ici. Notre pays est comme une source de grâces divines, il est béni. Toutes les personnes qui viendront ici seront sauvés et en retournant dans leur pays ils y emportent la grâce.

sommaire 2006

19 Février 2006

**Bendego-Daguilma, dimanche 19 février 2006.


La sollicitude de Marie pour ses fils et filles que sont l'Archevêque, ses religieuses et ses prêtres. Il est à la portée de l'Église et de la chrétienté de l'Archidiocèse de prendre conscience que la Vierge et son Fils, envoyés par le Père, leur rend visite tous les jours par l'intermédiaire d'une pauvre petite d'un quartier populaire, pour un dessein mondial. En fait ici c'est même la Sainte Trinité qui a daigné s'inviter à cette fête.

Marie-Rose

" Ainsi l'épouse s'est parée, et l'Époux s'est présenté pour lui dire " oui ". Le Christ était milieu des religieuses et les regardait une à une, la Vierge Marie était à côté de l'Archevêque et le Père était en haut. " Arrivée, tu diras cela à ton Père conseiller, qu'on
sache que lorsqu'une religieuse se pare pour son Époux qui est le Fils, il descend en personne pour rester à côté d'elle pour dire aussi " oui " à son épouse ". J'était contente et j'ai dit cela à Rosine.
Je me suis présentée à l'Archevêque et je lui ai dit que je suis une consacrée. Et il m'a dit de chercher un jour pour qu'on se voie

.

sommaire 2006

21 Février 2006

Tâmpùì, mardi 21 février 2006.

Le Seigneur recommande constamment la confiance à ses serviteurs. La nécessité de cette constante recommandation prouve la dureté de la bataille.
Nous sommes au début de la messe, Marie Rose et ses deux Parents conseillers. Le dimanche précédent, 19 février Marie Rose avait été invitée à la messe d'action de grâce pour les vœux perpétuels de la Sœur O. H. religieuse de la congrégation des Sœurs de l'Immaculée Conception. L'Archevêque dont la religieuse est la parente célébrait la messe au milieu d'un bon nombre de prêtres et de religieuses. Marie Rose est arrivée en retard pour la messe mais au moment de la bénédiction du repas où elle était présente, elle a vu la Trinité descendre avec la Vierge et les anges pour honorer et bénir l'Église. Le Christ, dans sa
sollicitude pour son Église, a donné un message à son sujet. Il rappellera ici ce message.

Le Seigneur -

La paix soit avec vous tous, mes amis, Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

Le Seigneur -

En ce jour béni et choisi de Dieu mon Père, mes amis, je suis venu en tant que Fils de D
ieu, vous parler de l'Église, d'abord de cette mission qui vous a été confiée et de mon Église aussi.
René, mon ami, sache que la bataille que tu es en train de mener, tu la mènes pour l'Église tout entière. Aujourd'hui vous êtes sur terre, vous ne connaissez pas l'importance de la bataille que vous êtes en train de mener pour sauver l'honneur de mon Église et de mon peuple. Mais un temps viendra que lorsque vous serez auprès de nous, c'est à dire auprès du Père, du Fils qui n'est nul autre que moi qui vous parle présentement, et du Saint-Esprit image de ma Mère, vous saurez l'importance de cette bataille que vous aviez eu à mener sur terre. Chaque jour, vous ne faîtes qu'orner la maison de l'Éternel le Père. Vos souffrances ne font qu'orner la maison de l'Éternel et apaiser sa colère chaque jour. Alors, pourquoi l'ennemi se croiserait les bras ? Non ! Lui aussi, de son côté, est en train de se préparer pour voir comment arrêter cette mission. Mais je te l'ai déjà promis, tu es mon représentant, en tant que mon re-présentant, aie confiance. J'ai toujours besoin, à chaque instant, à chaque minute, à chaque seconde de ta confiance pour que la mission aille jusqu'au bout. Si je te le dis, c'est pour que tu saches que la confiance que tu as mise en mon Père, c'est en moi aussi que l'as mise, cette confiance est aussi en moi. Puisque nous ne sommes qu'un, moi aussi je te le dis à mon tour, j'ai besoin de ta confiance, mon ami, en tant que tu es mon représentant sur cette terre.

Bénissez aujourd'hui le nom du Père à jamais, parce qu'il fera tant de merveilles pour vous. Car, en ce jour béni et choisi de Lui, Il bénit toutes les intentions des personnes de son peuple qui ont toujours recours à Lui à travers toi, mon ami René par qui elles passent pour s'adresser à Lui. N'aie donc pas peur, mon ami René, toi qui es que mon représentant sur terre, car toutes ces personnes qui ont toujours recours à Dieu le Père à travers toi par les mes-ses dites chaque jour, je donnerai un signe autorisé par le Père. Je donnerai un signe, un signe qui restera gravé pour toujours et qui ne passera pas comme mes paroles ne passent jamais. Il est temps que je touche du doigt la France et puisqu'elle a toujours recours au Père à travers toi mon ami, par les messes dites chaque jour, je me manifesterai, dit-Il le Père, à travers toi mon Fils. Vas-y, je t'autorise maintenant de donner un signe venant de Moi-même le Père, de toi étant le Fils et de l'Esprit Saint image de Marie, Reine Immaculée, Mère de l'Église, Fille Aînée de l'Enlise, image de l'Esprit Saint.

N'aie donc pas peur, mon ami, car la bataille que tu mènes ainsi que toi, mon épouse Blanche, c'est pour toute l'Église entière. Et maintenant, dit-Il le Père, vous n'avez jamais eu du temps pour vous, mais du temps pour mon Église et mon peuple. C'est pour cela je ferai toujours de vous, les vrais élus qui se sacrifient chaque jour pour ma plus grande gloire, ainsi soit-il. Et puisque l'ennemi ruse, je ne lui permettrai jamais de vous toucher du doigt. Mais ni ses ruses ni ses tirs ne pourront arrêter la mission. De quelque manière qu'il vous pille, il ne pourra jamais arrêter la mission puisque chaque jour, dit-il le Père, j'ai un cœur de père et je sais à quel moment venir au secours de mes enfants. Et en ce moment je n'hésite pas à tendre ma main pour les libérer de ce qui est comme ruse démoniaque.

Mon Église est malade, mais sachez que ce que vous avez offert est en train de la guérir dans le silence

. C'est petit à petit que l'Esprit se manifestera, mais de tout ce qui se fait à la hâte méfiez-vous. Tout ce qui se fait dans le silence, dans le calme et dans l'ordre donné, ça vient de moi. Laissez mon Esprit toucher du doigt tous les cœurs et les réunir ensemble.
Je ne suis nul autre que le Fils du Dieu vivant. Cette bénédiction que vous allez recevoir c'est pour tous ceux qui ont donné des intentions et pour tout ce que le cœur de chacun de vous désire afin que tout vous soit accordé pour la plus grande gloire de Dieu mon Père. N'ayez pas peur parce je ne vous abandonnerai jamais comme je n'ai pas abandonné mes disciples sur terre. Je suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, le Dieu de Jacob, le Dieu d'Israël, le Dieu des douze tribus d'Israël.
Notre Père qui es aux cieux etc…
L'assistance continue et achève et le Seigneur chante la bénédiction en latin.

Le Seigneur -

Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

Le Seigneur -

Rentrez tous dans ma paix et transmettez cette paix à travers le sourire à qui que ce soit. Ainsi soit-il !

Commentaires de Marie Rose.


Marie Rose s'adressant au Père conseiller-
Le Christ est venu en Christ Roi, s'est assis sur son trône et sa Maman se tenait debout à ses côtés à sa droite. Elle était, aussi, couronnée. Quand le Christ a voulu parler de son Église, il s'est levé. Et il veut vous dire que la confiance est une grande prière, il vous de-mande donc votre confiance. Vous avez mis votre confiance dans le Père, eh bien il faut croire que vous l'avez mise en lui aussi. Lui, le Fils peut venir vous aider pour que cette con-fiance mûrisse chaque jour. Vous devez faire mûrir cette confiance chaque jour, à chaque instant, à tout moment, à chaque seconde, à chaque minute. Ce n'est pas toute l'Église qui a découvert ce que vous avez découvert en le Père et en le Fils et en Marie, Reine Immaculée image de l'Esprit Saint. Et pour l'Église malade, chaque jour, vous bataillez et vous pensez que c'est en vous tout seul alors que non, c'est pour l'Église tout entière. Tous les tracas matériels et autres que vous subissez c'est pour l'Église entière parce que la grâce que vous servez est mondiale.

S'il arrive à arrêter la mission, vous ne pourrez plus prier pour l'Église, pour le peuple de Dieu, la grâce ne se répandra pas, il n'y aura pas de conversion. Et le Christ vous dit de ne pas avoir peur parce que le démon ruse mais le Père ne lui permet pas de vous toucher du doigt, si des fois il vous pille, lui au temps opportun vous viendra au secours, mais il ne faut pas croire que l'ennemi va se croiser les bras et nous regarder. Lorsque vous verrez que tout va facilement, retenez-vous un peu parce qu'il s'est infiltrer. Pour la conversion des cœurs malades de l'Église et pour la réparation, il ne faut pas croire qu'il va se lever brusquement pour les secouer. Il va pas à pas, petit à petit dans le silence, la patience et dans l'ordre pour réunir les cœurs à la dernière minute.

Si nous voyons que cela se fait brusquement, ça ne vient pas de lui. Tout ce qui se fait brusquement ne vient pas de lui. La brusquerie sème d'autres troubles. Lui, il prépare les cœurs de jour en jour, dans la patience, dans le silence. Vous combattez chaque jour pour l'Église entière et vous ne le savez pas. Vous suivez les pas de Monseigneur GUIRMA. Vous continuez sa lutte et votre famille fait partie du peuple de Dieu pour lequel vous combattez. Et il ne faut pas oublier que les francs-maçons sont à vos trousses, ils ne vous ont pas lâchés. Ils veulent que Monseigneur finisse par y renoncer. Vous avez pris la relève, ils tentent de vous secouer mais le Seigneur ne permets qu'ils vous secouent comme Monseigneur.

**MESSAGES 2006(extraits)**

27 Février 2006

Résidence Saint Victor lundi 27 février 2006.

Avant la messe, le Père GUIRMA, la Sœur Marie Blanche avec Marie Rose ont évoqué l'anniversaire de Madame S., le problème de Madame E. et de son fils. Ils reçurent la réponse du Christ qui, après nous avoir bénis en latin, nous invita d'abord à dire le gloria avec les anges d'autant plus que la messe était dans une neuvaine aux neuf chœurs d'anges pour leur demander la protection pour l'Eglise.

Le Seigneur -

Pater et Filius et Spiritus Sanctus, amen. Gloire à Dieu au plus haut des cieux…
Nous poursuivîmes et achevâmes l'hymne et le Christ continua :
Voici venir le jour, oui le jour béni et choisi de Dieu mon Père, où nul ne pourra se venger, ainsi soit-il.
René mon ami, sache que tous les jours, ton cœur crie vers le Père, mais sache que tu n'es pas le seul à crier vers le Père, puisque tu as ton frère aussi, Constantin qui a été aussi un ami fidèle de mon Père. Et tu le sais bien toi-même sans que je te le dise, que c'est sa relève que tu as prise en aidant aussi ta petite sœur qui est mon épouse, Marie Blanche. Sachez que même si mon ami Constantin est couché, il continue de prier, son cœur reste pieux. Il communie avec vous deux chaque jour, c'est pour cela je vous dis et je vous le redirai, mon ami Constantin m'est resté fidèle jusqu'aujourd'hui.

Alors, si lui n'a pas encore eu la route pour venir à nous, ce n'est pas à vous aussi de vous demandez si vous perdez vos yeux, si vous n'avez pas la santé, ah non ! La santé de chacun de vous chaque jour vient de mon Père. Dieu le Père ainsi que moi qui suis le Fils ainsi que ma Mère image de l'Esprit Saint passent par vos yeux pour regarder ce monde afin de pouvoir prier pour lui et le changer. Laissez-vous guider par l'Esprit qui n'est nul autre que l'image de ma Mère.
Longtemps je viens à vous, mais pensez-vous que c'est à chaque fois que je vous parle simplement que vous sentez ma présence ainsi que celle de ma Mère ou bien celle du Père ? Non ! Même si vous n'êtes pas ensemble, même si Marie Rose n'est pas là, je suis avec vous. Sachez-le bien, la mission qui vous a été confiée, c'est Dieu mon Père Lui-même qui s'est fait si proche de vous. Il est avec vous chaque jour même si Marie Rose n'est pas là, sachez qu'Il est avec vous ainsi que moi et ma Mère image de l'Esprit Saint. Même si des fois l'ennemi ruse…
Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

Commentaires de Marie Rose.

Marie Rose -

Je pleure de joie en voyant le Christ. J'ai vu aussi les trois voyants de Fatima. Le Christ m'a dit que vous aimez les voyants de Fatima et il me les a montrés. Des enfants agenouillés devant la Vierge. Et le Christ vous dit de leur demander un signe pour un jeune souffrant. Le Christ a dit qu'il met ce jeune entre les bras de tante Sœur Marie Blanche. Autrefois elle a eu à sauver la jeunesse, qu'elle ait confiance en mon Sacré-Cœur et de mettre toujours sa confiance en ces trois voyants de Fatima et de leur demander un signe à travers mon Sacré-Cœur. Et le Christ brillait comme de l'or et faisait larmoyer mes yeux. Quand il a fini de parler il a gardé le silence après il nous a bénis par le signe de la croix. Et puis il n'a plus rien dit. Je suis contente. Sa Mère souriait. Il me l'a présentée avec les trois enfants voyants agenouillés devant elle. Il m'a révélé la dévotion que tante Marie Blanche a pour les voyants de Fatima. Pour le jeune en question il demande sa confiance à son Sacré-Cœur et qu'elle prie aussi les trois enfants de Fatima en mettant sa confiance dans son Sacré-Cœur. Et lorsque vous, Père conseiller, vous prononcerez la consécration pour ce jeune, mettez toute votre confiance au Sacré-Cœur.

Quand il a appelé Michel, l'Archange Michel est descendu, après il a dit Michel l'Archange. Ainsi donc, seul le Christ a le droit de l'appeler simplement : " Michel ". C'est après qu'il a dit Michel en ajoutant sa fonction Archange. Le Christ était très beau, tout son habillement brillait comme de l'or. C'était le Christ Roi qui marche et qui trône majestueusement. Son aspect fait larmoyer. Lorsque le Christ diminue sa puissance, il apparaît lointain. Mais s'il s'approche avec sa puissance, nos yeux sont faibles pour le regarder, son aspect peut vous rendre aveugle. Un jour, après avoir vu le Christ, j'ai fait trois jours avec une vue troublée. Sa lumière rend ce monde obscur.

Le Christ nous a bénis et il descendait du ciel comme de la neige, comme de la manne, et cela pleuvait, pleuvait durant tout le temps que le Christ est descendu au milieu de nous. Quand il a parlé de Mme S., cela continuait à pleuvoir. Au moment où il était question de Mme E. et il a dit : " Michel ", et l'Archange est venu, armé de son épée et avec l'Armée de Dieu. Et il demande de consacrer le jeune aux Archanges qui lutteront contre les mauvais esprits. Le Christ a tendu les mains vers la Sœur Marie Blanche en lui disant qu'il lui confie le jeune, elle qui s'est tant dévouée pour la jeunesse. Et comme elle a tant aimé les trois jeunes de Fatima, qu'elle leur demande un signe à travers son Sacré-Cœur.

MESSAGES 2006(Janvier juillet)

1er Mars 2006

Tâmpùì, mercredi des Cendres, 1er mars 2006.

A l'entrée du temps du carême la Vierge rappelle la valeur des sacrifices et le Christ demande de s'engager sur le chemin des sacrifices avec lui.
En ce mercredi des Cendres 1er Mars 2006, la Sœur conseillère et moi nous nous sommes trouvés chez Marie Rose que la maladie a retenue chez elle, pour la messe des Cen
dres. Et le Christ pour son exhortation de carême est revenu sur son commandement qu'il répète inlassablement, l'amour du prochain, même des ennemis, des persécuteurs des bour-reaux. Mais c'est d'abord la Vierge qui nous adresse la parole pour nous préparer à recevoir le Christ.

La Sainte Vierge -

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit,

La Vierge et l'assistance -

Amen !

La Sainte Vierge -

Mes enfants, merci d'être venus à la rencontre de mon Fils à travers l'Eucharistie.
Vous êtes en train d'entrer maintenant dans le temps du carême. Le savez-vous bien, mes enfants, vous avez tant sauvé ce monde et l'Eglise à travers vos souffrances et les épreu-ves que vous avez eues à traverser des années et des années. Mais je vous demande toujours d'accepter de souffrir afin que la volonté de Dieu se fasse en chacun de vous et non pas celle des hommes. Pour vous dire que durant ce temps de carême, je vous demande de rechercher Dieu encore dans le silence de vos cœurs et de vos âmes. Dîtes-Lui que sa volonté se fasse à tout moment en vous et non pas celle de ce monde. Si vous allez suivre la volonté des hom-mes de ce monde, la mission s'arrêtera.

Le Seigneur -

La paix soit avec vous tous, mes amis, Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance répond -

Amen !

Le Seigneur -

Je suis le Lion de Juda, je suis Jésus de Nazareth, je suis le Fils de Dieu fait Homme, je suis le Roi des rois, je suis celui qu'on clouera bientôt sur la croix, je sui le Fils de Celui Qui Suis et je m'appelle Je Suis.
Accepteriez-vous d'entrer dans ce temps de carême avec moi, accepteriez-vous de souffrir pour sauver mon peuple et ramener les égarés vers moi, mes amis ? Si oui, qu'il en soit ainsi. Accepteriez-vous de souffrir pour mon Eglise qui s'est laissé égarer par l'ennemi, l'Eglise dont la moitié est souffrante et l'autre moitié éveillée ? Si oui est la réponse de chacun de vous, qu'il en soit ainsi. Accepteriez-vous aussi de franchir encore une Nième porte de la sainteté avec moi à travers ce carême que vous allez traverser comme souffrance ? Si oui est la réponse de chacun de vous, qu'il en soit ainsi. Et ma miséricorde repose sur chacun de vous. Accepteriez-vous de faire toujours la volonté et remplir cette mission qui est mondiale et qui sauvera le monde entier à la fin des temps ? Oui avait été la réponse de chacun de vous, mais aujourd'hui je renouvelle cette question et cette demande. Si oui est la réponse de chacun de vous, qu'il en soit ainsi.

Accepteriez-vous de vous sacrifier chaque jour, pour tous ceux qui viennent à moi à travers vous en implorant chaque jour ma Mère à travers vous, de-mandant d'intercéder pour eux ? Si oui est la réponse de chacun de vous, cela soit ainsi. Ac-cepteriez-vous d'adhérer, à cœur ouvert, à la mission telle qu'elle est ? Ses souffrances, ses épreuves, les défis que les hommes vous lancent, l'Eglise, en détresse des fois, qui ne sait pas ce qu'elle fait et qui s'oppose à cette mission ? Si oui est la réponse de chacun de vous qu'il en soit ainsi. Ma miséricorde, la force venant du Père et de moi-même le Fils et de l'Esprit Saint image de ma Marie, ma Mère, reposent sur vous tous. Rentrez dans ce carême avec moi et recevez ma bénédiction, Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

Le Seigneur -

Pendant ce carême, combattez l'ennemi à travers l'amour. Aimez toute personne telle qu'elle est. C'est à travers l'amour que vous vaincrez l'ennemi, face à l'amour il tremble, il a peur.

Commentaires de Marie Rose.

//
Marie Rose -
Vous savez, aujourd'hui c'est la première fois que j'ai vu la Vierge apparaître avec à l'arrière quelque chose comme un autel immense. Et tous les prêtres étaient en ornements de messe en violet éclatant et le Christ était au milieu. Ce ne sont pas les prêtres de la terre. Et le Christ était aussi en ornements violets. Et la Vierge a dit qu'aujourd'hui le Christ préside la messe avec nous. Quand le Seigneur s'est avancé, les prêtres se sont levés et la Vierge s'est mise aux pieds de son Fils qui a parlé. Et la Voix a dit qu'il s'identifiera pour prouver que c'est vraiment lui Jésus de Nazareth, celui qu'on a cloué sur la croix. Alors le Christ a com-mencé à parler.

Aujourd'hui nous entrons, dit-il, dans la souffrance avec lui. Alors il renouvelle la mémoire des promesses que nous lui avons faites. Il nous demande si nous sommes toujours prêts et si nous disons toujours oui comme autrefois ? Acceptons-nous toujours ? nous demande-t-il. Il nous laisse libre, il ne nous oblige pas. Si chacun de nous accepte et dit oui, qu'il en soit ainsi. Il n'oblige personne, il prend le temps en espaçant ses paroles de silence et sa Mère nous souriait. Mais ils étaient tous en violets et le Saint Sacrement était en haut, lumineux.
Après que le Christ a parlé, la lumière est sortie de l'Hostie pour illuminer absolument tout et tous. A côté du Christ qui va présider la messe, la Vierge s'est assise, à sa droite. Les prêtres sont comme des évêques. Et la Voix a dit qu'aujourd'hui le Christ va présider la messe avec tous ses représentants. A la messe de tout représentant, aujourd'hui, le Christ est présent pour prouver que l'Eglise entre dans le temps du carême.

Le Christ se fait spécialement présent dans toutes ses églises. C'est pour réconforter son peuple, qu'il puisse entrer dans le carême avec sa force et sa grâce. Au Ciel aussi on entre dans le temps dans le carême. Et la Voix dit que chaque année le Christ est cloué sur la croix, car il continue de mourir pour les péchés de ce monde. Ainsi quand nous souffrons, nous souffrons avec le Christ qui ne nous laisse pas souffrir seuls.

**MESSAGES 2006(extraits)**

3 Mars 2006

Résidence Saint Victor, vendredi des Cendres 3 mars 2006.

La Vierge rappelle le jeûne spirituel qui doit être à la base de tout sacrifice et constitue le grand moyen de la purification et de la sainteté.
Etaient présents les deux Parents spirituels de Marie Rose et Marie Rose elle-même.
+La Sainte Vierge -
Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël qui visite et rachète son peuple,

L'assistance -.

Amen

La Sainte Vierge -

Mes enfants bien-aimés, en ce début du carême, je vous invite tous à apprendre à ceux qui ne connaissent pas ce que c'est que la spiritualité, en particulier le jeûne spirituel que j'ai eu à vous enseigner moi-même. Apprenez à tous mes enfants à connaître ce que c'est que le jeûne spirituel qui est le jeûne du cœur et de l'âme. Le jeûne du cœur et de l'âme vous mène à la sainteté, vous ouvre les portes de la sainteté. Le jeûne spirituel change le cœur et aide à la purification. Je vous ai dit que tous les messages que je vous donne chaque jour, mes enfants, vous devriez les partager aux autres et apprendre aussi à ceux qui ne connaissent l'existence de Dieu à le savoir. Et tout cela, mes enfants, est très important pour moi qui suis votre Mère.

Chaque jour, je me soucie de toutes ces âmes qui errent dans le vide parce qu'elles n'ont pas eu à savoir l'existence de Dieu quand ils étaient dans ce monde . Alors, commencez à apprendre à ceux qui n'ont pas encore quitté ce monde, à connaître l'existence propre de Dieu dans leurs cœurs, dans leurs âmes et dans leurs esprits.
Mes enfants bien-aimés, sachez que chaque jour ma visite est une grâce pour chacun de vous. La visite de chaque jour représente des milliers et des milliers de grâces que Dieu votre Père vous accorde chaque jour et vous ne le savez pas. Bien que l'ennemi ruse, vous êtes chaque jour comblés. Et aucune ruse de l'ennemi ne pourra détruire ce que Dieu votre Père vous accorde comme miséricorde chaque jour et comme grâce chaque jour. Et ces grâces que vous recevez sauveront des milliers et des milliers de gens, en particulier la France qui détient le monde et qui me représente dans le livre d'or.

Je voudrais vous dire que les soucis de chacun de vous, je les connais déjà. Je regarde le cœur de chacun de vous et tout ce que vous désirez savoir, que l'Esprit soit votre guide et qu'il vous éclaire pour toujours. Mais, des fois, si beaucoup de vos pensées et de vos problèmes sont pleins de mystère, acceptez-le parce que vos esprits sont trop faibles pour comprendre tout ce qui vient de Dieu le Père et concernant la mission. Acceptez que, des fois, d'autres demeurent mystérieux.
Je vous aime tous, mes enfants, voilà pourquoi je t'invite, mon fils de prédilection Re-né, d'essayer de propager à travers ta théologie, le jeûne spirituel. Que le jeûne spirituel soit propagé partout afin que tous ceux qui ne connaissent pas l'existence de Dieu dans leur cœur, le sachent avant qu'il ne soit trop tard. Et en ce début de carême, c'est ce que je te demande, mon fils bien-aimé.
Merci d'être toujours à mon écoute, mes enfants. Soyez tous bénis au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit,

L'assistance -

Amen !

La Sainte Vierge -

A nous revoir bientôt comme mon Fils reviendra bientôt, ainsi soit-il.

Commentaires de Marie Rose.

Marie Rose -
La Dame du Ciel est allée doucement aujourd'hui, elle était très douce. Son Fils est resté à l'arrière et n'a rien dit. Il nous regardait simplement. Mais on sent que la Dame du Ciel communie aux souffrances de son Fils, aujourd'hui elle a l'air d'être abattue. Elle parlait doucement et on sentait une mère qui souffre pour son enfant. On sent que, elle aussi, est entrée dans les souffrances avec son Fils. On le sent parce que lorsqu'elle parle, elle parle doucement avec des pauses comme une personne fatiguée. Son Fils aussi m'a fixé le regard jusqu'à la fin sans rien dire, on sent que le Christ est entré dans ses souffrances. Quant à la Mère, on sent son sourire maternel marqué par l'épuisement. Elle demande de ne pas mettre les messages au tiroir mais des les propager parce que beaucoup ignorent qu'ils peuvent s'adresser à Dieu dans leur cœur parce que Dieu est dans leur cœur. Et pour le jeûne, bon nombre le font matériellement mais ne savent pas chercher Dieu dans leur cœur. Le jeûne spirituel qui purifie le cœur et l'âme nous rapproche de Dieu et nous ouvre les demeures de la sainteté pour que nous puissions nous introduire. Il faut apprendre au peuple de Dieu à prier intérieurement. Rechercher Dieu en notre âme, en notre cœur, en nous esprits parce qu'il y est présent, voilà le jeûne spirituel. Même à ceux qui sont sans religion, il faut leur apprendre à chercher Dieu. S'ils n'apprennent à chercher Dieu, à leur mort, ils planent dans le vide. En ce début de carême la Vierge nous demande d'instruire les gens.
La Vierge nous regardait avec le sourire mais on sent la fatigue, tandis que son Fils nous regardait avec un silence profond parlant. Le silence est parlant mais on ne sait pas ce qu'il dit.

27 MARS 2006

calavaire yagma(alt)

Le carême et la passion de Marie Rose.

Nous sommes au lundi 27 mars 2006, et depuis le 3 mars, il n'a pas été possible aux Parents conseillers de voir Marie Rose et d'établir un quelconque plan de prières pour les intentions. Les difficultés et les maladies se sont accentuées. La conséquence est que la voyante souffre physiquement et très péniblement, et les Parents conseillers moralement. Pour les Parents conseillers, en effet, avec les constants soucis de soigner la malade, il y a la pénible impression de perdre les moyens comme le temps pour remplir la mission. La mission demande la diffusion des messages et la lutte pour la clarification des problèmes qui ont entouré la reconnaissance des apparitions. Les forces du mal ont su tellement embrouiller les choses, que malgré la simplicité de l'essentiel de l'histoire des apparitions pour ceux qui ont vécu et mené l'événement à la demande des Personnalités célestes, le discours pour éclairer l'Église et le monde avec les motivations et les explications convaincantes, demande un temps d'élaboration pour l'agencement de la richesse des faits et des arguments.

Avoir ainsi les éléments du travail dans les bras et être bloqué par les épreuves susdites semble vous mettre dans un retard qui relèverait de votre faute ou de l'abandon de Dieu, surtout qu'on a été réellement entouré pendant un temps, d'ignobles calomniateurs. Avoir reçu des coups sans la possibilité de répliquer et être ainsi bloqué dans la possibilité de conforter les âmes de bonne volonté et de mener la mission telle qu'on la voit, est très très éprouvant. De tous ces soucis je ne parle pas à Marie Rose. Et pourtant le Seigneur et sa Mère ne cesse de nous prodiguer leurs encouragements, leurs invitations à accepter la souffrance, la croix à la suite du Christ pour l'Église et le monde.

Nous recevons ces invitations et ces encouragements sur le champ, parce que cela entre dans l'enseignement intellectuel de notre vie chrétienne. Mais nos yeux étant rivés sur l'actualité qui passe tous les jours éloignent de notre mémoire, les avertissements et les encouragements du Christ et de sa Mère. Alors nous nous plaignons au lieu de nous conforter dans la foi et la confiance en Dieu qui nous a montré, maintes fois, son attention et sa sollicitude à notre égard.
C'est en relisant les messages passés, que je me suis rendu compte des avertissements qui nous avaient été prodigués et qui demandent de notre part foi, confiance, sérénité, esprit de sacrifice. Parce que Dieu nous associe à la recherche du salut du monde. Marie Rose partage quelque peu ce que vivent les âmes-victimes. Qu'on en juge, voici ce que le Seigneur nous disait le 8 janvier 2006 en réponse à nos plaintes et nos implorations devant au milieu de nos épreuves :

" Le Christ, nous a dit Marie Rose le jour de l'Épiphanie, a parlé au sujet de mes épreuves, ce matin quand j'étais couchée sur le lit et que je lui ai parlé de vous et de ces problèmes. Je lui ai dit que vous êtes sur le bord du découragement et vous êtes dans la tristesse. " Ne pourriez-vous pas faire quelque chose pour lui ? lui ai-je dit. Dis-nous quelque chose. " Il me répondit alors ceci : " Demande à ton Père conseiller : veut-il maintenant que je fasse sa volonté ou bien ma volonté à moi ? Vous ne voulez plus que tu souffres, moi aussi je voudrais que mon Corps ne souffre plus. Alors vous voulez que moi je vous suive en votre bon plaisir ou bien vous voulez me suivre ? Si vous voulez me suivre, vous ne devez pas craindre les douleurs de votre corps. Vous devez vous donner tout entiers à moi, corps, âme et esprit. Même votre propre corps est consacré à moi. Alors je vous purifie à tout moment.

Quand je viens vous parler à travers Marie Rose et après je m'en vais, Satan s'en vient. Et quand il vient tenter ses œuvres et se trouve impuissant, c'est que Dieu, par les épreuves qu'il permet, purifie Marie Rose et la préserve ainsi. Sans cette purification, la chair se fortifierait pour incliner vers la tentation. "
Ainsi donc quand mon cycle est douloureux cela ne signifie pas qu'il m'a abandonnée, moi et vous avec les ennuis des soins coûteux. C'est simplement que moi étant consacrée, je suis toujours ainsi purifiée, car, pour que mon cycle douloureux, il faudrait que je sois en-ceinte et que j'enfante pour en être libérée. Je dois alors lutter contre cela. A tout moment, en effet, le personnel médical me dit qu'une fois que j'aurais enfanté, ce cycle douloureux va passer. Et des dames qui ont subi cette expérience me l'ont dit aussi. Ainsi, dit le Christ, le corps (la Chair et le monde selon les termes bibliques, théologiques et spirituels) fait la guerre contre le spirituel. Et mon corps est ainsi supplicié, le spirituel qui lutte contre le corps qui appartient à la terre. Et le démon a pouvoir sur le corps pour le tourmenter, mais pas sur le cœur et l'âme.

Et le Christ dit que si nous voulons qu'il nous épargne de la souffrance de mon cycle, la conséquence serait que nous acceptons que je me laisse aller à la tentation. Ainsi donc nous aurons des épreuves mais il faut savoir que la mission ne s'arrêtera pas et rien ne nous manquera, c'est seulement que nous nous laissons aller à l'inquiétude du fait que le Père, comme lui et comme la Maman, ont leurs temps qui demandent de nous patience et foi. Hier, lorsque vous avez eu la somme d'argent qu'on vous a envoyée, vous êtes venu immédiate-ment pour régler mes factures et mes besoins. Le Christ a rappelé cela pour vous dire que le Père et lui n'ont pas moins de souci pour vous et votre mission que vous n'en avez pour moi. Mais le Père, comme le Fils comme la Maman, ont leur temps qui ne peut aller au rythme de nos appétits impatients. On pourra traverser toutes les situations, la mission ne s'arrêtera pas.
Et voici ce que la Vierge nous avait dit le 5 août dernier 2005 :

" Mes enfants bien-aimés, nous a dit la Sainte Vierge, soyez tous dans la joie et acceptez tout par amour pour le salut, rien que pour le salut de ce monde. Je vous remercie d'être toujours à mon écoute.
Savez-vous, mes fils et fille de prédilection ici présents, la mission que chacun de vous est en train d'accomplir en ce moment est mondiale. Et vous soutenez chaque jour le cœur de l'Eglise à travers vos prières et à travers les souffrances que vous traversez chaque jour. Le cœur de l'Eglise est épuisé, il est malade, mais vous le soutenez à travers votre confiance que vous avez mise en mon Fils et en moi. Donc n'ayez en conséquence crainte de rien mes en-fants. Si bien que la mission est grande, vous n'aurez pas moins de difficultés pour l'accomplir. Sans souffrance, sachez que la mission n'est plus divine. Souvenez-vous de la mort de mon Fils sur la Croix. Je l'ai acceptée par amour, étant Mère de l'Eglise, pour le salut de ce monde. Et mon Fils a été cloué sur la croix pour sauver le monde entier.
Vous qui suivez ses pas, vous ne vous demandez pas un jour, est-ce que nous ne souffrirons pas aussi comme mon Fils a souffert ? Si vous ne vous le demandez pas, je le demanderai à votre place et je vous donnerai la réponse, mes enfants. Vous n'aurez pas à souffrir et à être cloués sur la croix, mais vous portez la souffrance de ses plaies, de ses clous et vous ne vous en rendez pas compte. Non, mes enfants, vous ne serez pas cloués comme mon Fils, mais sachez que vous portez, en chacun de vous, les douleurs de ses plaies. Et c'est pour cela chacun de vous traverse sa purification, sa nuit de la foi sans le savoir. Je vous ai tous appelés à la sainteté. Vous ne pouvez pas franchir le grand portail de la sainteté sans traverser les épreuves comme les autres amis du Père ont eu à souffrir aussi. Il aime partager ses souffrances à ses amis fidèles. Et puisque vous Lui êtes fidèles, sachez qu'il n'a personne d'autre à qui partager ses souffrances ".

Et relisant tout cela ces jours-ci, fin mars alors que depuis le début du mois nous n'avons plus eu la possibilité de voir Marie Rose et qu'on la sait souffrante, nous ressentons un certain soulagement dans une bonne sérénité. C'est dans la patience que nous attendons l'amélioration de son état. Les médecins diagnostiquent une fatigue générale et différentes maladies. Ce contre quoi ils sont impuissants, ce sont ces douleurs cuisantes et indéfinies qui affectent même ses cheveux et ses ongles et cette vision incessante de la figure ensanglantée du Christ. Cette vision de la face du Christ lui donne le dégoût pour toute viande. Les médecins ont prescrit un traitement pour jusqu'en fin avril. Mais nous espérons qu'à Pâque elle se sentira notablement mieux et nous prions pour qu'elle ait la force de porter la croix avec le Christ.

**MESSAGES 2006(extraits)**

11 Avril 2006

Tâmpùì, mardi 11 avril 2006.

La Vierge rappelle la valeur du silence et du sacrifice et donne des encouragements.

Depuis le Mercredi des Cendres, 3 mars 2006, les maladies et les malaises de Marie Rose nous ont empêchés d'avoir la messe ensemble. Donc depuis le temps du Carême. A côté des maladies contre lesquelles les médecins luttent, il y avait aussi d'autres souffrances plus mystiques, comme le fait d'avoir la vision de la face meurtrie et ensanglantée du Christ. Et ses apparitions quotidiennes sont remplacées par les visions du Christ souffrant avec, à côté de lui, sa Mère silencieuse et la vision du monde l'au-delà illustrant l'article du " Je crois en Dieu " disant qu'il est descendu aux enfers.

Aujourd'hui durant la messe c'est la Vierge qui est apparue et a pris la parole. Il y a plus d'un mois que nous ne nous sommes pas rencontrés ainsi à la messe, et la Vierge répondait à notre impatience en se montrant déjà furtivement avant le commencement de la messe à plusieurs reprises.
Elle revient fidèlement sur le silence du cœur, jeûne spirituel qui valorise le jeûne physique. Le Christ a gardé ce silence lorsqu'il a vu la coupe d'épreuves qui se présentait à lui. Dans cette coupe il voyait bien la trahison de Judas auquel il voulait bien pardonner tant son cœur est doux.

La Vierge nous rappelle leur sollicitude dans leur présence fidèle et la valeur des sacrifices qui parfois s'imposent à nous.

La Sainte Vierge -

Béni soit le Dieu d'Israël qui visite et rachète son peuple, amen.
Mes enfants bien-aimés, je vous invite tous à garder le silence intérieur. Comme il est dit dans la Bible, en toutes choses, dit Dieu, le silence. Bien que vous traversiez en ce moment tant d'épreuves, l'Esprit du Seigneur dont je suis l'image, est toujours avec vous. Souvenez-vous de mon Fils, lors de sa Passion quand il a vu la coupe. Vous aussi, vous êtes en train de traverser ces mêmes souffrances bien que vous ne soyez pas des dieux. Puisque vous communiez avec mon Fils je vous invite à garder le silence. Laissez-vous habiter par le silence de Celui Qui Suis et qui m'envoie vous parler chaque jour.
Mon fils de prédilection René ainsi que ma fille de prédilection Marie Blanche épouse de mon fils, n'ayez donc pas peur, puisque l'Esprit est toujours avec vous. Tout ce que vous demandez chaque jour, vous est accordé mais au temps opportun. Ne croyez pas que vous n'êtes pas exaucés.

Chaque jour vous êtes exaucés, mais l'Esprit a son temps et son heure.
S'agissant de Madame M...qu'il en soit ainsi et que la miséricorde de mon Fils repose sur elle et son fils, ainsi soit-il. Que la miséricorde de mon Fils lui accorde ce que son cœur désire. Mais c'est comme je viens de vous le dire, laissez l'Esprit à son temps et à son heure voulue de vous accorder ce dont vous avez le plus besoin. Réjouissez-vous car vous êtes bénis, vous êtes les premiers élus de l'Eternel, et la grâce, nul ne pourra la détruire, jus-qu'à la fin des temps, ce qui veut dire, jusqu'au retour de mon Fils sur la terre. Vous êtes en train de communier directement à toutes les souffrances de mon Fils.
Marie Rose, ma fille, réjouis-toi, car ta souffrance sauvera tant de monde. Ta souf-France est égale à la souffrance de la Fille Aînée de l'Eglise qui est la France pour laquelle tu pries chaque jour. Tu souffres avec la France, Fille Aînée de l'Eglise. C'est pour cela le Père a trouvé normal que tu communies avec son Fils. A vous les élus de l'Eternel, René mon fils de prédilection et Marie Blanche ma fille de prédilection, épouse de mon Fils, sachez que vous, vous remplissez des tâches qui relèvent l'Eglise universelle. N'ayez plus peur de souffrir car vos souffrances ornent la Maison de l'Eternel, vos souffrances sauvent l'Eglise et la relèvent vu qu'actuellement l'Eglise a fléchi. Un genou de l'Eglise a fléchi par terre alors que tout genou devrait fléchir devant mon Fils et non pas pour la terre.

C'est l'Eglise qui s'est donnée au diable qui la fait fléchir pour la terre. Mais vos souffrances relèveront ce genou de l'Eglise qui a fléchi pour la terre, l'Eglise épuisée par les maux créés par l'ennemi.Je ne suis nul autre que la Mère de Jésus de Nazareth, Celui qui chaque année continue de mourir sur la croix pour sauver le monde entier.
Maintenant je vous laisse avec mon Fils qui va vous bénir mais aujourd'hui, Marie Rose, tu ne verras pas le Saint Sacrement et la Grande Lumière puisque mon Fils est en train de traverser ses épreuves. Faîtes savoir à tout le peuple de Dieu que, chaque année, mon Fils accepte de mourir sur la croix pour sauver son peuple. Et sa bénédiction vous comblera de tout ce dont le cœur de chacun de vous a besoin. Qu'il en soit ainsi.
Mes enfants, je vous aime. Si vous saviez comment je vous aimais ! Partagez cet amour à ceux qui ne l'ont jamais connu. Je suis Marie Reine du Ciel et de la Terre. Comme il est dit dans la Bible, quelle joie quand on m'a dit, allons à la maison du Seigneur. Jérusalem comblée de joie ! Dîtes-vous aujourd'hui quelle joie pour vous, comme je viens de vous le dire, de recevoir la bénédiction de mon Fils étant souffrant pour que vous puissiez surmonter vos épreuves.
Le Seigneur -
Pater et Filius et Spiritus Sanctus,
L'assistance -
Amen !
Commentaires de Marie Rose.
Marie Rose -

La Dame du Ciel a souri. Au moment de la bénédiction, les trois doigts sont sortis de la Lumière. Le Christ aujourd'hui s'est présenté dans le Saint Sacrement tenu par les anges. Et le Saint Sacrement brillait comme de l'or. Et ils se sont agenouillés devant l'Immense Lumière et les trois doigts sont sortis pour nous bénir. La Dame du Ciel était à la droite du Saint Sacrement au bas de la Grande Lumière. Après la bénédiction donnée par les trois doigts di-vins, la Vierge a souri longuement. Et l'Immense Lumière a eu comme un jaillissement et tout le monde est remonté dans cette Lumière qui s'est comme ouverte pour le recevoir.
La Dame du Ciel était heureuse, elle a dit que nous croyons que nous sommes abandonnés alors que non. Ces temps-ci nous communions directement aux souffrances de son Fils. Elle a parlé de Madame MONTFORT et a souri en disant qu'il en soit ainsi.

Elle dit que vous priez pour les personnes et vous pensez qu'elle ne vous entend pas. Alors que toutes vos prières sont exaucées. Seulement Dieu ne se dépêche pas d'accorder à la va vite selon la manière du démon. Dieu prend son temps pour vous l'accorder au meilleur moment.
Dieu donne abondamment, mais il sait aussi arrêter avant de reprendre et le temps d'arrêt ne signifie pas oubli. Par exemple vous priez pour ma santé alors que mes épreuves vont aussi avec la Passion du Christ. Il y a à choisir aussi de souffrir avec le Christ ou pas. Et pendant l'épreuve, le Christ permet qu'on nous attaque, comme il a permis qu'on le flagelle. La Vierge nous fait comprendre qu'elle ne peut pas supprimer mon mal, autrement dit me décharger de cette croix.
Durant ces temps il m'a été donné de voir comment le Christ est descendu aux enfers, et comment il a vaincu la mort, libéré les justes et leur a ouvert les portes du Paradis.

**MESSAGES 2006(extraits)**

26 Avril 2006

Tâmpùì, mercredi 26 avril 2006.

La passion de Marie Rose.


Depuis des mois, la santé de Marie Rose nous causait beaucoup de soucis. Et n'était l'aide de personnes de foi, nous nous demandons comment elle serait encore en vie. Mais depuis le mois de mars, particulièrement, depuis le Mercredi des Cendres, les choses se sont aggravées. Les cliniques constatant que leurs efforts étaient vains, nous envoyèrent à la médecine traditionnelle du Père Aimé Césaire. Cette médecine elle aussi se révélant impuissante, nous dûment aller à la racine originale. Les maux reprenant un jour à la suite d'une syncope, nous revînmes à la clinique. Après un traitement de palu et d'autres maux, on diagnostiqua un calcul biliaire qui demande une opération. L'opération étant décidée, pour la garantir on procéda à d'autres examens à cause de la face et des pieds enflés. Pendant deux semaines ces examens se prolongèrent et ne donnaient pas la satisfaction voulue. Tous ces soins et ces examens médicaux ont à être examinés pour une meilleure analyse de la situation.

Le Seigneur -

Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

Le Seigneur -

Marie Rose, si je t'ai dit de cacher tes mains, c'est pour te dire que toute personne humaine est impure devant Dieu. Ainsi comme tu es éprouvée par l'Ennemi…

A cet instant le Père célébrant fait signe à sa sœur, la Sœur Marie Blanche de lui donner une deuxième cassette posée sur une petite table. Dans le passé, à la même demande de service la Sœur montrait une impatience qui irritait le Père et était l'occasion de remarques vives après. N'était-ce pas un manque de silence du cœur qui offensait le Seigneur et sa Mère ? S'était demandé le Père, inquiet de manquer de respect à Dieu. Aujourd'hui, la Sœur lui a obéi sans aucun problème et lui a donné la cassette tout tranquillement. Cela Marie Rose ne le voyait pas. Et voilà que le Christ arrête son message pour donner cette leçon sur nos relations humaines qui peuvent n'être pas harmonieuses, et nous dire comment sa con-descendance les voit. La méthode du silence du cœur étant de savoir vider simplement ce cœur sans rien y garder comme rancune ou amertume parce que l'importance qu'on donne au Père qui est en nous ne peut laisser de place à ces fruits de la chair :

Au moins aujourd'hui, mon épouse ne s'est pas fâchée avec son frère. Blanche, je vous permets des fois, toi étant mon épouse, que toi et ton grand frère vous vous disputiez. Mais je ne regarde pas vos disputes, mais vos cœurs. Aujourd'hui au moins tu as bien servi ton frère sans discussion.
Marie Rose, sache que tu es ma servante. Et c'est pour que le monde d'aujourd'hui sa-che ce qui est avec toi que tu as vécu les mêmes souffrances que moi. Tu as vécu avec moi la mort. Et puisque je suis ressuscité, tu seras ressuscitée. Je vais vous expliquer. L'homme n'est pas comme Dieu. Alors les ennemis, étant aux aguets, t'ont vraiment piégée partout et ils sont là, cachés comme des lions tapis dans leurs fourrés, et tous leurs pièges t'ont touchée. C'est pour cela, toi aussi tu as vécu la mort du corps sur la terre, mais ton âme n'a pas été touchée, c'est le corps qui souffre mais pas l'âme ni le cœur. Et sachez que toi et tes Parents conseillers, vous tous, vous ne pourrez jamais connaître le mystère de Pâque. Vous ne percerez jamais tous ces mystères qui ne vous troublent pas mais qui vous dépassent.

Dîtes à ce monde que je ne suis nul autre que le Fils du Dieu Vivant. Pourquoi essayer de percer mon mystère, de percer ma pensée, simples humains que vous êtes ? Je suis le Dieu d'Israël. Marie Rose a subi les mêmes souffrances que moi, mais elle a été ressuscitée ; puisque je suis Dieu je ne peux plus avoir les mêmes souffrances que Marie Rose. Tandis que Marie Rose n'étant pas une déesse, elle ressentira toujours les séquelles de ma souffrance. Ainsi soit-il. Je ne suis nul autre que le Fils du Dieu Vivant.
N'ayez pas peur car je suis toujours avec vous. Bien que ce temps ait été tellement pénible pour vous, vous avez tous compati avec moi, vous tous. Mon fidèle ami, Constantin, René mon ami, toi qui viens de prendre la relève, toi mon épouse Marie Blanche, qui a con-duit Marie Rose à moi, sachez que vous avez tous compati à ma croix, à mes souffrances, à ma flagellation, à mes gifles, à mes tortures. Mais toujours, je ne vous abandonnerai jamais, mais un père sait à quel moment donner à son fils ce qu'il désire. Qu'il en soit ainsi, que tout ce que le cœur chacun de vous désire vous soit accordé : Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

Le Seigneur -

Acceptez toute personne telle qu'elle est. Mais souvenez-vous d'un des messages qui vous disait : même si le lion se convertit, méfiez-vous parce qu'un jour ou l'autre, il sera tenté encore de dévorer une brebis. Ainsi soit-il ! Je ne suis nul autre que le Christ ressuscité d'entre les morts, à moi la victoire. Et vous remporterez la victoire avec moi à la fin des temps.

Commentaires de Marie Rose.

Marie Rose -

Oh ! qu'il est beau, le Christ ressuscité ! Il est tout blanc et resplendissant. Il m'a dit que je l'ai suivi dans la mort et je suis sortie, mais, tandis que lui est Dieu, moi je ne suis pas déesse. Mes ennemis sont nombreux et me veulent beaucoup de mal, et il a donné la permission qu'ils puissent me faire le mal. Ainsi je l'ai suivi dans la mort. Et il m'a révélé que la femme qui m'aide ne mourra pas. Mes ennemis ont mis en œuvre leurs stratagèmes mais je ne mourai pas. N'ayant pas réussi à m'avoir par un effet mortel de leur poison, ils ont décoché un trait plus meurtrier qui m'a ratée et atteint cette femme qui m'aide chaque jour. Le Seigneur a permis cependant que leur empoisonnement produise chez moi les effets contre lesquels vous avez lutté afin que j'en subisse les douleurs et souffre sa passion avec lui.
Quant à la femme, c'est le Jeudi Saint qu'elle a été hospitalisée. J'étais absente parce que j'étais à la clinique. Quelqu'un a apporté alors un plat qui, soi-disant, m'était destiné. Et elle a consommé ce plat. A la vue des effets du mal on l'amena à l'hôpital Paul VI. Et les médecins après leurs examens déclarèrent que le mal est un empoisonnement maléfique qui dé-passe leurs compétences, d'aller chez les traditionnels chercher un contrepoison. Le ventre de la femme s'enflait de façon anormale et sa respiration devenait difficile. Le soignant traditionnel la reçut et déclara que les choses iront très vite dans les minutes qui viennent.

Effectivement, après l'administration du contrepoison, dans les dix minutes, la femme vomit deux énormes crapauds et deux escargots. Les brûlures d'estomac qu'elle ressentait alors sont des ulcères d'estomac causés par le mal. ces ulcères sont de la compétence de la médecine moderne. On ne sait pas par où sont entrées ces objets vomies qui ont blessé son estomac. Ces ulcères d'estomac à soigner sont alors de la compétence des médecins. Ce même poison qui m'a été administré n'a pas eu cet effet parce que le Seigneur est avec moi. Mais il a eu d'autres effets qui ont poussé aux multiples examens médicaux qui ne révélaient rien.
Le Christ m'a dit que lui est ressuscité des morts et son état est parfait. Tandis que moi je suis une mortelle dans la vie mortelle. J'ai senti les séquelles de ces maux dans mon corps et vous dans votre cœur. Ainsi donc vous avez, tous, compati à sa mort et à sa résurrection. Mais il a souri et a affirmé avec humour : " Dis à tes Parents conseillers de ne pas croire que c'est tous les ans que je vais les faire compatir à ma mort et à ma résurrection. C'est une fois en passant. Comme les ennemis s'étaient concertés contre toi, j'ai permis que leurs actions se passent au moment de ma mort et de ma résurrection, au temps de la Passion, de la Semaine Sainte et de Pâque. " Ainsi, avec lui j'ai souffert les douleurs de la mort et par lui je passerai pour avoir la libération.

Autrement c'est depuis longtemps que les ennemis m'en voulaient et me guettaient, ils voulaient m'anéantir pour nuire à la mission. Seulement le Seigneur a fait que je meure avec lui et que je ressuscite avec lui pour dire non à l'ennemi et leur montrer qu'ils ne sont rien en réduisant leur projet à zéro. Mais je suis une créature, j'ai dû ressentir les séquelles du mal et vous la douleur des soucis dans vos cœurs.
Le Seigneur a fait remarqué aussi qu'aujourd'hui ma Sœur conseillère ne s'est pas irritée quand vous lui avez demandé au moment du message, de vous donner la cassette. Puis il a dit qu'il ne regarde pas vos disputes, ce sont vos cœurs qui le préoccupent. C'est lui qui a créé le cœur de l'homme alors il le connaît.

**MESSAGES 2006(extraits)**

Mai 2006 commentaires sur la situation

l'esplanade devant la grotte(alt)

C'est tous les jours que nous recevons la Visite de la Vierge et de son Fils et Marie Rose a le charisme de les voir, de les entendre . Elle énonce leurs messages qui nous enseignent, nous avertissent, nous exhortent. Elle décrit les scènes célestes et les visions qui nous instruisent. Depuis la fin de l'année 2005 et le début de 2006, les nouvelles de Marie Rose et le rythme des messages se sont espacés. Cela est dû à des épreuves qui se situent bien dans les événements de l'Eglise en communion de laquelle nous vivons, vu la mission que la Dame du Ciel nous a confiée. Ce texte nous livre les nouvelles à la lumière des messages qui nous ont été adressés.

- Année 2006, année de combat féroce de purification et de nuit de la foi ?

  • L'importance de toute personne suivant les pas du Christ, elle vit en communion avec l'Eglise et est appelée à la sainteté.
  • La purification, ainsi donc, nous concerne et concerne l'Eglise malade.
  • Le Christ nous invite sur un chemin de croix spécial en nous en redisant la valeur.
  • L'annonce des tirs et des pillages de l'Ennemi.
  • Le Seigneur jette la lumière sur ces maux nos épreuves.
  • Marie Rose empoisonnée par des inconnus.
  • De quelque manière qu'il vous pille, avait dit le Seigneur.
  • Marie Rose vaut-elle tant de sacrifices et de dépenses ?
  • Le prix de Marie Rose.
  • Les avertissements annoncés pour 2006 se concrétisent-ils ?
  • Le combat féroce et la nuit de la foi.
  • La dernière apparition de la Dame du Ciel et de son Fils et les dernières nouvelles de Marie Rose.

Année 2006, année de combat féroce de purification et de nuit de la foi ?
C'est l'avertissement qu'ont donné les messages des 2, 19, 29 et 31 décembre 2005. Pour qui sont, nous sommes-nous, naturellement, demandé ce combat, cette purification et cette nuit de la foi ? Nous avons peu à peu compris que c'est pour nous et pour l'Eglise entière.
En ce qui nous concerne, cette annonce du calice ne pouvait pas ne pas nous inquiéter vu les épreuves que nous avions déjà subies dans le dernier semestre de l'année 2005. Cette période fut marquée par de pénibles pannes d'ordinateurs durant lesquelles la saisie des mes-sages a été gênée, compliquant ainsi le travail par l'accumulation des bandes sonores. Mais grâce à de vrais missionnaires laïcs dont la générosité est venue au secours de notre dénue-ment, les outils furent renouvelés en un meilleur équipement en fin novembre début décembre. Surtout alors, les maladies de Marie Rose ont été un véritable calvaire pour elle et pour nous aussi ses Parents spirituels qui nous occupons d'elle. Elle a eu plusieurs opérations et des maladies dont des plaies curieuses dont nous avons eu l'explication dans un message.

Mais le véritable calvaire fut les maladies qui sont survenues depuis le mois de janvier et se sont accentuées au mois d'avril. Une lithiase biliaire fut détectée par la clinique. Ce n'est pas la première fois, elle avait été détectée à Abidjan en 2002. La décision d'une opération fut prise et fixée au Jeudi Saint. Et voilà que d'autres symptômes de maladies se révèlent et font suspendre la décision d'opération. Les traitements de ces symptômes qui passent d'un organe à l'autre, sont extrêmement coûteux et n'apportent aucun résultat décisif. Ce sont vos ressources qui se volatilisent sans apporter le salut, avec la menace qu'une fois au bout de vos ressources, vous résigniez à voir mourir votre malade sans secours. Les choses se sont aggravées jusqu'au 26 avril et ce n'est qu'en fin avril que l'on acquit la conviction que la malade était victime d'empoisonnements successifs qui auraient rendu fatale l'opération projetée. Cependant n'étaient les traitements coûteux que Marie Rose a eus, elle n'aurait pas survécu jusqu'à la découverte qu'il s'agit d'empoisonnements. Les traitements coûteux malgré leurs effets qui soulageaient passagèrement la malade ne pouvaient pas apporter la guérison. Du fait que nous n'avons pas de sécurité sociale la fin de nos moyens est fatale. Notre angoisse était que le mal s'empire pour devenir ainsi fatal.

Cette angoisse, cependant, était tempérée par la promesse du Seigneur et de sa Mère de ne pas nous abandonner car la mission doit aller jusqu'au bout. Mais n'empêche qu'au jour le jour les soucis sont très pénibles pour nous, tandis que Marie Rose souffre non seulement des douleurs physiques causées par les maladies, mais aussi des douleurs mystiques dans le fait de voir le Christ souffrant durant le temps du Carême.

Tout cela est pénible et, bien entendu, il nous est arrivé maintes fois de nous plaindre et de pousser des cris vers le Ciel.
L'importance de toute personne suivant les pas du Christ, elle vit en communion avec l'Eglise et est appelée à la sainteté.
Or, aux Juifs et à ses disciples le Christ avait bien donné l'avertissement que sa royauté n'est pas de ce monde et donc son bonheur n'est pas de cette terre, le Christ et sa Mère, en maints messages notamment en celui du 29 août 2003, nous avaient dit et rappelé ne nous promettaient pas le paradis sur terre. Nous avons quitté le monde et offert notre vie pour l'Eglise et sa mission, nous imaginons mal la croix que nous aurons à porter. Or un refuge du bonheur sur cette terre que, naturellement, nous ne pouvons ne pas rechercher c'est la maîtrise de notre vie, de notre temps, des devoirs que nous accomplissons, surtout ceux que le Ciel vous a clairement demandés.

En ce qui nous concerne, c'est de mener la mission qui nous a été donnée : seconder l'Evêque émérite de Kaya qui a rempli, selon son droit épiscopal, son devoir dans l'authentification des apparitions et des messages de la Dame de Yagma-Louda et qui a été injustement persécuté, entretenir la voyante en sa santé et ses besoins nécessaires, recueillir les messages et les propager et dire à l'Eglise et au pays la vérité qui doit les inter-peller.

Qu'on soit équipé pour tout cela avec une bonne maîtrise du budget pour accomplir le travail sans contrariété, en tous temps même les plus pénibles, est encore un bonheur. La croix, alors, c'est de se voir presque continuellement bloqué par des épreuves de toutes sortes, dans lesquelles Dieu que vous servez pourtant selon votre pouvoir, semble se faire lointain. Devant nos plaintes et nos tentations de découragement, le Seigneur et sa Mère sont donc, pratiquement, obligés de nous faire fréquemment des rappels, des avertissements qui doivent être des remèdes contre les mauvaises surprises décourageantes, et des exhortations à la sainteté par nos efforts pour garder la confiance en eux et accepter de bon cœur, sans amertume, tout ce qui peut être pénible dans le déroulement de cette mission qu'ils nous ont donnée.

Garder son cœur des plaintes, des amertumes et des soupirs de découragement, voilà un des aspects du silence du cœur si précieux pour faire honneur à Dieu le Père qui habite en nous.
C'est ainsi qu'au dernier mois de l'année passée, le 2 décembre 2005, le Christ, après nous avoir dit que notre combat ne nous concerne pas nous uniquement, nous annonce que la lutte a commencé c'est pourquoi nous traversons des épreuves à sa suite. Nos efforts et nos sacrifices servent à la lutte de l'Eglise universelle tout entière. Les prières et les sacrifices de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus ont fait d'elle la Patronne des missionnaires alors qu'elle n'a jamais quitté son Carmel et, en sont temps, vivait dans l'obscurité de son couvent. Cela fait bien l'étoffe de la vie ascétique mystique de l'Eglise.

Et le Seigneur rappelle la faveur insigne que nous avons pour une mission ecclésiale qui nous est donnée, de la grâce extraordinaire de leurs visites quotidiennes. Les apparitions quotidiennes durant lesquelles ils répondent bien des fois à nos questions même les plus intimes et les messages qu'ils livrent pour l'Eglise entière entrent dans le cadre de la multiplication du surnaturel dans l'Eglise, la multiplication des œuvres de l'Esprit, le tour du monde que fait la Vierge et son Fils. Le signe de l'origine divine de notre mission et de ses faveurs, nous dit la Vierge, est dans les épreuves sans les-quelles la faveur céleste ne serait pas authentique. Nos plaintes et nos supplications angoissées, des fois, montrent combien nous sommes loin d'être des saints à cause de notre manque de foi et de confiance. La Vierge et son Fils nous exhortent alors constamment, et la Maman, devant nos oublis nous dit-elle, prend notre place, pour ensuite nous rappeler l'importance de la croix à la suite du Christ. Ce qui est une touchante attitude maternelle qui doit nous enseigner comment la Mère de l'Eglise vit réellement avec ses enfants.

Qu'on en juge devant ce qu'elle nous a dit le 5 août 2005 : " Le cœur de l'Eglise est épuisé, il est malade, mais vous le soutenez à travers votre confiance que vous avez mise en mon Fils et en moi. Donc n'ayez donc crainte de rien mes enfants. Si bien que la mission est grande vous n'aurez pas moins de difficultés pour l'accomplir. Sans souffrance, sachez que la mission n'est plus divine. Souvenez-vous de la mort de mon Fils sur la Croix. Je l'ai acceptée par amour, étant Mère de l'Eglise, pour le salut de ce monde. Et mon Fils a été cloué sur la croix pour sauver le monde entier.

Vous qui suivez ses pas, vous ne vous demandez pas un jour, est-ce que nous également ne souffrirons pas comme mon Fils a souffert ? Si vous ne vous le demandez pas, je le demanderai à votre place et je vous donnerai la réponse, mes enfants. Vous n'aurez pas à souffrir et à être cloués sur la croix, mais vous portez la souffrance de ses plaies, de ses clous et vous ne vous en rendez pas compte.

Non, mes enfants, vous ne serez pas cloués comme mon Fils, mais sachez que vous portez, en chacun de vous, les douleurs de ses plaies. Et c'est pour cela chacun de vous traverse sa purification, sa nuit de la foi sans le savoir. Je vous ai tous appelés à la sainteté. Vous ne pouvez pas franchir le grand portail de la sainteté sans traverser les épreuves comme les autres amis du Père ont eu à souffrir aussi. Il aime partager ses souffrances à ses amis fidèles. Et puisque vous Lui êtes fidèles, sachez qu'il n'a personne d'autre à qui partager ses souffrances si ce n'est qu'à ses amis fidèles.

N'ayez pas peur même si l'Ennemi ruse autour de vous. " Et une grande faveur que le Seigneur nous donne, dit-il le 7 décembre 2005, c'est d'avoir mis la marque de la Sainte Trinité en notre famille, ce qui est encore une grande grâce.
La purification, ainsi donc, nous concerne et concerne l'Eglise malade.

Nous devons donc, par nos sacrifices, continuellement nous purifier de nos péchés et de nos imperfections pour progresser en sainteté et aider le Christ à purifier l'Eglise en partageant ses souffrances. L'Eglise malade a besoin de purification et le Christ veut la purifier. Et nos prières et nos sacrifices aident l'Eglise à lutter contre les assauts de l'Ennemi. Le Christ annonce les épreuves, nous invite et nous encourage à le suivre.
Dans l'apparition du 1er décembre 2005, le Christ témoigne de son amour pour les hommes par sa présence parmi dans les œuvres de l'Esprit Saint que sont les apparitions, les messages et les phénomènes charismatiques qu'il multiplie dans le monde et qui demandent l'encadrement de l'Eglise. Et il affirme sa présence particulière dans le pays (à Yagma). Et il recommande de recourir à l'assistance des saints du Ciel.

Le 2 décembre, le Christ nous avertit que la lutte que nous menons concerne l'Eglise tout entière, d'avoir foi en l'Esprit reçu lors de nos consécrations sacerdotales. C'est le même Esprit, dit-il, qui passe par Marie Rose pour se manifester chaque jour et nous dire " les paroles d'honneur du Père ainsi que du Fils, ainsi que de l'Esprit Saint image de Marie ". Le Christ affirme par-là l'importance des charismes ordinaires que sont les ordres sacerdotaux et les charismes extraordinaires que sont les grâces d'apparitions, de messages et des phénomènes charismatiques, et il nous avertit que la lutte a commencé et qu'il ne nous abandonnera pas.

Le 19 décembre le Christ annonce la lutte et les épreuves, et, en même temps nous en-courage : " La trompette a sonné annonçant l'heure du combat engagé entre l'ennemi, le peuple de Dieu et l'Eglise entière. Alors, mes amis, sachez que la lutte sera très atroce, mais à la fin vous vaincrez tous par la puissance de la main droite de mon Père, par la puissance de mon Sacré Cœur et vous triompherez tous avec l'Immaculée Conception qui est ma Mère. N'ayez pas peur, surtout toi, mon ami X, n'aie donc pas peur si tu as confiance au Cœur Paternel de mon Père, Lui qui a fait de ton cœur sa demeure, Lui qui y siègera pour toujours jusqu'à ma venue sur cette terre, Lui qui est fidèle tous les jours à toi, qui est à ton écoute et qui restera éternellement à ton écoute pour la meilleure conduite de cette mission qui est une tâche si lourde. Et sachez-le, cette mission qui est plein de mystère, vos esprits sont trop faibles pour comprendre tout ce mystère. Mais n'ayez crainte de rien car Dieu mon Père veille chaque jour sur vous et nul ne pourra arrêter cette mission ni empêcher qu'elle aille jusqu'au bout. Et j'ai besoin, pour cette mission, de votre confiance et de votre espérance pour l'aide qui vous sera accordée à tout moment et au temps opportun. Heureux êtes-vous d'être élus par le Père. "

Le 29 décembre, s'adressant aux Hommes de l'Eglise, il annonce une année de purification, l'Eglise, dit-il, va entrer dans sa nuit de la foi. Une moitié de l'Eglise est possédée par les francs-maçons qui ont infiltré l'Eglise.

Le 31 décembre, c'est la Vierge qui affirme que l'année qui s'annonce sera une année de lutte et de combat entre l'Ennemi, l'Eglise et le peuple de Dieu. Mais elle nous rassure de la part du Père : " Mes enfants bien-aimés, sachez que cette année qui s'annonce sera une année de lutte et de combat. Du haut des nues la trompette a sonné, le cor a sonné annonçant la lutte qui sera engagée entre l'Ennemi, l'Eglise ainsi que le peuple de Dieu que vous êtes tous, mes enfants.

Vous étant les élus de l'Eternel le Père, sachez qu'il est temps que vous-même vous vous prépariez en invoquant chaque jour Saint Michel Archange, afin de vous soutenir les uns les autres et aider l'Eglise ainsi que le peuple de Dieu. N'ayez pas peur car toujours saint Michel Archange sera votre protecteur ainsi que toute son armée. Voici que la main de saint Michel Archange ne fait que descendre chaque jour sur terre pour sauver les élus de l'Eternel et les aider à affronter l'Ennemi, car la lutte sera mondiale.

Vous n'êtes pas les seuls, les élus de l'Eternel sont dispersés partout. N'ayez pas peur car la mission nul ne pourra l'arrêter, aucune puissance de ce monde ne pourra arrêter cette mission, et, dîtes-vous que tout ce qui manque à la bonne conduite de cette mission, moi, étant votre Mère, je veille sur cela. Mais si. C'est pour cela je vous dis, chaque jour, Dieu le Père a son temps pour accorder à ses enfants ce qu'ils désirent, comme toute mère a son temps et connaît l'heure où son fils a besoin de ceci ou de cela. C'est pour cela j'ai demandé à mon Fils de venir vous bénir, lui et moi qui avons été envoyés par le Père pour que chacun de vous soit comblé de ce qu'il désire "

Le 11 avril elle parlera de l'Eglise qui a un genou à terre, la partie qui s'est livrée au démon.

Le 5 janvier 2006, la Vierge nous alerte sur les défis du Dragon rouge et nous rassure en rappelant la valeur des sacrifices que les souffrances occasionnent : " Le savez-vous, mes enfants ? L'Ennemi ruse actuellement, mais je suis à vos côtés. Le Dragon rouge a défié l'Eglise mais il ne pourra rien contre l'Eglise. L'Eglise sera au-dessus de tout, la moitié res-tante va vaincre l'Ennemi, au nom de la puissance de la main droite du Père, la moitié de mon Eglise va vaincre l'Ennemi par la puissance de mon Cœur Immaculé. Marie Rose, réjouis-toi comme tes Parents conseillers devraient se réjouir, car la grâce de Dieu vous habite. N'ayez crainte de rien. L'ennemi ruse mais il ne pourra rien contre cette mission qui est mondiale, puisque c'est tout le monde entier qui est mis en jeu, la vie de tout le monde entier. Ton Père conseiller est bien placé pour savoir ce que tu as comme mission et pourquoi vous souffrez tellement en ce monde, ainsi que ta Sœur conseillère. Merci d'être mon écoute, mes enfants, au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. "

Le 5 janvier 2006, la Vierge nous alerte sur les défis du Dragon rouge et nous rassure en rappelant la valeur des sacrifices que les souffrances occasionnent : " Le savez-vous, mes enfants ? L'Ennemi ruse actuellement, mais je suis à vos côtés. Le Dragon rouge a défié l'Eglise mais il ne pourra rien contre l'Eglise.

L'Eglise sera au-dessus de tout, la moitié restante va vaincre l'Ennemi, au nom de la puissance de la main droite du Père, la moitié de mon Eglise va vaincre l'Ennemi par la puissance de mon Cœur Immaculé. Marie Rose, réjouis-toi comme tes Parents conseillers devraient se réjouir, car la grâce de Dieu vous habite. N'ayez crainte de rien. L'ennemi ruse mais il ne pourra rien contre cette mission qui est mondiale, puisque c'est tout le monde entier qui est mis en jeu, la vie de tout le monde entier. Ton Père conseiller est bien placé pour savoir ce que tu as comme mission et pourquoi vous souffrez tellement en ce monde, ainsi que ta Sœur conseillère.
Merci d'être mon écoute, mes enfants, au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. "

Le 8 janvier 2006, le jour de l'Epiphanie, le Christ répond à mes plaintes au sujet des maux de Marie Rose et des soucis pénibles qu'ils nous causent en me demandant si nous voulons faire sa volonté à lui ou notre volonté. Puis il nous engage à le suivre, à faire sa volonté plutôt que celle des hommes. Il nous instruit sur le sens et la nécessité ascétique des maux de Marie Rose. Les sacrifices dans la résignation devant nos douleurs aident notre à dominer la " chair ".

Le 16 janvier le Seigneur s'adresse à nous les Parents conseillers pour nous demander de choisir entre lui et le monde. Puis selon le style de son rite il me demande par trois fois : " René mon ami, acceptes-tu de franchir l'autre monde de la spiritualité pour sauver mon Eglise et mon peuple dont toi-même tu fais partie ? " " Oui, je l'accepte ", ai-je répondu. Et la même demande a été adressée à la Sœur conseillère.

Le 21 février, c'est le Christ qui nous redit l'importance de notre mission et la valeur de nos sacrifices qui ornent la Maison du Père et apaise sa colère et nous redit que l'Adversaire ne croisera pas les bras devant cela : " René, mon ami, sache que la bataille que tu es en train de mener, tu la mènes pour l'Eglise tout entière. Aujourd'hui vous êtes sur terre, vous ne connaissez pas l'importance de la bataille que vous êtes en train de mener pour sauver l'honneur de mon Eglise et de mon peuple. Mais un temps viendra que lorsque vous serez auprès de nous, c'est à dire auprès du Père, du Fils qui n'est nul autre que moi qui vous parle présentement, et du Saint-Esprit image de ma Mère, vous saurez l'importance de cette bataille que vous aviez eu à mener sur terre.

Chaque jour, vous ne faîtes qu'orner la maison de l'Eternel le Père. Vos souffrances ne font qu'orner la maison de l'Eternel et apaiser sa colère chaque jour. Alors, pourquoi l'ennemi se croiserait les bras ? Non ! Lui aussi, de son côté, est en train de se préparer pour voir comment arrêter cette mission. Mais je te l'ai déjà promis, tu es mon représentant, en tant que mon représentant, aie confiance. J'ai toujours besoin, à chaque instant, à chaque minute, à chaque seconde de ta confiance pour que la mission aille jusqu'au bout ".
Le Seigneur nous avertit et nous encourage en nous rassurant. Il indique une des vexa-tions du Malin qui consiste à ravager vos biens, à savoir vos moyens de travail. Le suprême moyen est de supprimer Marie Rose. " Et puisque l'ennemi ruse, je ne lui permettrai jamais de vous toucher du doigt. Mais ni ses ruses ni ses tirs ne pourront arrêter la mission. De quelque manière qu'il vous pille, il ne pourra jamais arrêter la mission puisque chaque jour, dit-il le Père, j'ai un cœur de père et je sais à quel moment venir au secours de mes enfants. Et en ce moment je n'hésite pas à tendre ma main pour les libérer de ce qui est comme ruse démoniaque. "

Le Christ nous invite sur un chemin de croix spécial en nous en redisant la va-leur.
Le mercredi des Cendres 1er mars, c'est la Vierge et le Seigneur qui s'adressent à nous d'une manière qui annonce la Semaine Sainte. C'est la Vierge qui nous dit : " Vous êtes en train d'entrer maintenant dans le temps du carême. Le savez-vous bien, mes enfants, vous avez tant sauvé ce monde et l'Eglise à travers vos souffrances et les épreuves que vous avez subies à traverser des années et des années. Mais je vous demande toujours d'accepter de souffrir afin que la volonté de Dieu se fasse en chacun de vous et non pas celle des hommes. Pour vous dire que durant ce temps de carême, je vous demande de rechercher Dieu encore dans le silence de vos cœurs et de vos âmes. Dîtes-Lui que sa volonté se fasse à tout moment en vous et non pas celle de ce monde. Si vous allez suivre la volonté des hommes de ce monde, la mission s'arrêtera. " Bien entendu, la volonté de Dieu c'est le calice auquel les hommes n'aspirent pas naturellement.

Et le Seigneur en ce Mercredi des Cendres 2006, nous fait cette grave invitation :

" Accepteriez-vous d'entrer dans ce temps de carême avec moi, accepteriez-vous de souffrir pour sauver mon peuple et ramener les égarés vers moi, mes amis ? Si oui, qu'il en soit ainsi. Accepteriez-vous de souffrir pour mon Eglise qui s'est laissé égarer par l'ennemi, l'Eglise dont la moitié est souffrante et l'autre moitié éveillée ? Si oui est la réponse de chacun de vous, qu'il en soit ainsi. Accepteriez-vous aussi de franchir encore une Nième porte de la sainteté avec moi à travers ce carême que vous allez traverser comme souffrance ? Si oui est la réponse de chacun de vous, qu'il en soit ainsi. Et ma miséricorde repose sur chacun de vous.

Accepteriez-vous de faire toujours la volonté et remplir cette mission qui est mondiale et qui sauvera le monde entier à la fin des temps ? Oui avait été la réponse de chacun de vous, mais aujourd'hui je renouvelle cette question et cette demande. Si oui est la réponse de chacun de vous, qu'il en soit ainsi. Accepteriez-vous de vous sacrifier chaque jour, pour tous ceux qui viennent à moi à travers vous en implorant chaque jour ma Mère à travers vous, demandant d'intercéder pour eux ? Si oui est la réponse de chacun de vous, cela soit ainsi. Accepteriez-vous d'adhérer, à cœur ouvert, à la mission telle qu'elle est ? Ses souffrances, ses épreuves, les défis que les hommes vous lancent, l'Eglise, en détresse des fois, qui ne sait pas ce qu'elle fait et qui s'oppose à cette mission ? Si oui est la réponse de chacun de vous qu'il en soit ain-si. Ma miséricorde, la force venant du Père et de moi-même le Fils et de l'Esprit Saint image de ma Marie, ma Mère, reposent sur vous tous. Rentrez dans ce carême avec moi et recevez ma bénédiction, Pater et Filius et Spiritus Sanctus ". C'est en ce mois de mars, à ces mes-sages que j'ai repassé alors les anciens messages du 5 et du 8 janvier où le Seigneur nous enseignait sur la valeur ascétique des souffrances de Marie Rose et de nos soucis inconfortables.
Au troisième jour de la Semaine Sainte, le Mardi Saint, nous avons eu l'occasion d'avoir la messe avec Marie Rose, donc de rencontrer nos Visiteurs célestes. Ce fut la Vierge qui prit la parole pour nous encourager dans les épreuves que nous traversons et dire le sens des souffrances et donc de la passion que nous souffrons avec le Christ : " Mes enfants bien-aimés, je vous invite tous à garder le silence intérieur. Comme il est dit dans la Bible, en tou-tes choses, dit Dieu, le silence. Bien que vous traversiez en ce moment tant d'épreuves, l'Esprit du Seigneur dont je suis l'image, est toujours avec vous. Souvenez-vous de mon Fils, lors de sa Passion quand il a vu la coupe. Vous aussi, vous êtes en train de traverser ces mê-mes souffrances bien que vous ne soyez pas des dieux. Puisque vous communiez avec mon Fils je vous invite à garder le silence. Laissez-vous habiter par le silence de Celui Qui Suis et qui m'envoie vous parler chaque jour.

Mon fils de prédilection René ainsi que ma fille de prédilection Marie Blanche épouse de mon fils, n'ayez donc pas peur, puisque l'Esprit est toujours avec vous. Tout ce que vous demandez chaque jour, vous est accordé mais au temps opportun. Ne croyez pas que vous n'êtes pas exaucés. Chaque jour vous êtes exaucés, mais l'Esprit a son temps et son heure. " Puis plus loin la Vierge dit à Marie Rose et à ses Parents conseillers : " Marie Rose, ma fille, réjouis-toi, car ta souffrance sauvera tant de monde. Ta souffrance est égale à la souffrance de la Fille Aînée de l'Eglise qui est la France pour laquelle tu pries chaque jour. Tu souffres avec la France, Fille Aînée de l'Eglise. C'est pour cela le Père a trouvé normal que tu communies avec son Fils. A vous les élus de l'Eternel, René mon fils de prédilection et Marie Blanche ma fille de prédilection, épouse de mon Fils, sachez que vous, vous remplissez des tâches qui relèvent l'Eglise universelle. N'ayez plus peur de souffrir car vos souffrances ornent la Maison de l'Eternel, vos souffrances sauvent l'Eglise et la relèvent vu qu'actuellement l'Eglise a fléchi. Un genou de l'Eglise a fléchi par terre alors que tout genou devrait fléchir devant mon Fils et non pas pour la terre. C'est l'Eglise qui s'est donnée au diable qui la fait fléchir pour la terre. Mais vos souffrances relèveront ce genou de l'Eglise qui a fléchi pour la terre, l'Eglise épuisée par les maux créés par l'ennemi. "
La Vierge parle de l'Eglise qui a un genou fléchi et qui s'est donnée au diable, elle a parlé d'une moitié de l'Eglise qui est otage de l'Adversaire et de l'autre qui est restée fidèle, il a été question de la purification de l'Eglise, du combat féroce et de la nuit de la foi. La nuit de la foi telle que nous, nous l'avons vécue ressemble à celle que les mystiques ont vécue et qui n'est pas tout à fait la même qui est annoncée pour l'Eglise cette année 2006 dont nous parlerons plus loin.
L'annonce des tirs et des pillages de l'Ennemi.
Depuis des mois Marie Rose a souffert beaucoup de divers maux. Certains ont été une participation aux maux de ceux pour qui elle prie. Mais depuis le Carême jusqu'à la Semaine Sainte et au Temps Pascal, nous avons vécu avec elle des temps dramatiques. Les médecins ont diagnostiqué une lithiase biliaire et projeté une opération. Cette lithiase avait déjà été détectée il y a quatre ans à Abidjan. Mais les moyens avaient manqué pour la soigner radicale-ment. Cette année l'opération fut décidée mais juste avant cette opération l'anesthésiste mit sa réserve à cause des douleurs et des renflements des pieds et des jambes qui ont été observés. On procéda alors à des doppler et autres diagnostics pour examiner le cœur, les poumons, les jambes sans trouver exactement les causes du mal. Cependant, on procédait aux traitements des symptômes douloureux et gênants. Ces traitements apportaient momentanément des soulagements sans jamais avoir d'effet décisif. C'était pour les Parents conseillers des veilles, des soucis, des dépenses énormes incessantes avec l'inquiétude d'arriver au bout de nos ressources dans cette lutte ténébreuse contre un mal multiforme et apparemment incurable. Être appelé même au milieu de la nuit pour trouver les moyens des soins, mener de front tout cela avec le travail de bureau et le souci d'autres personnes a quelque chose de pénible. Et pendant ce temps, Marie Rose souffrait de douleurs physiques et morales. En effet elle reçoit toujours tous les jours les visites de Marie et de son Fils, mais ils ne lui disent rien et semblent être lointains. Un moment, durant le carême, c'était le Christ souffrant, tout ensanglanté qu'elle voyait et c'était douloureux. Le Jeudi Saint, alors que Marie Rose était à la clinique, voici qu'une jeune femme qui était venue chez elle à son service dans son état de faiblesse, tombe gravement malade. Un souci supplémentaire qu'on a géré comme on a pu. Ce qui soulageait nos souffrances c'était les exhortations incessantes de la Maman et de son Fils dans le passé et même maintenant d'avoir confiance et de ne rien craindre.
Le Seigneur jette la lumière sur ces maux nos épreuves.

Dix jours après Pâque, le 26 avril, le Seigneur nous donne la lumière sur la passion de Marie Rose et nos tribulations. " Marie Rose, nous dit le Seigneur, sache que tu es ma servante. Et c'est pour que le monde d'aujourd'hui sache ce qui est avec toi que tu as vécu les mêmes souffrances que moi. Tu as vécu avec moi la mort. Et puisque je suis ressuscité, tu seras ressuscitée.

Je vais vous expliquer. L'homme n'est pas comme Dieu. Alors les ennemis, étant aux aguets, t'ont vraiment piégée partout et ils sont là, cachés comme des lions tapis dans leurs fourrés, et tous leurs pièges t'ont touchée. C'est pour cela, toi aussi tu as vécu la mort du corps sur la terre, mais ton âme n'a pas été touchée, c'est le corps qui souffre mais pas l'âme ni le cœur. Et sachez que toi et tes Parents conseillers, vous tous, vous ne pourrez jamais connaître le mystère de Pâque. Vous ne percerez jamais tous ces mystères qui ne vous troublent pas mais qui vous dépassent. Dîtes à ce monde que je ne suis nul autre que le Fils du Dieu Vivant. Pourquoi essayer de percer mon mystère, de percer ma pensée, simples humains que vous êtes ? Je suis le Dieu d'Israël. Marie Rose a subi les mêmes souffrances que moi, mais elle a été ressuscitée ; puisque je suis Dieu je ne peux plus avoir les mêmes souffrances que Marie Rose. Tandis que Marie Rose n'étant pas une déesse, elle ressentira toujours les séquelles de ma souffrance. Ainsi soit-il. Je ne suis nul autre que le Fils du Dieu Vivant.

N'ayez pas peur car je suis toujours avec vous. Bien que ce temps ait été tellement pénible pour vous, vous avez tous compati avec moi, vous tous. Mon fidèle ami, Constantin, René mon ami, toi qui viens de prendre la relève, toi mon épouse Marie Blanche, qui a conduit Marie Rose à moi, sachez que vous avez, tous, compati à ma croix, à mes souffrances, à ma flagellation, à mes gifles, à mes tortures. Mais toujours, je ne vous abandonnerai jamais, mais un père sait à quel moment donner à son fils ce qu'il désire. Qu'il en soit ainsi, que tout ce que le cœur chacun de vous désire vous soit accordé : Pater et Filius et Spiritus Sanctus. "
" Tu as vécu avec moi la mort ", a dit le Seigneur. En effet, ce n'était pas seulement les pieds de Marie Rose qui étaient enflés, mais aussi son corps et son visage. Les parents du village qui sont venus la voir parlaient avec inquiétude de boursouflure de mort. Marie Rose a des ennemis parmi ses parents. Ces parents, un demi frère, une demie sœur et des sœurs, qui semblent en savoir plus sur ses maux ou, en tout cas, qui en semblent satisfaits la défiaient en lui demandant comment va-t-elle se soigner lorsque ses ressources financières seront taries.

Plusieurs choses irritaient ces parents ennemis. D'abord, la renommée de Marie Rose dans le pays et même en France les agacent beaucoup. De se voir ainsi désignés comme les frères et sœurs de Marie Rose les rabaisse alors que Marie Rose n'est qu'une cadette sans importance. Grâce à Marie Rose, les funérailles de la mère, décédée l'année dernière ont pu être célébrées au village et surtout à l'église Notre Dame du Rosaire de Kologhnaba. Leur fierté blessée les poussa à boycotter la messe et, dans leur fureur, ils prédisaient que ces funérailles illicites ne peuvent pas être faites sans qu'il y ait une mort. Enfin, que le livre des messages ait été publié sans qu'on leur ait demandé leur avis est inacceptable. Nul n'est prophète dans son propre pays.

Une personne ayant le charisme de locution intérieure a senti la mort autour de Marie Rose. Il faudra alors dire ici que c'est dans la ligne de ce que le Seigneur a dit à Marie Rose et qu'elle a vécu, à savoir qu'elle a vécu la mort. C'est le Christ qui l'a voulu pour qu'elle l'accompagne dans sa passion et sa mort. Et nous avons vu comment il nous a préparés depuis le mois de décembre. " Mon fidèle ami, Constantin, dit-il le 26 avril 2006, René mon ami, toi qui viens de prendre la relève, toi mon épouse Marie Blanche, qui a conduit Marie Rose à moi, sachez que vous avez, tous, compati à ma croix, à mes souffrances, à ma flagellation, à mes gifles, à mes tortures. Mais toujours, je ne vous abandonnerai jamais, mais un père sait à quel moment donner à son fils ce qu'il désire. "

Comment le Christ a voulu cette mort de Marie Rose ? En permettant que les ennemis, aux aguets, piègent Marie Rose et la touchent. Ainsi a-t-elle vécu la mort du corps sur la terre. Mais son âme n'a pas été touchée, c'est le corps qui souffre mais pas l'âme ni le cœur. Le Seigneur a permis cela pour que Marie Rose compatisse à sa mort et il a empêché sa mort pour dire non aux ennemis et réduire à néant leur projet qui vise à arrêter la mission. Ce que la voyante a souffert devait la mener au tombeau, en effet les pièges des ennemis étaient des empoisonnements étranges, administrés on ne sait comment.
Les derniers maux de Marie Rose depuis quelques mois étaient des empoisonnements perpétrés par des ennemis inconnus.
C'est le 30 avril et le 1er mai 2006 qu'un malaise a fait diagnostiquer que la malade est victime d'empoisonnements. Ce sont de ces empoisonnements subtils, difficiles, sinon impossibles à détecter, fort connus dans la société africaine mossi de longue mémoire chez les ancêtres. Et les procédés passent par la nourriture ou d'autres artifices de nature plus ou moins ésotérique, qui peuvent rater leur cible et frapper, en balle perdue, une personne non visée. Ils demanderaient à être étudiés d'une manière spéciale, parce qu'ils échappent à toute saisie rationnelle. Qu'on en juge. Le dernier plan tenté pour éliminer Marie Rose pour de bon a été un plat apporté par une personne, soit disant pour la malade qui a besoin d'assistance.

C'était le Jeudi Saint. Il s'est trouvé que Marie Rose était ce jour-là à la clinique. Ce fut alors la jeune femme qui l'assistait qui mangea ce plat. Elle tomba aussitôt malade. Elle enflait, surtout son ventre qui lui donnait de plus en plus l'air d'être enceinte. Devant les soupçons de son mari, ayant juré qu'il n'en était rien, elle fut amenée à l'hôpital Paul VI. Elle commençait à respirer difficilement. A Paul VI, les médecins déclarèrent son cas au-dessus de leur compétence et lui conseillèrent d'aller trouver les soignants traditionnels experts en ces sortes de maux. Elle fut amenée à l'un d'eux qui déclara qu'elle a été effectivement empoisonnée et elle est arrivée à temps. En plus, elle n'était pas la cible visée. Quant au remède, son effet est dans les dix minutes. Effectivement, après l'administration du contrepoison, dans les dix minutes, la femme vomit deux énormes crapauds et deux escargots. Les brûlures d'estomac qu'elle ressentait alors sont des ulcères d'estomac causés par le mal. ces ulcères sont de la compétence de la médecine moderne.

Pour revenir à Marie Rose, un de ses parents infirmier qui la suit depuis toujours, a compris devant le malaise du 30 avril au 1er mai, qu'il s'agit d'empoisonnement. Il amena Marie Rose chez son vieil oncle, chef d'un village à quelque quarante kilomètres de Ouagadougou. Le vieil oncle détecta effectivement le poison et administra à Marie Rose un contre-poison qui a agi sur place et devra continuer son action purificatrice dans les 21 jours. C'est depuis ce jour que Marie Rose a commencé à retrouver sa forme. Ce soignant traditionnel et les parents de Marie Rose arrivaient à cette conclusion que les ennemis avaient voulu profiter de l'opération projetée de Marie Rose pour l'éliminer et ainsi annihiler sa vaine importance et donc, sa prétendue mission.

Mais l'action du poison continuant, on eut recours à un autre soignant au remède plus puissant. C'est un sage traditionnel dont les enfants sont convertis, qui vit éloigné de la grande ville. Un jour de mai, il traça, devant sa porte, une croix et dit à ses enfants qu'une personne de Dieu allait venir. Comme le soir tombait et qu'on ne voyait rien, les enfants commençaient à lui poser des questions lorsque Marie Rose arriva dans la concession. Le sage homme détecta une forte dose de poison qui n'a pas eu le temps de pénétrer profondément la patiente. Le traitement fut administré en une soirée et le lendemain, Marie Rose qui était arrivée tout exténuée repartait toute gaillarde et en excellente forme. Il faudra encore quelque temps pour qu'elle évacue tout ce qui lui nuit dans son corps, mais l'essentiel est fait.
De quelque manière qu'il vous pille.
De quelque manière qu'il vous pille, a dit le Christ de l'Adversaire. Effectivement, nous fûmes littéralement pillés. Les sommes d'argent nous étaient littéralement arrachées sans qu'on puisse y résister de quelque manière. Ce fut d'abord les prix exorbitants de la médecine moderne qui soignait les effets des maux sans toucher à la racine. Des sommes que l'on n'aurait pas ainsi gaspillées si l'on avait su dès le début la cause du mal. Et à l'expédition chez le premier soignant traditionnel, un voyage qui aurait dû coûter 229 Euros soit 150.000 Francs CFA a fait débourser 1000 Euros, 650.000 CFA, à cause de pannes et des complications que nous avons dû solder pour ne pas faire le malheur des personnes. La deuxième expédition eût de semblables pannes et les mêmes problèmes coûteux. Le troisième voyage coûta uniquement son prix mais l'on dût débourser 152 Euros pour un moindre problème par rapport à ceux des deux premiers voyages. Tous ces ennuis n'étaient pas tellement ordinaires. Etant donné tous ces dangers, il fut décidé d'organiser la sécurité autour de Marie Rose par des vigils. Ce qui nécessite un investissement de 790 Euros soit 520.000 CFA. La plus cruelle manière dont l'Adversaire nous a pillés ce fut ces empoisonnements dont les traitements à la clinique et par les pharmaceutiques étaient inefficaces malgré leurs coûts exorbitants.

Ces empoisonnements et leurs traitements furent un calvaire douloureux pour Marie Rose et une lourde croix pour nous et les personnes qui nous ont soutenus. Calvaire et croix explicitement permis par le Seigneur.
Et voilà que par-dessus cela, une pauvre veuve que nous avions aidée, avec son jeune garçon dont une bienfaitrice payait l'école secondaire survint avec un problème crucial. Elle habite un quartier non loti comme on dit. Abandonnée par ses beaux-frères, sans aucun sou-tien, les machines de la mairie étaient déjà prêtes pour la démolition de sa maison. Ce qui al-lait la plonger dans une misère noire sans nom et en même temps arrêter l'école du garçon qui constitue son seul espoir.

Avec Marie Rose devenue vaillante, nous dûmes prendre son cas en main. En vaillante guerrière Marie Rose partit à la mairie par 39° à l'ombre, avec la veuve et son enfant. Son plaidoyer réussit à sauver la maison de la pauvre veuve et le collège du petit garçon. Mais la note qui nous revient est salée : 244 Euros soit 160.000 CFA sans compter d'autres frais, à trouver en toute urgence.

Comme je ne disposais plus de liquide, je frappai à la porte d'un missionnaire européen pour un emprunt. Malheureusement il partait en voyage et me renvoyait à son retour. Je me dirigeai vers un autre missionnaire qui m'afficha un visage d'acier avec un refus catégorique. La raison ? Il a fait des prêts à deux prêtres africains qui ne lui ont pas fait le remboursement. Et voilà comment le Bon Samaritain que j'étais, j'ai reçu cette gifle, au goût amer raciste, de ce missionnaire qui m'a assimilé, malgré mon âge et ma dignité, à de malhonnêtes prêtres qui n'ont pas de respect pour leur sacerdoce. Mais, il faut se rappeler que l'Église est malade, cependant la charité demande toujours le discernement.

Marie Rose vaut-elle tant de sacrifices et de dépenses ?

Ainsi don Marie Rose coûte cher en soucis et en moyens. Depuis fort longtemps nous, ses Parents conseillers, avons essayé de lui trouver du travail. Et cette recherche de travail a demandé de l'investissement dans nos pays pauvres. Cet investissement que nous avons con-senti fut une pure perte parce que le style de la vie de la voyante et sa santé ne le permettent pas du tout. Mais ce fut surtout sa santé qui la rend pour ainsi dire invalide en même temps que ruineuse. Pour l'entretien d'une Marie Rose effectivement improductive, sa subsistance et surtout sa santé, les Parents spirituels que nous sommes, Monseigneur GUIRMA et moi-même le Père GUIRMA en compagnie avec la Sœur conseillère, la Sœur Marie Blanche, nous avons épuisé toutes nos ressources, nous avons tout sacrifié. Et le plus grave de nos soucis serait de nous trouver un jour devant une maladie grave avec la faiblesse de ceux qui n'ont plus rien dans leur grenier.

Ce souci serait mortel si la Vierge et son Fils, portant la parle du Père, ne nous avaient rassurés de ne pas avoir peur, qu'ils nous aideraient par la France. En effet, abandonnés et même persécutés par le diocèse de Monseigneur GUIRMA, nous aurions péri depuis long-temps, si, depuis des années, des personnes à l'esprit missionnaires ne nous avaient assuré, par les messes et les honoraires notre pain quotidien et les moyens de notre travail. Mais le budget de Marie Rose ne faisant qu'un avec le nôtre, la lutte pour sa santé assèche littéralement ce budget. Heureusement d'autres âmes, avec une persévérance de foi vraiment héroïque, nous sont venues constamment en aide. Mais depuis une année, et surtout depuis ces trois mois d'épreuves singulières, Marie Rose serait actuellement un souvenir si une personne ne nous avait singulièrement soutenus, parce que les derniers soins des cliniques depuis le mois de février surtout, dépassaient nos capacités. A l'heure où j'écris, le 21 mai 2006, la médecine traditionnelle est en train de produire ses effets par l'évacuation du poison et doit le faire encore pour une dizaine de jours mais ce qui reste alors est la lithiase biliaire qui commence à devenir douloureuse. Le Seigneur avait parlé des maux habituels de Marie Rose qui ne guériraient pas, faisant partie de sa croix, ce qui ne signifie pas qu'il ne faille pas les soigner. Nous attendons encore quelques jours pour savoir ce qu'il en est de la lithiase.

Le prix de Marie Rose.

Marie Rose n'est pas une enfant ou une nièce des frères GUIRMA que nous sommes. Naturellement nous n'avons aucun devoir envers elle et il n'y a aucune raison que nous nous occupions d'elle surtout au prix de tels sacrifices. Si nous nous sommes fait un devoir de le faire, c'est sur la demande du Christ et de sa Mère qui l'ont adressée à notre libre charité et pour un dessein ecclésial et mondial. Et par l'intermédiaire de cette voyante, la Vierge et son Fils nous visitent et nous parlent quotidiennement dans une familiarité que toute personne de foi devrait apprécier. Et ce qu'ils nous communiquent de la part du Père ne nous concerne pas, nous seulement, mais l'Eglise entière, le monde et la France.//Ils nous le communiquent dans des apparitions et des messages dont ils ont donné le charisme à Marie Rose KABORE. Le charisme en question est un charisme extraordinaire, il n'est pas donné à tout le monde de voir et d'entendre les Personnalités célestes. Et la Vierge et son Fils, par la puissance de l'Esprit Saint, peuvent ainsi se montrer et se faire entendre dans le peuple de Dieu pour le dessein, local ou universel, qu'ils ont pour le salut des hommes. Toutefois cela doit être encadré par l'Eglise institutionnelle apostolique à laquelle le Christ reste fermement fidèle. Mais, comme l'a montré le théologien Karl Rahner, nous sommes plus facilement inspirés par ces divines interventions que par les enseignements abstraits de théologiens ou de docteurs de la foi de l'Eglise. Selon saint Thomas d'Aquin, " dans tous les âges, l'homme fut instruit divinement par des événements expéditifs pour le salut des élus (…) et dans tous âges, il y eut des personnes possédant le don de prophétie dont le but n'était pas d'annoncer de nouvelles doctrines mais de diriger les actions humaines. "

A l'heure actuelle si les phénomènes charismatiques et les apparitions se sont multipliés c'est que, vu l'état de l'Eglise et sa faiblesse, le peuple en a besoin. Ainsi la prophétie privée a une fonction très importante. Elle est le produit de la Di-vine Providence bien que personne ne soit obligé de croire aux révélations privées. Mais des personnes de foi vraiment instruites en théologie et en spiritualité, peuvent bien voir la richesse de bien des messages par rapport à bien de sermons et d'écrits.

Ce qu'il y a, outre les avertissements que les messages ne manquent pas de nous donner pour nous inciter à la prière et à la conversion, un bon nombre, en ce qui concerne ceux de Marie Rose nous répètent de manière pédagogique les vérités dogmatiques sur la Sainte Trinité, le Père, le Christ, le Saint Esprit, la Vierge Marie et l'Eglise, nous rappelant les com-mandements de Dieu, nous incitant à la prière pour les âmes des défunts, à la communion des saints, à la communion ecclésiale et surtout à la contemplation de Dieu Un et Trine. Ce qui est le sommet de la prière. Et le style des personnalités est bien celui du Christ et celui de la Vierge, reconnaissables dans les livres saints et les autres messages à travers le monde.

Ici avec Marie Rose comme avec bien d'autres personnes charismatiques de maintenant comme d'antan, un des signes classiques par lesquels la Vierge et son Fils montrent que c'est bien eux qui nous visitent et nous parlent, est que la fille est une pauvre fille des quartiers populaires de Ouagadougou, ignorante, sans instruction, peu informée sur ce qui se passe dans le monde.

Les messages ont un trésor théologique et spirituel profond et étendu qui enrichirait même des évêques, des prêtres et des religieux de culture universitaire s'ils veulent bien avoir l'humilité d'écouter. Si les messages venaient d'un docteur en théologie et philosophie ou même d'un licencié en ces matières, cela n'aurait rien d'étonnant car ce serait un disciple qui livrerait ce qu'il a appris, dira-t-on. Mais cela venant de cette pauvre fille, une observation intelligente et sage doit conclure que les Personnalités célestes ont choisi en ce cerveau inculte, une ardoise vierge pour écrire ce qu'ils disent, afin qu'il soit évident que ce qui y est écrit ne vient pas de la fille mais bien d'elles. Mais il ne faut pas s'étonner que beaucoup d'Hommes de l'Eglise soient rebelles devant ce miracle, les pharisiens et le sanhédrin ne furent-ils pas rebelles en face de la puissance divine du Christ ? En ce qui nous concerne nous ne fermons pas les yeux devant ce signe évident du Ciel.

Si par notre baptême, par notre sacerdoce et nos vœux de religions nous avons choisi le Christ à qui nous avons tout sacrifié, que ne ferons-nous pas pour entretenir cette intermédiaire que le Christ et sa Mère ont choisie pour s'adresser à nous et au monde ? Les personnes qui ont sacrifié leur temps et leurs biens pour l'entretien et la santé de cette voyante n'ont pas gaspillé leurs biens, elles ont entretenu la route par laquelle le Christ et sa Mère ont trouvé utile d'emprunter pour nous rendre visite et nous parler quotidiennement pour notre bien et celui de l'Eglise.

Les avertissements annoncés pour l'année 2006 se concrétisent-ils ?

C'est bien dans le style du Ciel, le Père, le Fils et Marie, de choisir dans l'Eglise, des personnes peu remarquables comme Marie Rose et ses Parents conseillers, comme cela a été le cas de Bernadette, pour prendre concrètement contact avec le peuple de Dieu et lui donner des avertissements et des enseignements pour son salut. Tout ce que j'ai rapporté de la passion de Marie Rose et des épreuves de ses Parents conseillers porte le projecteur sur ce qui les touchait personnellement. Mais il est clair que ce qui est le plus important c'est ce qui con-cerne l'Eglise et le monde pour leur salut. Et les avertissements qui ont été donnés au sujet de l'Eglise sont graves et importants.

Le 1er décembre 2005 c'est le Christ qui témoigne de son amour pour les hommes par sa présence parmi dans les œuvres de l'Esprit Saint que sont les apparitions, les messages et les phénomènes charismatiques qu'il multiplie dans le monde et qui demandent l'encadrement de l'Eglise. Et il affirme sa présence particulière dans le pays (à Yagma). Et il recommande de recourir à l'assistance des saints du Ciel.

Le 2 décembre, le Christ nous avertit que la lutte que nous menons concerne l'Eglise tout entière, d'avoir foi en l'Esprit reçu lors de nos consécrations sacerdotales, c'est le même Esprit qui passe par Marie Rose pour se manifester chaque jour et nous dire " les paroles d'honneur du Père ainsi que du Fils, ainsi que de l'Esprit Saint image de Marie ". Le Christ affirme par-là l'importance des charismes ordinaires que sont les ordres sacerdotaux et les charismes extraordinaires que sont les grâces d'apparitions, de messages et de locutions, et il nous avertit que la lutte a commencé et qu'il ne nous abandonnera pas.

Le 19 décembre, le Christ annonce un combat féroce entre l'ennemi et l'Eglise tout entière. Le 29 décembre, s'adressant aux Hommes de l'Eglise, il annonce une année de purifi-cation, l'Eglise, dit-il, va entrer dans sa nuit de la foi. Une moitié de l'Eglise est possédée par les francs-maçons qui ont infiltré l'Eglise. Et le 31 la Vierge réaffirme que l'année qui s'annonce sera une année de lutte et de combat entre l'Ennemi, l'Eglise et le peuple de Dieu. Le 11 avril elle parlera de l'Eglise qui a un genou à terre, la partie qui s'est livrée au démon.
Le combat féroce et la nuit de la foi.

Même si le Christ et sa Mère ne cessent de nous rassurer, c'est quand même avec in-quiétude que nous essayons de supputer ce qui va se passer. Ce que nous ne savions pas et que nous avons appris plus tard, c'est qu'aux Etats-Unis au mois de décembre des parents d'élèves ont assigné en justice les membres du conseil scolaire de Dovert, une petite localité rurale à l'ouest de Philadelphie. Ils contestent la décision de l'école prise en octobre 2004 d'enseigner en cours de biologie une thèse concurrente de la théorie de l'évolution de Charles Darwin : le "dessein intelligent" (intelligent design selon le terme américain). Cette théorie affirme que l'origine et le développement des organismes vivants sont tellement complexes qu'ils ne peuvent s'expliquer que par l'intervention d'une intelligence supérieure et non par le simple fait de l'évolution ou de la sélection naturelle (théorie de Darwin). Pour les contestataires, mettre à l'origine du monde et de la vie l'hypothèse d'une Intelligence Créatrice, revient à enseigner le dogme religieux de Dieu créateur.

Eliminer le Dieu créateur de la Bible a toujours été dans le plan maçonnique de la philosophie des " Lumières ". Cet effort athée porte ainsi ses fruits en inculquant dans la mentalité de ces gens l'idéologie darwinienne. Du moment que la théorie darwinienne n'est pas une thèse scientifiquement prouvée, c'est antiscientifique de l'imposer contre toute autre hypothèse, le faire procède d'un a priori idéologique.

Mais depuis 2006, surtout depuis le moment du carême et le temps pascal, le temps chrétien par excellence où l'Eglise vit et prêche le Christ ressuscité, l'Ennemi déclenche ses batteries. La purification se révèlerait elle en partie dans ces démissions d'évêques peu évangéliques, ces sanctions de prélats scandaleux et ces jugements de prêtres pédophiles que la presse étale avec une complaisance évidente ? Toujours est-il que les attaques vraiment féroces dont l'intention de nuire à la foi chrétienne catholique est claire.
Nier Dieu, le Dieu créateur de la Bible, voilà le but du complot qui s'est ourdi autour du film de Thomas Johnson , film remarquable, selon l'appréciation de l'Abbé René LAURENTIN : Homo sapiens, une nouvelle histoire de l'homme. Avec la chaîne Arte, ce réali-sateur du film a fait une émission d'une clarté et d'une rigueur scientifique exceptionnelle, en dehors de toute polémique. Selon le droit du chercheur en face de la soif de vérité de l'esprit humain, les recherches et la thèse de Madame Anne Dambricort Malassé dont le doctorat s'est conclu avec une mention très honorable avec félicitations du jury, le 16 décembre 1987. Ces travaux et cette réalisation médiatique qui respectaient les règles du jeu scientifique, éveilla les soupçons et les attaques des ennemis de la foi catholique.

Encore une fois, ces ennemis s'emparent des lieux stratégiques et des moyens qui fabriquent les mentalités en s'imposant comme les détenteurs de la vérité. Ainsi donc les médias comme la télévision permettent de détruire ce qu'ils n'acceptent pas. Ici, ils n'acceptent pas qu'on introduise dans la science, une thèse qui porte de l'ombre au darwinisme selon lequel, les espèces vivantes, y compris l'homme, sont les fruits d'une évolution, et il n'y a pas à placer une intelligence créatrice à leur origine comme a fait la Bible avec son Dieu Créateur. Aux Etats-Unis, au mois de décembre dernier, un groupe de parents d'élèves a intenté un procès à une école parce qu'elle a introduit une thèse concurrente du darwinisme, ce qui reviendrait, selon leur jugement, à détruire la laïcité et l'école par un cheval de Troie, c'est à dire, par une thèse qui tend à affirmer Dieu Créateur. La malhonnêteté avec laquelle les décideurs obscurs des médias ont traité le film de Johnson et en conséquence la thèse de Madame Anne Dambricourt Malassé sert le même souci des négateurs du Dieu de la Bible, de la Bible elle-même et, en fin de compte des dogmes catholiques.
Obscurcir la Parole de Dieu par toutes sortes de procédés voilà le but de la franc-maçonnerie.
C'est ainsi qu'en ces temps de Carême et de Pâque, les médias ont fait étalage d'un évangile selon Judas (sic) dont la découverte opposerait ce Judas à celui des Évangiles qui pourrait alors être réhabilité par l'Eglise. L'émission de la chaîne 5 venant de France en Afrique francophone et le film " Da Vince Code " sont les attaques les plus virulentes.
L'émission de cette chaîne a voulu démontrer avec des exemples à l'appui, que le miracle n'existe pas, que les saints sont factices, Jean-Paul II et Pie XII sont loin d'être des saints, le premier ayant commercialisé, pour ainsi dire, les canonisations, le second n'ayant rien fait pour secourir les juifs, les apparitions sont fausses. L'auteur cite l'exemple du sang de saint Janvier qui se liquéfie à une certaine date de l'année et démontre que c'est une super-cherie.

Il parle des miracles à la pelle de Padre Pio dont celui de l'ubiquité. Sans doute veut-il parler de bilocation, mais il est sur le terrain de la polémique idéologique qui veut passionnément prouver ses thèses à la manière de son ancêtre Voltaire, en ridiculisant son adversaire. L'auteur ou les auteurs de l'émission qui se disent pourtant chrétiens catholiques, appliquent, on le voit clairement les directives franc-maçonniques qui demandent d'éliminer les saints, de condamner les apparitions, d'affaiblir les papes et ainsi les détruire.

Semer le doute dans l'esprit des fidèles, sur l'Eglise, ses dogmes, sa morale, ses richesses mystiques, sur le Christ, sa Mère, voilà ce que ces chrétiens progressistes ont tenté de faire dans cette émission, en y mettant toutes les ruses de leur mauvaise foi qu'on n'a pas le temps de relever. Donner une idée ridicule du Paradis, prouver que la sainteté est factice et contre la raison naturelle avec sa morale inhumaine surtout en matière de chasteté. En ce mois de mai où les nouvelles nous arrivent ainsi de l'Occident, nous comprenons maintenant plus clairement que le 11 avril la Vierge nous parle de l'Eglise qui a un genou à terre et d'une partie qui s'est livrée au démon.
Le clou de cette offensive est le film " Da Vince Code " qui illustre le livre de son auteur. Enseigner que Jésus était seulement un homme qui avait des frères et des sœurs, voilà une des directives de la franc-maçonnerie. Cette histoire et son film qui offensent le Christ et sa Vierge Mère est une véritable ruse de Satan qui prendra de court bien des évêques et des prêtres qui ne comprendront pas qu'on ne peut aller chercher des perles de la vérité dans les poubelles et c'est offenser la Dignité du Christ que d'aller y jeter un coup d'œil.
Mais la Vierge nous parle de la partie saine de l'Eglise qui triomphera.

Dans des journaux et magazines catholiques comme Chrétiens Magazine, des articles d'Hommes de l'Eglise et de chrétiens croyants exposent clairement ce qu'on doit savoir honnêtement, tandis que des prières et des conférences s'organisent.

Quant à nous, notre situation est analogue à celle des apôtres et des disciples, après sa résurrection de Jésus. Alors que le mensonge du Sanhédrin infestait l'opinion autour d'eux, eux ils reçoivent la visite du Christ ressuscité qui les encourage et leur demande de propager son Message. Les méchants artifices ourdis par la ruse de l'Adversaire troublent l'Occident, la France, le monde entier car nous avons vu des réactions des évêques en Jordanie, en Inde et ailleurs, et cela nous afflige beaucoup quand nous pensons à nos pays africains plus fragiles.

Quand je dis nous, je n'inclus pas Marie Rose que les histoires du monde dans les médias dépassent et qui, d'autre part, est très souvent clouée au lit, elle est confrontée à ses douleurs. En ce jeudi 25 mai 2006, jour de l'Ascension, elle est clouée au lit depuis le 23 par ce mal ordinaire que le Seigneur a dit ne pas vouloir lui enlever pour sa mortification. Pour cela pour dire que, dans les messages, il n'y a aucun écho de ce que Marie Rose aurait su de l'actualité.
La dernière apparition de la Dame du Ciel et de son Fils et les dernières nouvelles de Marie Rose.
Marie Rose retrouve peu à peu la vie normale qui comporte toujours ces maux périodiques qui sont sa croix, si bien que nous n'avons pas encore eu la possibilité de programmer les intentions qui nous sont adressées.
Dans combien de jours, en ce Jeudi de l'Ascension 25 mai 2006, aurons-nous une vitesse de croisière avec une Marie Rose pas trop souffrante ? Nous ne le savons pas. Mais les mauvais moments étant passés et nous ayant laissé une expérience, la vigilance étant assurée, nous espérons que cela ne tardera pas. Mais nous espérons surtout dans les Deux Cœurs Unis, si pleins d'amour, qui nous ont souvent rassurés.

Le 22 mai, Marie Rose était en assez bonne forme et nous avons pu avoir la messe en-semble. Durant cette messe, la Vierge et son Fils, comme d'ordinaire, sont venus nous rencontrer et nous parler. Et la Vierge a pris la parole pour nous dire que nos souffrances et nos épreuves nous font progresser en sainteté et de ne pas nous laisser impressionner par les meurtrissures des ruses de l'ennemi. Puis c'est le Seigneur et sa Mère qui interpellent tour à tour la Fille Aînée de l'Eglise, la France. " Ainsi dit, mes amis, déclare le Seigneur, ma Mère est venue maintes fois vous parler et vous dire que votre pays a une très grande mission à accomplir auprès de ce monde, en particulier la France, la Côte d'Ivoire. La France étant la Fille Aînée de l'Eglise, détient le monde, qu'elle cesse de faire l'enfant gâtée et qu'elle revienne en mon sein. Elle pleure chaque jour, elle pleurniche alors que je lui aurai tout accordé. Chaque fois elle pleure, elle pleure chaque jour, elle pleurniche alors que je lui aurai tout accordé. C'était à elle de sauver le monde, et non pas le monde d'aujourd'hui de la sauver. Mais puis-qu'elle s'est endormie, je me suis penché encore vers l'Homme noir, espérant passer par lui, lui qui m'est resté fidèle, homme intègre (burkina dans la langue du pays, homme d'éthique), au pays plein de sages, pour qu'il puisse la sauver avant qu'il ne soit trop tard. ".
Et la Vierge intervient pour montrer que c'est le message des Deux Cœurs Unis en disant : " Sache, René mon fils, que ce que mon Fils t'a dit est vrai, et montre à la France qu'il est temps qu'elle se réveille. Depuis longtemps le monde prie pour elle, mais elle reste en-gourdie. La France devrait être en train de se réjouir plutôt que de traverser tant d'épreuves et tant de souffrances. Mais c'est elle qui l'aurait choisi et pas le Seigneur son Dieu, pour qui elle est sa Fille Aînée, qui l'aurait choisi pour elle. Si elle se ressaisissait, son Père a toujours les bras ouverts et Il l'attend. O France, Fille Aînée de l'Eglise, reviens au bercail et sauve ton honneur avant qu'il ne soit trop tard. C'est le message que je te porte pour la France. Si je suis intervenue pendant la conversation de mon Fils avec vous, alors qu'il vous parlait comme je vous parle chaque jour, c'est pour confirmer que nos Cœurs sont unis. Je vous laisse avec mon Fils. "

Et le Christ conclut par un message demandant aux Hommes de l'Eglise de se réveiller et de prouver son existence dans ce monde : " En vérité, en vérité je vous le déclare : Hommes de l'Eglise d'aujourd'hui, quand allez-vous vous réveiller et prouver mon existence dans ce monde et dans tout l'univers ? Tant de religions sont éparpillées dans ce monde, mais je demeure le seul Seigneur. Aidez-les à retrouver le vrai chemin qui mène à moi. Je vous aurai bien prévenus par mes Apôtres quand je suis venu sur cette terre. Il y aura des antéchrists. Aujourd'hui, essayez de guider mon peuple et ramenez-les tous au bercail, ramenez-les tous au bercail, ramenez-les tous au bercail avant qu'il ne soit trop tard. Ainsi soit-il ".
Père René Bélemsìda GUIMA OP

**MESSAGES 2006(extraits)**

3 Juillet 2006

L e Père conseiller dit la messe en présence de Marie Rose et de la Sœur Marie Blanche.

Le Seigneur -

En ce jour béni et choisi de Dieu mon Père, je viens vous réveiller les esprits. A tout moment vous croyez ce que le monde dira, particulièrement toi, mon ami René, mon représentant et toi mon épouse Blanche. Le monde dira qu'avant qu'il n'y ait la bénédiction du Père il y ait des messages, est-ce que cela vient du Seigneur, se demande le monde pour encore vous bouleverser ? C'est pour cela j'ai pris tout ce temps puisque moi-même je suis l'Eglise.

Mais n'écoutez pas ce monde qui vous conduira à la ruine de mon Eglise. Puisque vous êtes l'Eglise, vous ne pouvez jamais vous tromper, si je ne le permets. L'Eglise ne s'est jamais trompée, même si elle se trompe, elle sera épaulée par la moitié restante. Même si la moitié de mon Eglise est tombée, la moitié va la relever.

Ainsi dit, je vous l'affirme et vous le répète, mon ami Constantin n'a pas encore vu le jour de la porte du Ciel, puisque la mission n'a pas encore été mise à point par l'Eglise qui n'est nulle autre que moi-même qui vous parle. Moi que vous, Hommes de l'Eglise, représentez sur cette terre. L'heure de mon ami n'est pas encore venue, mon ami René, dis-toi donc que ta mission ne fait encore que se réveiller pour la plus grande gloire du nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, amen !

Je reviens encore vous réveiller l'esprit, c'est à dire tous vos esprits dans votre famille. René, souviens-toi de ta mère et de ton père. Marie Blanche, mon épouse, souviens-toi que tu as été consacrée à l'Immaculée Conception ainsi que tous tes frères.

Marie Rose, quand l'Esprit te parle, à travers moi, prends la patience d'écouter car j'habite le silence. Marie Blanche, sache que tu as été consacrée à l'Immaculée Conception ainsi que toute ta famille, par ta mère qui s'appelle Hélène et par ton père qui s'appelle Victor. Rappelez-vous que vous devez vous souvenir d'eux chaque jour parce que c'est leurs prières qui vous font progresser chaque jour.

Il est dit dans le Livre d'or : " Honore ton père et ta mère, respectez-les ". Eh bien, ce sont leurs prières qui vous font progresser chaque jour et non pas vos prières de cha-que jour, nul n'est saint sur cette terre. Et la promesse qu'ils vous ont faite, étant encore sur terre, ils la tiennent au Ciel.

Marie Rose, tu diras de temps en temps à tes Parents conseillers qui me représentent, de dire des messes en souvenir de tes parents et de leurs parents afin que leurs prières portent beaucoup de fruits pour vous tous, ainsi soit-il, pour vous prouver que je ne suis nul autre que le Dieu de vos parents. Ce sont leurs prières qui vous font progresser vers la sainteté. Je ne suis nul autre que le Dieu de vos parents, le Dieu de vos parents, le Dieu de vos parents, le Dieu de vos ancêtres, ainsi soit-il. Et comme un père se soucie chaque jour de ses enfants, chaque jour, vos parents se soucient de vous, rien ne vous manquerait, si vous priez le Dieu de vos parents ainsi que leurs saints. Souvenez-vous de l'Immaculée Conception, du Dieu de Victor, du Dieu d'Hélène, du Dieu de Véronique et de Jacques qui n'est nul autre que moi qui vous parle car ils intercèdent chaque jour pour vous au Ciel pour que vous progressiez chaque jour vers la sainteté.

Marie Blanche souviens-toi que sur le lit de mort de Jacques, le père de Marie Rose, tu l'as amené à rencontrer le Christ qui n'est nul autre que moi avec bravoure. Il m'a rencontré et il ne t'oublie pas ainsi que tes frères qui veulent sauver le monde. Que ton esprit se réveille et que tu saches que je ne suis nul autre que le Dieu du commencement de Yagma.
Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

commentaires de Marie Rose

Marie Rose -

… … …
Le Christ demande que nous nous unissions à nos parents qui nous ont consacrés à l'Immaculée Conception pour prier le Dieu de nos ancêtres et de savoir qu'il est constamment à nos côtés.

**MESSAGES 2006(extraits)**

7 Juillet 2006

Père conseiller s'est retrouvé avec Marie Rose et la Sœur conseillère pour la messe et c'est le Christ qui parle. Le Pape Jean-Paul II a dit que l'Eglise est essentiellement
charismatique. Avec Paul VI il a donné un coup de balai dans les lois de l'Eglise pour libérer les charismes extraordinaires que les Hommes de l'Église semblent instinctivement suspecter.

Par la bouche de Marie Rose le Christ passe pour dire aux Hommes de l'Eglise qu'il passe par son peuple pour leur parler. Dans son exhortation apostolique aux Fidèles laïcs de 1987, Jean-Paul II écrivait : " Le Saint Esprit en confiant à l'Eglise-Communion les différents mi-nistères, l'enrichit d'autres dons et impulsions particulières, appelés charismes. Ceux-ci peu-vent prendre les formes les plus diverses, soit comme expression de la liberté absolue de l'Esprit qui les accorde, soit comme réponse aux multiples exigences de l'histoire de l'Eglise.

La description et la classification que nous fournissent de ces dons les textes du Nouveau Testament sont un signe de leur grande variété : Chacun reçoit le don de manifester l'Esprit, en vue du bien. A celui-ci est donné grâce à l'Esprit, le langage de la sagesse de Dieu ; à un autre, toujours par l'Esprit, le langage de la connaissance de Dieu ; un autre reçoit, dans l'Esprit, le don de la foi ; un autre encore, des pouvoirs de guérisons dans l'unique Esprit ; un autre peut faire des miracles ; un autre est un prophète, un autre sait reconnaître ce qui vient vraiment de l'Esprit (don de discernement) ; l'un reçoit le don de dire toutes sortes de paroles mystérieuses, l'autre le don de les interpréter " (1 Co 12, 7-10 ; cf 1 Co 12, 4-6, 28-31 ; Rm 12, 6-8 ; 1 P 4, 10-11). ".

Ainsi donc si l'on retient bien l'enseignement des Apôtres répercuté par les papes, on devrait être attentif à l'Esprit qui parle ainsi à travers le peuple. Le Christ aujourd'hui appelle notre attention à l'Esprit qui parle aux Hommes de l'Eglise à travers le peuple.

Il rappelle Jeanne d'Arc et Thérèse de Lisieux dont Marie Rose, par qui son Esprit parle, doit suivre les pas pour la libération de la Fille Aînée de l'Eglise.
Le Père conseiller se plaint des épreuves et de gros ennuis les affectant matérielle-ment, et présente ses intentions avec une grande lassitude. Il veut prier pour les autres qui viennent avec leurs intentions et il est tracassé par ses propres malheurs. Il se préoccupe de savoir si ceux pour qui il prie et à qui il n'a pas le loisir de répondre ont reçu satisfaction, et ce souci le tourmente. Le Christ s'adresse à lui pour lui faire comprendre qu'il ne peut pas ne pas être attaqué par l'Ennemi et il doit être heureux de ne pas être agressé en sa personne physique. S'agissant des intentions de son peuple qui sont quotidiennement présentées, le Christ nous rassure. Dans le message du 26 juillet il reviendra encore là-dessus pour montrer son attention sur ces intentions, et pour nous faire comprendre aussi que nous devons être patients parce qu'il a aussi son temps.

Dans les leçons que Marie Rose a reçus en plus et que le message n'exprime pas, l'Esprit Saint répète l'affirmation qui dit que l'Esprit Saint est l'image de Marie. Cette affirmation revient alors qu'une notification doctrinale reçue au mois de juin et émanant d'un docteur théologien, diplômé d'une université romaine la traite d'hérétique. Ce n'est pas le lieu ici de répondre à cette attaque qui doit avoir sa réplique. Disons seulement que l'herméneutique (terme des sciences sacrées pour dire interprétation) de notre inquisiteur aborde mal les textes de ces messages révélés. Aujourd'hui, l'Esprit, après avoir dit qu'il est le Don du Père et du Fils, image de Marie Reine Immaculée, nous enseigne par ce qu'Il dit après, que pour que la Puissance de Dieu travaille efficacement en nous, nous devons nous effacer, l'Esprit parle et agit dans le silence. Dans ses théophanies Marie Rose remarque que lorsque le Seigneur apparaît, tout disparaît.

Mais cela n'affirme pas que la créature est annihilée devant la Toute-Puissance divine qui l'a créée. C'est un enseignement qui veut nous faire comprendre de faire place à Dieu si nous voulons être efficaces dans le domaine spirituel. Le " oui " de Marie à l'Annonciation, dans sa très profonde humilité devant son Créateur, a fait cette place à l'Esprit Saint pour la réalisation du grand mystère de l'Incarnation du Verbe. Et comme a dit un théologien, la purification radicale de Marie est sa Conception Immaculée.

Le Seigneur -

Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

Le Seigneur -

Hommes de l'Eglise d'aujourd'hui, ne savez-vous pas que je me fais présent, que je passe par mon peuple pour vous parler ? Hommes de l'Eglise d'aujourd'hui, sachez que je ne suis nul autre que le Seigneur, le même Seigneur que vous représentez chaque jour à l'église au cours de la messe. Ecoutez bien et sachez-le, le démon rôde tout autour mais il ne pourra jamais rien contre cette mission qui est pour le salut du monde. Et je le répète, pour le salut de ce monde. Marie Rose suivra les pas de Jeanne d'Arc et de sainte Thérèse, dit-Il mon Père de sa Demeure Sainte. La race noire sera élevée de gloire ainsi que ma Fille Aînée passera par la race noire pour être libérée de tout ce qu'elle a eu à faire comme péchés. Plus la race noire prie pour la race blanche, plus ses péchés sont pardonnés, parce qu'elle est restée digne de sa race.

René, souviens-toi que tu as été exorciste, et l'Ennemi ruse plutôt, ne crois-tu pas que ce n'est pas parce que je suis à tes côtés et qu'en plus tu es exorciste que tu es plus attaqué par l'Ennemi ? Je t'ai libéré à tout moment. Parce que je t'ai libéré, il s'attaque à tes biens. Mais il ne pourra jamais te ruiner comme il a ruiné ton frère aîné. Tu seras élevé de gloire par la puissance de la main droite du Fils de l'Homme qui n'est nul autre que moi qui te parle et que tu représentes sur cette terre.
Je ne suis nul autre que le Fils du Dieu vivant, le Dieu du Mont de l'Horeb. Le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, le Dieu de Jacob. Souvenez-vous de l'Immaculée Conception et dîtes-vous que ma Mère veille sur vous chaque jour et vous ne savez pas comment la prier. Apprenez à la connaître et vous saurez que toutes vos intentions de chaque jour, sont et ont été toujours exaucées.

René mon ami, tes intentions sont vagues, mais n'oublie pas que je suis là, dans ton cœur. Dis-toi que tout ce que tu veux, mon Cœur aussi le désire pour la plus grande gloire de cette mission. Mais laisse-moi avec mon temps. Mais pour tout ce que tu m'as présenté comme intentions, je te dis merci, merci mon ami. Qu'il en soit ainsi comme tu le désires, ce que ton cœur désire, qu'il en soit ainsi. Ce que ton cœur ne désire pas, qu'il n'en soit pas ain-si. Ainsi soit-il.
René mon ami, ainsi que ta sœur Marie Blanche mon épouse, réjouissez-vous d'avoir le Seigneur en vous-mêmes. Ne me cherchez plus loin puisque je suis en vous
Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

Commentaires de Marie Rose.

Marie Rose -
Le Seigneur a demandé de dire à la Sœur Marie Blanche ma mère adoptive, que ses yeux se trouvent dans son Cœur et que son cœur est blessé parce qu'elle rumine la peine de ses yeux qui voient mal. Plus vous souffrez cette peine, plus vos yeux le ressentent et c'est pour le salut de ce monde. Mais, dit-il, il va vous soulager pour sa plus grande gloire. Vous ne serez pas abandonnée. Le monde ne sait pas pourquoi vous souffrez, mais tôt ou tard on saura qui vous êtes.

Concernant les yeux de Papa ( le Père conseiller ), le Christ a dit que vous avez le re-gard du Père. Le Père n'a jamais vieilli, il vit d'âge en âge. Papa a le regard du Père, du Fils, de l'Esprit. Et quand cela arrive au regard du Père, que Papa admette et ne s'en plaigne pas. La vue baisse mais Dieu est là, vous ne voyez plus bien mais vous écrivez bien. L'Esprit a dit qu'il est le Don du Père et du Fils, Image de Marie Reine Immaculée. Pour que vous soyez inspiré, il faut Lui, et Lui ne peut pas donner l'inspiration à l'homme ayant les yeux ouverts, il faut que la puissance de l'homme diminue. Le regard s'affaiblit et l'Esprit parle, tu rencontres le Seigneur dans le silence. Quand on crie ce n'est pas le Seigneur. Quand le Seigneur apparaît, tout disparaît et c'est la puissance divine qui se-coue. C'est la purification et on le sent.
Quand Satan apparaît, il ricane. Et s'il ricane, c'est qu'il va commettre des dégâts.

**MESSAGES 2006(extraits)**

13 Juillet 2006

Aujourd'hui le Christ s'adresse toujours aux mêmes personnes que celles du 7 juillet. Le Seigneur nous montre que la lutte que nous menons, et nous ne sommes pas les seuls est celle de l'Eglise. Et la preuve en est que les propositions incriminées par les objecteurs ne sont pas celles d'un évêque et ses frères et sœurs prêtre, religieuse et laïque. Les propositions sont édictées par une pauvre laïque, maintenant consacrée, une ignorante qui n'a pas fait de catéchèse, encore moins la théologie. C'est selon la conviction de Jean-Paul II qui affirme que l'Eglise est essentiellement charismatique, que l'évêque et ses frères sont convaincus de ce que le Christ a dit, le 7 juillet dernier, aux évêques, aux prêtres et aux religieuses : " Hommes de l'Eglise d'aujourd'hui, ne savez-vous pas que je me fais présent, que je passe par mon peuple pour vous parler ? " En Marie Rose, la disparition de la créature rend évidente la présence de l'Esprit. Des vérités savantes et profondes, traitées et enseignées par une analphabète et non pas par un théologien, docteur ou simplement élève, demandent des explications naturelles difficiles, laborieuses même. Que le Père conseiller de la voyante ait à subir des attaques de toutes sortes, cela entre dans la lutte de l'Eglise et le Christ encourage. Et la lutte à la suite du Christ est un chemin de croix. Mais écoutons le Seigneur.

e Seigneur -

Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

amen

Le Seigneur -

La paix soit avec vous tous, mes amis, au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit

L'assistance -

Amen !

Le Seigneur -

René, mon ami, ainsi que toi mon épouse Blanche, vous représentez mon Eglise ici présente. Sachez que la lutte que vous menez actuellement n'est pas la vôtre mais elle est celle de mon Eglise tout entière. Cette lutte que vous menez chaque jour, que vous êtes en train de mener actuellement, est en train de sauver mon Eglise et tant d'âmes que vous ne voyez pas.

Sachez que vous n'êtes pas les seuls à mener cette lutte, mais beaucoup de mes amis, de par le monde entier, mènent cette lutte actuellement. Mais que dîtes-vous de moi-même, le Fils de l'Homme, qui ai eu à mener cette lutte avec mes apôtres lorsque j'étais sur cette terre.
René, mon ami, puisque tu as accepté de me dire oui pour la plus grande gloire de mon nom sur cette terre, tu as dit oui, accepte aussi, ainsi que ta sœur qui est mon épouse, de sup-porter le quart de ma croix. Concernant Marie Rose, n'ayez pas peur si vous avez confiance en ma miséricorde divine. S'il n'y a pas de souffrance ni croix, il n'y a pas de mission divine. Je suis le Dieu de vos grands-parents, le Dieu de vos parents, le Dieu de vos ancêtres.
Concernant les bienfaiteurs que tu me présentes chaque jour, pour lesquels ton cœur crie chaque jour, ne crois pas que je ne t'ai pas entendu ou que je ne t'entends pas. Dis-leur qu'à travers les autres voyants qui sont mes serviteurs, ma Mère a eu à déjà dire que le Se-gneur qui n'est nul autre que moi qui vous parle, demande de donner sans compter, sans retenue pour sa plus grande gloire et pour le salut de son peuple. Mais puisqu'ils donnent sans compter avec détachement, ma paix repose sur eux tous, ainsi que ma miséricorde, qu'il en soit ainsi.

Puisqu'ils donnent sans compter en tout détachement, je mettrai en garde l'Ennemi, qu'il ne les touche pas du doigt, et qu'ils sachent que tous leurs bienfaits sur cette terre pour la plus grande gloire de mon nom et le salut de mon peuple, ce sont des champs de roses qui représentent tant de milliers de places qu'ils préparent pour eux, pour leurs familles, et ils ouvrent aussi la porte à leurs parents et à leurs ancêtres qui étaient toujours en route vers moi mais qui n'étaient pas encore arrivés chez moi. Leurs bienfaits sauvent tant d'âmes. Et dîtes-leur que tout ce qu'ils font, c'est pour le salut de mon peuple.

René mon ami, ainsi que toi mon épouse Blanche, souvenez-vous de votre oui et continuez de progresser vers la sainteté. Puisque chaque jour, les portes de la sainteté ne font que s'ouvrir sur votre passage. Chaque souffrance, chaque épreuve est une porte du Ciel qui s'ouvre chaque jour devant vous et qui purifie vos cœurs, renouvelle vos vies et vous guide toujours vers ce qui veut dire la sainteté.
René mon ami, souviens-toi que tu as une très grande mission, ainsi que ta sœur Marie Blanche mon épouse. La cloche a sonné, l'heure de la vengeance est arrivée.

A moi la vengeance, laissez-moi vous venger, mais dîtes toujours la vérité, rien que la vérité. Et c'est comme ma Mère vous l'a dit et vous le redit, mon heure n'est pas celle de ce monde. Je sais que l'Ennemi a tant rusé à votre égard. Mais l'heure s'annonce pour moi le Fils de l'Homme, de lui dire halte ! Mais attendez mon heure, soyez patients, laissez-vous habiter par mon silence, et prenez ma patience comme un joug léger. Puisque vous avez dit oui, laissez-vous guider par mon Esprit qui n'est nul autre que l'Image de ma Mère.
La bénédiction que je vous donnerai maintenant est une bénédiction qui réconfortera vos cœurs et vos âmes, pour que vous terminiez cette lutte que l'Ennemi a engagée contre vous. L'Ennemi s'acharne contre vous chaque jour, mais il n'aura jamais le dessus. La puis-sance de ma main droite vous guidera pour toujours et mon secours de cette puissance vous est accordé pour toujours. Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

Commentaires de Marie Rose.

Marie Rose -

Le Christ a montré beaucoup de ses élus qui sont souffrants comme nous. Il a montré que vous n'êtes pas les seuls, et la lutte que vous menez est pour l'Eglise tout entière. Cette lutte que vous menez sauve beaucoup d'Hommes de l'Eglise qui sont possédés par les francs-maçons. Donc la lutte que vous menez chaque jour convertit ces Hommes de l'Eglise et des francs-maçons. Vous ne les voyez pas.

Le Seigneur a montré que vous vous souciez pour vos bienfaiteurs. Ces personnes par leurs bienfaits sauvent beaucoup de personnes de leurs familles, leurs grands-parents, leurs ancêtres qui n'avaient pas encore accédé au Ciel. Par les bienfaits, les messes demandées, ces âmes progressent chaque jour vers le Ciel. Ainsi les bienfaits sont des places qui sont prépa-rées au Ciel pour leurs parents, leurs amis, leurs ennemis, leurs malfaiteurs et les bienfaiteurs ne le voient, évidemment pas.

Et ces générosités purifient les bienfaiteurs, en les faisant progresser sur la route du pardon des ennemis, des malfaiteurs, et ainsi sur la route de la sainteté. Et c'est au dernier jour qu'ils vont constater toutes ces grâces en voyant le Seigneur les accueillir à bras ouverts pour avoir sauvé ainsi les âmes qui sont son peuple.
Le Seigneur a parlé d'un joug léger, qu'est-ce que cela veut dire, que veut dire joug ? Il a dit de prendre le " oui " que vous lui avez dit à sa demande de vous engager comme un joug léger, qu'est-ce que cela veut dire ?

Le Père René GUIRMA -

Un joug est une pièce de bois qu'on met au cou des bœufs ou des ânes pour leur per-mettre de tirer des charges, des fardeaux. Ainsi donc, on parle de joug pour désigner la charge qu'on donne à quelqu'un. Ainsi donc le " oui " que nous avons dit à la demande du Seigneur est une charge que nous avons acceptée de prendre de sa part. Cette charge est notre joug, une part de la croix du Christ que celui-ci nous propose. Il a dit dans l'Evangile de Matthieu 11,29: " Chargez-vous de mon joug et mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur et vous trouverez le soulagement de vos âmes. Oui, mon joug est aisé et mon fardeau léger. "

Marie Rose -

Vous me rassurez parce que j'ai eu peur comme je n'ai jamais entendu ce mot, je me demandais d'où cela pouvait-il venir.
Au sujet des bienfaiteurs, il a dit que sa paix et miséricorde reposent sur eux. Et en re-connaissance de ce qu'ils font, il met l'Ennemi en garde pour leur protection afin qu'ils puis-sent sauver les âmes qu'ils ne voient pas.
Quant à vous, vos souffrances purifient l'Eglise chaque jour. Et mes souffrances sou-lagent aussi beaucoup de mystiques qui sont couchés et ne peuvent plus se lever, moi je les aide ainsi dans leurs souffrances à maintenir leur foi pour attendre leur jour pour quitter ce monde et venir à lui. J'ai toujours la force pour supporter la croix, tandis que beaucoup de ces mystiques sont épuisés mais leur heure n'a pas encore sonné pour qu'ils viennent à lui et moi je compatis à leurs douleurs.
Vous, vous souffrez pour l'Eglise, surtout pour la moitié de l'Eglise qui touchée par la franc-maçonnerie.

**MESSAGES 2006(extraits)**

16 Juillet 2006

Les attaques et les sollicitations du Malin, le 16 juillet 2006.

Il y a quatre ou cinq jours, donc à la mi-juillet, Marie Rose m'a appelé la nuit et me racontait ses appréhensions. C'était, m'a-t-elle avoué, qu'elle sentait que l'air était miné au-tour d'elle, en d'autres termes qu'elle était cernée par le monde du Malin. A la fin elle m'a demandé de faire un exorcisme de loin. Je le fis et l'appelai après sans obtenir de réponse. C'est qu'elle était tombée dans une sorte de perte de connaissance qui ressemblait à un coma profond qui poussa son entourage à l'amener à la clinique. Certains se demandaient si elle n'était pas morte. Quand elle s'est réveillée en criant : " Non, je renonce à Satan, je veux mon Dieu ", les personnes qui la soignaient se demandaient si elle ne délirait pas. Or elle avait été ravie par le Malin qui l'a amenée dans son royaume. Elle nous raconte les péripéties de cette entrevue avec le Malin.

Ce qui m'avait paru curieux c'est ce qui est dit de Monseigneur MILONGO, l'Evêque exorciste de Zambie, exorciste fort célèbre connu à Rome et qui avait été conquis par Moon. L'effort du Vatican l'avait récupéré. Que le démon le montre d'une certaine façon dans son royaume me paraissait curieux et je pensais à un gag de Satan. Or, en ce 6 août où je corrige le texte du récit que j'ai saisi le 21 juillet, j'apprends par un journal que Monseigneur MILONGO qui avait disparu de Rome apparaît en Amérique à Washington, récupéré de toute évidence par Moon et la Coréenne qu'il avait épousée et qu'il compte fonder une église avec des prêtres mariés. Ce qui causerait des soucis à Rome. Si le Seigneur permet une telle révélation pour nous à travers sa " moins que rien " ignorante qui ne connaît rien des médias, ce n'est pas pour satisfaire notre curiosité. L'exhortation impor-tante dans cette vision dit, après que le démon a montré sa conquête : " L'Eglise doit redou-bler d'efforts pour pouvoir sauver tous ceux qui ne se sont pas donnés volontiers à Satan et cependant il les a pris en otage, sans leur avis. "
Mais voici ce qu'elle raconte de ce qui s'est passé :

Marie Rose -


Après que vous avez raccroché, que l'Ennemi aussi est venu. Il m'a amené dans un autre monde. Devant la porte de son royaume il y a deux anges aussi tenant des épées, tout noirs, tout le contraire des anges de la Vierge. Ces anges ont touché la porte avec leurs épées et la porte s'est ouverte. Et nous sommes entrés. " Marie Rose, dit-il, je t'ai amené pour te présenter mon royaume. Il est composé de toutes sortes de personnes ". Et il m'a montré des personnes faisant ripailles avec toutes sortes de victuailles, des personnes jouant de la musi-que, des bars et des dancings confortables. Puis il m'a montré des prêtres jouant aux cartes et buvant. Puis il m'a dit de savoir que c'est leurs corps qui sont ici mais leurs âmes sont sur terre. Ils n'ont pas voulu, dit-il, suivre ce qu'il veut. Il leur a demandé de venir les aider à cé-lébrer les messes noires et ils ont refusé. Alors il les a pris en otage. " Voici ton Monseigneur Milongo ", me dit-il. Et il me montra sa statue parce que entre temps, l'Eglise l'avait récupéré mais il reste pétrifié ici.

L'Eglise doit redoubler d'efforts pour pouvoir sauver tous ceux qui ne se sont pas donnés volontiers à Satan et cependant il les a pris en otage, sans leur avis.

Puis il est allé plus avant me montrer les messes noires : un bébé qu'on égorge, ils prennent le sang, puis découpe la chair du bébé qui constitue leur hostie. Puis ils élèvent une hostie toute noire. Ceux qui sont là-bas ne sentent rien, mais moi je sentais la chaleur qui est celle d'un four. Et ceux qui sont là-bas sont tout noirs mais ne sentent pas la chaleur. Satan veut imiter le Seigneur mais sa lumière est loin d'être celle du Seigneur.

Puis Satan m'amena là où on l'adore. On y voit une dame qui imite la Vierge mais est toute différente. Et il m'a dit : " Voici ma mère ". Et cette mère m'a adressé un sourire hideux qui est plutôt un rire affreux. Et l'on voit ses adorateurs qui se prosternent en disant : " Je t'adore ô Satan. ". Puis il me dit qu'il va m'accorder tout ce que je veux si je viens ici. De dire à mes Parents conseillers que si j'accepte de venir avec lui, il va nous libérer de tous nos soucis parce que c'est lui qui vous pille chaque jour. " Quand ton Père conseiller sera dépouillé de tout, la mission sera arrêtée. Il va oublier même le nom de sa Manne ". C'est le Christ qu'il appelle manne. Manne, continue-t-il, est en train de dire que lui, satan, ne peut pas toucher ses amis du doigt, mais il lui a demandé audience ( cela fait référence à l'audience demandé par satan à Dieu pour lui demander la permission de tourmenter Job ) et il a obtenu le temps de vous piller comme il veut. Il va vous piller jusqu'à ce que vous renonciez, que vous disiez non.

Puis, il m'a dit qu'il m'a tout montré. D'aller réfléchir et venir lui donner la réponse. Je lui dis que j'irai réfléchir et il m'a accompagnée jusqu'à la porte. Et quand je me réveillais, je lui ai dit : " Non, je renonce à Satan, je veux mon Dieu ". Je criais ainsi et ceux de mon entourage ont cru que je devenais folle et je leur ai dit que je ne suis pas folle, seulement j'ai vu beaucoup de choses qui vous effraieraient. Quand j'ai crié comme cela, il a ricané puis il a disparu. Et je me suis réveillée et j'avais perdu le nord. Ainsi donc le monde de l'au-delà est ainsi étrange. Si tu es averti et tu refuses, tu es emporté vers le Ciel. Mais si tu cède à leur offre tu ne peux plus les quitter.

**MESSAGES 2006(extraits)**

21 Juillet 2006


Aujourd'hui c'est la Vierge qui vient nous encourager à prendre le joug de son Fils comme un joug léger, c'est à dire le prendre joyeusement, sans amertume, sans murmure, ni frayeur, dans le silence du cœur, en ayant confiance toujours à Dieu qui ne nous abandonnera pas.

La Sainte Vierge -

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit,

L'assistance -

Amen !

La Sainte Vierge -

Mon fils de prédilection René, souviens-toi de ce que mon Fils t'a dit au cours de son message de l'autre jour : " Prends ton oui comme un joug léger, et ne crains pas si tu as toujours confiance en mon Cœur Maternel Immaculé et au Cœur Sacré de mon Fils. " Prends ton oui comme un joug léger et tu verras que tu n'es pas abandonné. Je veille chaque jour sur toi et la puissance de la main droite de mon Fils aussi t'accompagne chaque jour. Sache que tout ce qui se passe, toutes les ruses que l'Ennemi manigance chaque jour, font partie de ta croix à toi que mon Fils aussi veut que tu supportes. Mais ne crois pas que tu seras abandonné à l'Autre. La mission ne fait que commencer à être révélée à l'Eglise et à ce monde.
René mon fils, ne crains pas. Je te dis toujours de prier saint Victor ton père et sainte Hélène ta mère. Prie le Dieu de tes parents et tu verras qu'à travers les prières que tes parents aussi adressent à Dieu chaque jour, la gloire de Dieu passera par toi pour être révélée à ce monde et à l'Eglise entière.
A mon fils ( V. T ) qui s'est adressé à toi, dis-lui que je le porte dans mon Cœur, et la miséricorde de Dieu qui habite dans mon Cœur le couvre à partir du moment même qu'il s'est confié à moi et à mon Fils à travers toi, mon fils René. Puisqu'il a confiance en Dieu, la misé-ricorde de Dieu repose sur lui à jamais et sera sa couverture de chaque jour. Dis-lui d'essayer de méditer sur les caractéristiques du Dieu du silence et du Dieu de miséricorde et il trouvera solution à toutes les questions qu'il pose à Dieu chaque jour.

René mon fils, ne crains rien car toujours le secours viendra du Ciel et non de la pensée de l'homme par qui l'Ennemi passe pour ruser contre toi, le secours ne viendra pas de la pensée de l'homme. Comme il est dit dans les psaumes : " Je lève les yeux vers Dieu, je lui demande d'où viendra mon secours. Le secours me viendra de Dieu Tout-Puissant, Celui qui créa le ciel et la terre. René mon fils, sache que toujours tu es en train de percer le mystère de la sainteté et tu progresses chaque jour. Ainsi, tu ne peux pas être comblé chaque jour et être quitte des ruses de l'Ennemi. Tant qu'il ne ruse plus, il faudra que tu te poses la question, si tu fais toujours la mission comme je te le demande.

Mais s'il ruse chaque jour contre toi, c'est que tu es sur le droit chemin et il ne veut pas que tu ailles jusqu'au bout. Mais prie le Dieu de ton père et de ta mère, puisque c'est eux qui vous ont confié à mon Cœur Immaculé et je ne suis nul autre que cette même Mère que votre mère a eu à vous consacrer tous, au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Vous avez été tous consacrés à mon Cœur Immaculé. Mais dis-toi que même si entre vous les cœurs ne sont pas pareils ni les idées, tu devras redoubler d'efforts et demander à l'Esprit dont je suis l'image de faire son œuvre en chacun de vous. Accepte tes frères et sœurs tels qu'ils sont et fie-toi à moi et je te ferai connaître les œuvres du Père.

René, réjouis-toi d'avoir dit oui à ton Dieu dont tu es toi-même son représentant sur la terre. Et prends toujours ce oui comme un joug léger. Comme te l'a dit mon Fils et tu verras que tu iras bien dans le silence et dans la patience, puisque Celui qui m'envoie vous parler chaque jour habite le silence et la patience.
La bénédiction que je vais te donner en ce jour, mon fils, sera répandue sur tous les en-fants qui courent à toi chaque jour. Cette bénédiction est une source de grâces qui t'aidera chaque jour quand tu t'adresseras à Dieu pour chaque intention qu'il en soit comme la per-sonne le désire en venant vers nous à travers toi.
Je te bénis, mon fils de prédilection René, afin que la gloire de Dieu passe par toi pour être révélée à ce monde, et afin qu'à travers tes prières, l'Eglise se réveille, afin que l'Eglise se réveille, afin que l'Eglise se réveille. Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit,

L'assistance -

Amen !

La Sainte Vierge -

Je vous aime, mes enfants ! A nous revoir chaque jour et à bientôt comme mon Fils reviendra bientôt, ainsi soit-il.
Je ne suis nul autre que la Mère de l'Eglise, la Mère de tous les peuples, la Reine du Ciel et de la terre, je ne suis nul autre que la Mère de Celui Qui Suis.

Marie Rose entonne un chant puis se met à prier.

Marie Rose -

Merci, Mère, d'être venue à notre rencontre. Mère, sache que vraiment nous avons be-soin de ton encouragement, de ton réconfort. Et sache, Mère, que je ne suis nul autre que la fille de ta servante. Que tout se fasse en moi comme Dieu le désire et non pas selon ma pensée à moi. Que l'Ennemi ne triomphe jamais de moi, mais en tout homme qu'il passera pour venir à moi, ruser contre moi et mes Parents conseillers, qu'il ne triomphe jamais de nous, mais que toutes ces personnes soient toutes converties par la puissance de la main droite de ton Fils qui nous guide chaque jour et ne nous laisse jamais être emportés par les ruses de l'Ennemi ni nous laisser aller à la tentation.

Commentaires de Marie Rose.

Marie Rose -

Aujourd'hui c'est la Dame du Ciel qui a parlé alors que son Fils se tenait en retrait. Elle était très, très belle et nous souriait. Elle a insisté pour dire que vos prières de chaque jour sauvent l'Eglise, elles convertissent beaucoup de prêtres gagnés par les francs-maçons. Elle a rappelé que ce sont vos Parents qui vous ont confiés à l'Immaculée Conception, et ils continuent de prier chaque jour, pour vous, pour que vous puissiez continuer à aller de l'avant, et ils vous consacrent chaque année à l'Immaculée Conception. Et chaque jour ils prient pour que chaque jour vous puissiez aller de l'avant. Tous les jours, vous devez invoquer le Dieu de vos parents, ils vous ont consacrés à l'Immaculée Conception. Ils tiennent toujours à leurs promesses. Vous devez donc tenir à cette consécration, vous fier à la prière de vos parents pour pouvoir dire oui au Seigneur. Parce que, sur terre nous sommes entourés de maux, alors qu'eux sont auprès de Dieu que leurs prières atteignent directement.
Au sujet de la personne d'Abidjan ( l'Ambassadeur T ), la Maman a dit qu'à partir du moment que son cœur s'est tourné vers le Seigneur en passant par vous et par moi, même s'il n'a pas pu entendre la messe avec nous, Dieu l'a déjà vu. Et à partir d'aujourd'hui, la miséri-corde qui habite en son Cœur Immaculé le couvrira chaque jour. Qu'il essaie de percer le mystère du Dieu de la miséricorde et du silence et il trouvera solution à toutes les questions qu'il se pose chaque jour.
… … …
Pour ce qui est de l'Eglise, le Seigneur dit à travers la Dame du Ciel, que le oui, ce joug léger que prenez, c'est l'Eglise que vous prenez et pas vous-même. En le prenant vous sauvez beaucoup d'âmes. Vous, vous sauvez l'Eglise, vos confrères, et moi je sauve les âmes errantes dans le vide.

**MESSAGES 2006(extraits)**

26 juillet 2006

Tâmpùì, mercredi 26 juillet 2006.
Pourquoi le Christ ici se plaint-il que nombreux sont ceux qui ignorent sa présence sa présence dans l'Eucharistie ? Il a certainement ses raisons, que ce soit l'occasion pour nous de porter notre attention sur la présence réelle du Christ dans l'Eucharistie, donc, de sa présence parmi nous, et de savoir le satisfaire en sachant le rencontrer dans un temps de silence durant la messe. La messe devrait comporter un temps de silence.

Le Christ rappelle aussi la présence spéciale du Père. Notre âme et notre cœur sont faits de la chair du Père, nous a-t-il été enseigné depuis des années. Le Père est ainsi en nous. L'hostie consacrée à la messe est le Corps du Christ, selon le sacrement qu'il a institué le Jeudi Saint. Le Corps glorieux du Christ est inséparable de son Âme et de sa Divinité. La Personne du Christ est dans l'hostie consacrée, et comme il fait un avec le Père, le Père aussi est présent parmi nous avec le Christ. Du fait aussi que le Père est en nous comme il a été dit plus haut, le Christ aussi est présent parce que le Fils fait un avec le Père.

Pour tout homme croyant non chrétien, Dieu est partout et nous sommes leurs frères devant Dieu que nous pouvons prier avec eux. Mais le chrétien, surtout catholique, a plus que tout le monde cette richesse de connaître le mystère de la Sainte Trinité et de la Présence réelle du Christ à la messe dans l'hostie consacrée. C'est un trésor inestimable, alors il ne faut pas s'étonner que l'Adversaire, Satan le profane dans des rites que je ne nommerai pas. Pensons à l'Eucharistie, que le Christ a dite pain du ciel qu'il a comparé à la manne qui a nourri les Hébreux au désert. Le Christ dans cette apparition et ce message prend le symbole de la manne pour illustrer les grâces qu'il accorde.

Le Seigneur -

Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

Le Seigneur -

Marie Rose, cette manne que tu vois descendre du ciel, ce sont tant et tant de sources de grâces que je déverse pour toutes les personnes des intentions qui s'adressent à ton Père conseiller chaque jour, mon représentant qui n'est nul autre que mon représentant sur cette terre.
René, mon ami, aujourd'hui je suis venu vers vous pour vous prouver que tout ce que vous me demandez comme grâces chaque jour, et qui est les intentions que mon peuple m'adresse chaque jour à travers vous, je ne vous parlerai que cela. Dîtes à mon peuple qui s'adresse à moi à travers vous, longtemps je suis à son écoute, mais plus il insiste, plus mon Cœur de miséricorde s'approche de lui. Plus mon peuple insiste et me parle à moi son Dieu, mon Cœur de miséricorde s'approche chaque jour et le comble de tout ce dont il a le plus be-soin. En ce jour béni et choisi de Dieu mon Père, cette bénédiction que je vais vous donner en est une qui ouvrira toutes les sources et tant de ces sources qui descendent du ciel à partir de ce moment-même pour sauver tant et tant d'âmes souffrantes qui errent dans le silence. Et cette bénédiction apportera à chacun de tout mon peuple qui crie vers moi chaque jour, à tra-vers vous qui représentez l'Eglise sur la terre ce dont leur cœur a le plus besoin et qu'il en soit ainsi. Dîtes à mon peuple qui s'adresse à moi à travers vous, qu'il en soit ainsi et que tout ce que le cœur de chacun désire, li soit accordé.
Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

Le Seigneur -

En ce jour béni et choisi de Dieu mon Père, je vous dis aussi, vous étant mes représentants de l'Eglise, je suis là au milieu de vous chaque jour, mais nombreux sont ceux d'entre vous qui ignorez ma présence au cours de l'Eucharistie. Apprenez à mon peuple à m'adorer au cours de l'Eucharistie, ah oui, je vous le demande. Parce que nombre de gens parmi mon peuple ignorent ma présence, parce que c'est vous qui ne leur avez pas appris. Au cours de l'Eucharistie, qu'on apprenne à mon peuple, à me rencontrer dans son cœur. J'habite le silence et sachez que le cœur de l'homme est fait de la propre chair de mon Père qui n'est nul autre aussi que moi qui vous parle puisque nous ne sommes qu'un, de la propre chair de mon Père qui est aussi de ma propre chair, moi qui suis le Fils qui n'est nul autre que celui qui vous parle à présent même.
René, mon ami, souviens-toi que tu es exorciste et la puissance de ma main droite ac-compagne chaque jour ton ministère d'exorciste. Et continue car à travers le discernement que tu fais, la puissance de ma main droite t'accompagne.

Blanche, mon épouse, tu t'appelles Marie Blanche, puisque tu t'appelles Marie Blanche, sache que chaque jour tu pries pour mon Eglise, ton ange gardien aussi s'occupe de ton cœur pour que ton cœur soit toujours blanc jusqu'à mon retour sur cette terre. Prie pour mon Eglise dont tu fais partie afin que son cœur, la moitié de son cœur, les francs-maçons, qui est endurcie par la haine, retrouve aussi la blancheur de ton cœur. Ton ange gardien ne fait que supplier le Ciel pour toi chaque jour, supplie aussi le Ciel pour que la moitié de mon Eglise restante retrouve cette blancheur intérieure.
Cette manne, Marie Rose, que tu vois descendre du ciel, est une source de grâces pour tes Parents conseillers. Mais nul n'en devra percer le mystère, nul n'en devra percer le mys-tère, c'est le secours que Dieu le Père va vous apporter, et il vous demeurera secret et mystérieux. Vous le découvrirez chaque jour à tout moment à chaque instant, chaque jour avec sa grâce. Mais toutes ces grâces resteront mystérieuses et discrètes.

Je ne suis nul autre que le Fils de Celui qui Suis, le Dieu de vos parents et de vos grands-parents, le Dieu de Moïse, le Dieu du Mont Sinaï. Et celle qui est à côté de moi n'est nul autre que celle qui s'est donné tous les noms, étant Notre-Dame de tous les peuples et étant Notre-Dame du Mont Carmel.
A nous revoir bientôt comme je reviendrai bientôt.
Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

Commentaires de Marie Rose.

Marie Rose -


J'ai vu tomber la manne qui a l'aspect de pain et le Seigneur a dit que ce sont les grâ-ces. Chaque manne représente des milliers de grâces. Toutes les personnes avec leurs inten-tions qui viennent à vous chaque jour, qu'ils sachent qu'elles ne sont pas du tout oubliées et laissées de côté. Le Seigneur dit qu'il les a entendus mais il a son temps. De ces milliers de mannes que je vois, un flocon de manne représente une source de grâces. Et c'est des milliers et des milliers de sources de grâces qu'il a fait tomber sur la terre. Il demande de dire à tous ceux qui ont envoyé des intentions qu'il les bénit. Il accorde à chacun ce que son cœur désire, mais il faut attendre sans se presser que l'Esprit agisse.

Quand nous nous pressons, l'Esprit ne peut plus agir. Nous devons seulement, nous dit le Christ, redoubler d'efforts dans la prière, à tout moment. Il nous a accordé nos demandes, à nous de prier maintenant pour agrandir notre foi afin de pouvoir avoir la patience pour accueillir la grâce. On ne doit pas dire qu'on a de-mandé et s'asseoir sans rien faire en s'appuyant sur autrui, fut-il charismatique.

Le Christ demande que l'Eglise apprenne au peuple la valeur de l'Eucharistie, qu'elle fasse prendre conscience de sa présence sur l'autel. Puis le Christ tout beau s'est présenté comme le Fils et sa Mère, la Dame de tous les peuples et du Mont Carmel. Et quand il dit la Dame du Mont Carmel la robe de la Vierge prend la couleur brune.
Dans la manne que j'ai vue, le Christ a dit que votre grâce y est discrètement. Et nous avons des sources de puissances intarissables. Il nous a montré nos grands-parents bibliques, Anne et Joachim et beaucoup d'autres. C'est un monde de spiritualité.

sommaire 2006