Messages 2006

30 Juillet 2006

Tampùi dimanche 30 juillet 2006.

Le Christ demande de propager ses messages et de les méditer.
Le Christ nous demande de ne pas laisser les messages dans les tiroirs, mais de les lire, les méditer et de les comprendre. Les messages peuvent donner le change par leur simplicité. C'est en les relisant qu'on découvre leur profondeur et leurs richesses spirituelles.

Le Seigneur -

Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

Le Seigneur -

Voici venir le jour, oui, le jour béni et choisi de Dieu mon Père, qui n'est nul autre que le jour choisi de moi-même puisque Nous ne sommes qu'Un, où nul ne pourra se venger. Laissez la vengeance à moi, et continuez à œuvrer pour la plus grande gloire de mon nom, afin que mon peuple soit sauvé. Méditez chaque jour sur tous mes messages que vous recevez. Ces messages ne sont pas faits pour être cachés dans les tiroirs, mais pour être lus et médités, et être compris aussi par mon peuple.
René, mon ami, sache que, tous les jours, la puissance de ma main droite t'accompagne. Mais Marie Blanche, mon épouse, cesse d'être gourmande, parce que tu es toujours là en train de crier vers moi, alors que je t'ai tant comblée. Partages-en aux autres et ne crois pas que, chaque jour, je ne me soucie pas de toi, et je ne t'accorde pas autant de grâces nécessaires pour ta jeunesse et pour ton entourage, ainsi que pour l'Eglise. Sache que, chaque jour, je t'accorde les grâces nécessaires pour tout le monde.

Réjouis-toi d'être la plus belle des belles et d'être choisie, puisque tu appelles ton Ange gardien au secours chaque jour, et ton Ange gardien veut te garder la plus belle des belles pour moi qui ne suis nul autre que ton Epoux. Puisque tu aimes bien ton Ange gardien, tu lui a donné un joli nom (la Sœur Marie Blanche, depuis de longues années, lui avait donné le nom de Rose), ton Ange gardien aussi t'appelle la belle des belles de mes épouses. Comme il est dit dans la Bible : d'où me viendra le secours ?

Le secours me viendra du Dieu vivant, celui qui créa le ciel et la terre, croyez que votre secours viendra toujours du Dieu vivant, qui n'est nul autre que celui qui vous parle. Je ne suis nul autre que le Fils du Dieu vivant. Ma miséricorde, ma paix, ma joie reposent sur vous tous, afin que tous les cœurs endurcis par la haine et non la maîtrise de soi, par les calomnies de ce monde, vous ouvrent leurs portes partout où vous passez, afin que ma Bonne Nouvelle soit répandue dans ce monde.
René, mon ami, réjouis-toi toujours, ainsi que mon épouse Marie Blanche, car nombreuses sont mes grâces répandues dans ce monde, mais grandes sont mes œuvres que vous êtes en train d'accomplir, et de faire grandir dans ce monde pour la plus grande gloire de mon Eglise, ainsi que celle de ce monde qui est mon peuple tout entier. Je ne suis nul autre que le Dieu de vos parents.
Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

Commentaires de Marie Rose.

Marie Rose -

Le Christ nous dit, au sujet du secours dont nous avons besoin, de nous rapporter à la Bible qui dit : " D'où nous viendra le secours ? Le secours nous viendra du Seigneur qui a fait le ciel et la terre. " Le secours ne viendra de nulle autre part que du Dieu vivant, celui qui nous a créés.
Quand le Christ est venu, il nous a béni en même temps que le Père conseiller, célébrant la messe, nous donnait la bénédiction après la confession des fautes. Le Christ, sa Mère et les anges ont récité les prières du début la messe avec nous. Ainsi les anges prient avec l'Eglise. Ainsi le prêtre représente le Ciel sur la terre. Quand le Père conseiller a commencé la messe, tous les anges se sont inclinés pour prier pour le salut du monde. Ils s'inclinent devant Dieu pour nous tous. Le Christ est resté debout et sa Mère s'est assise à sa droite.
Hommes ou femmes ? On ne peut pas le savoir des anges, tellement ils sont beaux.

Certains ont l'aspect de femmes d'autres des hommes. Tel ange par exemple qui semblerait homme a la beauté d'une femme avec une longue chevelure nouée. La Vierge est lumière teint clair, le Christ aussi. La vue de Dieu vous donne une vision profonde aussi des personnes et cela me porte à vouloir m'éloigner de certaines. Et la Vierge me demande de ne pas le faire, de me maîtriser et de les entendre parce que Dieu nous écoute malgré notre mauvaise sincérité.
Le Christ a parlé de ma Sœur conseillère en plaisantant, la donnant en fait en exemple. Il a dit que son épouse est gourmande. Lui il lui a tout accordé et elle en demande encore. Alors il lui dit de cesser d'être gourmande parce qu'il lui accorde tout pour sa jeunesse (la Sœur Marie Blanche a exercé son apostolat auprès de la jeunesse), pour son entourage, pour l'Eglise. Et tous les jours elle demande, elle demande, elle est gourmande. Après, il souri en lui demandant si elle veut tout prendre et sans rien laisser aux autres épouses ?

Je l'ai prié aussi pour mon Père conseiller qui est si dévoué. Qu'il ne l'abandonne pas, afin qu'il ne se décourage pas. Qu'il vienne à son secours pour la mission. C'est là qu'il m'a souri et m'a fait la citation de la Bible sur le secours qui vient du Seigneur. Le secours ne nous viendra pas de la terre, mais du Ciel, de celui qui a créé le Ciel et la terre et qui n'est nul autre que celui qui vous parle.

Le Seigneur a dit que le Père conseiller, est son ami fidèle. Chaque jour, sa main droite l'accompagne. Il a dit aussi que des portes qui mènent à la sainteté nous ont été ouvertes. Nos souffrances soulagent son peuple, ouvrent des portes qui mènent à la sainteté, en particulier nous-même et l'Eglise que nous sauvons, en bonne partie, sans le savoir. Et je lui ai parlé de la rencontre avec l'Archevêque et il a dit, qu'il en soit ainsi en mon temps voulu.
De jour en jour je découvre Dieu.

Dieu n'est pas quelqu'un qui abandonne. Alors que l'homme, s'il sait que tu n'as plus rien, il t'abandonne, il suit la richesse. Dans ta détresse, sa présence fait quelque chose que tu ne peux pas expliquer. Sa présence est réconfortante alors qu'en même temps il se fait absent. Un Dieu qui est présent, qui te regarde et qui se fait absent, mais qui te réconforte en même temps

**MESSAGES 2006(extraits)**

14 AOUT 2006

Tâmpùì 14 août 2006.
La sollicitude de Dieu pour nous et son attention sur nous.

La Sainte Vierge -

René, mon fils de prédilection, ainsi que Marie Blanche ma fille de prédilection, sachez que chaque jour vos cris me parviennent. C'est pour cela j'ai demandé à mon Fils de venir vous répondre, répondre sur tout ce que vous ne comprenez pas dans cette mission qui est très grande, la mission est immense comme Dieu est immense. Je vous laisse avec mon Fils tout en vous disant de prendre soin de vous, écoutez-le attentivement.

Le Seigneur -

Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

Le Seigneur -

Je ne suis nul autre que le Fils de Celui qui Suis, hors mis moi plus d'autre Dieu.
Depuis longtemps vos cœurs crient vers moi à travers ma Mère. Sachez que je vous entends jour et nuit. La mission, si vous avez confiance en ma miséricorde divine, sachez-le, nul ne peut l'arrêter, parce qu'elle est divine et plein de miséricorde pour tout homme vivant sur cette terre.

Cette mission ne vous concerne pas, vous seulement, mais le monde entier

René mon ami, sache que je t'entends mais je te dis ceci : je me penche vers l'aube pour voir mon peuple. Le soir encore je me penche pour qu'il dorme en paix. Pour cela, les intentions qui te touchent le cœur et l'âme, si tu ne me les présentes vers l'aube à travers la célébration de l'Eucharistie, tu me les présentes le soir, ainsi que toi mon épouse Blanche, je les entends et je les reçois.
Tu vois bien, Blanche mon épouse, que tu gardes ton cœur comme le dit ton nom. Mais essaie de comprendre ce monde, adopte-le, afin de l'amener à suivre le chemin qui mène à moi, et à faire ma volonté. Ecoute ton cœur, chaque jour, parce que ton cœur c'est ma propre chair. C'est pour cela vous mourrez un jour ou l'autre, mais le cœur m'appartient. Ne laissez pas salir le cœur, parce que le cœur m'appartient.

Devant le monde, laissez-vous juger par lui, mais ne le jugez pas, afin de garder vos cœurs purs pour moi, rien que pour moi votre Dieu. Ne jugez pas et vous ne serez pas jugés, mais laissez le monde vous juger à sa manière.
Du haut de mes nues j'ai entendu vos cris. Qu'il en soit ainsi comme vous le désirez.
René mon ami, ainsi que mon épouse Marie Blanche, ma paix et ma miséricorde reposent sur vous à jamais. Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

Commentaire de Marie Rose.

Marie Rose -

Le Christ est toujours jeune, il n'a jamais vieilli. Il me purifie dès que je le lui demande.

Il nous demande de ne pas le juger et de ne pas juger ceux qui n'ont pas eu la révélation. Le Christ a dit que ma Sœur conseillère Marie Blanche, garde son cœur comme le dit son nom Blanche. Mais, qu'elle ne croie pas que tout le monde peut être comme elle. Elle doit enfanter les autres et les éduquer. Elle prie tous les jours qu'elle prie et implore Dieu pour la conversion des autres.

Qu'elle sache que ce n'est pas sa bouche qui peut vaincre. Le Christ a dit que ma Sœur conseillère m'enfante chaque jour, en priant pour ma conversion qui progresse chaque jour, le Seigneur demande qu'elle fasse ainsi pour tous les autres hommes dans le secret de son cœur. Le Christ a montré que nos cœurs sont des trésors de Dieu, tout cœur de l'homme est un trésor. Et l'on doit lutter contre la chair qui ne veut pas forcément ce qui est demandé pour le progrès spirituel. Si l'on abuse de ce que veut le corps, on salit le cœur. Les attaques viennent directement de l'Ennemi qui est descendu avec toute son armée. Dieu ne lui a pas permis de toucher nos personnes, il ruse chaque jour avec ses ennuis. Nous avons à choisir entre Dieu et Satan, et Dieu nous laisse la liberté. Le Seigneur affirme son autorité, mais il n'impose jamais. Quand le Seigneur dit : " Suis-moi " ce n'est pas un ordre, son impératif veut dire : " Suis-moi si tu le veux ".

**MESSAGES 2006(extraits)**

13 Septembre 2006

Tâmpùì, mercredi 13 septembre 2006

Le souci du Seigneur pour notre avancement spirituel.
Des épreuves et des événements se sont produits depuis le mois d'avril avec des soucis dramatiques. Et nous découvrons que nous avons des ennemis qui nous en veulent pour des raisons sans consistance. Le rythme et même la possibilité du travail ont été perturbés, à tel point que depuis la fin du mois de juillet, il ne nous a pas été possible de nous rassembler pour l'Eucharistie. J'apportais donc dans mes intentions divers problèmes. Quand Marie Rose tombe en extase c'est le Christ qui prend la parole et nous bénit en latin, et pour notre avancement spirituel, son exhortation est dans la ligne du " Notre Père " : " Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ".

Le Seigneur -

Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

Le Seigneur -

Bénis soient ces douze jours choisis de mon Père qui m'envoya vous porter son secours.
N'aie donc pas peur, mon ami René, si tu as confiance au Cœur Paternel de mon Père. Qu'as-tu donc, chaque jour, à te poser tant de questions et à te tracasser pour rien, puisque tu as le Père en toi ? Dis-toi que tout ce que tu m'adresses comme intentions, le Père le voit déjà. Toutes ces questions restent gravées dans son Cœur Paternel et demeurent gravées pour toujours. N'aie donc pas peur, car mon Père dit, dans sa Demeure Sainte : " Je t'entends bien, mon ami, et toutes tes intentions restent gravées dans mon Cœur. Je t'exauce à l'instant même où tu étais en train de me les adresser, mais je te demande de te laisser habiter par mon silence et ma patience ". Ainsi parle mon Père. A ton égard, mon ami René, sache que la bataille ne t'appartient pas à toi seulement, mais à moi aussi le Fils de l'Homme qui tends toujours ma main sur toi, sur mon épouse Blanche et sur mon ami Constantin aussi chaque jour.

Sachez que vous êtes comblés chaque jour, et vous allez de l'avant, franchissant chaque jour la porte qui mène à la sainteté. Sachez que la maison de la sainteté est tellement grande qu'elle est pleine de plusieurs portes. Mais chaque jour vous ne faîtes que franchir une porte. Pour vous dire que vous arriverez au bout, et le jour où vous atteindrez la dernière porte, c'est ce jour que vous serez tous emportés au Ciel. Mais pour le moment, vous avez une très grande mission que nul sur cette terre ne pourra arrêtée, ainsi soit-il.
Ma miséricorde repose sur vous tous. Et aujourd'hui vous franchissez encore une nouvelle porte qui mène à la sainteté. Ainsi parle mon Père.

Répétez cette prière après moi :
" Ô Dieu mon Père - Ô Dieu mon Père - Je pardonne à tous mes ennemis, - Je pardonne à tous mes ennemis. - à mes bourreaux, - à mes bourreaux - à mes malfaiteurs, - à mes malfaiteurs, - à mes persécuteurs, - à mes bienfaiteurs, - à mes bienfaiteurs, - afin de garder mon cœur pur pour toi, - afin de garder mon cœur pur pour toi, rien que pour toi, mon Dieu - rien que pour toi, mon Dieu. - Ainsi soit-il. - Ainsi soit-il. "
Sur ce, mon Père m'envoie vous apporter sa bénédiction. Et dîtes-vous, mes amis, que cette bénédiction vous comblera tous, de tout ce que le cœur de chacun de vous désire. Et souviens-toi, René, de tout ce que mon Père vient de te dire, que, au moment où tu écrivais tes intentions, elles étaient déjà gravées dans son Cœur Paternel. Et à toi Marie Blanche mon épouse, tes intentions aussi sont gravées chaque jour dans mon Cœur. Et puisque le Père et moi nous ne sommes qu'un, vos intentions restent toujours gravées dans mon Cœur. Et je bénis chacun de vous, afin que vous soyez comblés de tout ce que le cœur de chacun de vous désire.
La paix soit avec vous tous, Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance

Amen !

Le Seigneur -

A nous revoir bientôt comme je reviendrai bientôt. Ma Mère vous dis merci d'être toujours prêts à servir le Père, ainsi que moi son Fils puisque nous ne sommes qu'un. Merci pour tant d'épreuves que vous avez eu à traverser et à franchir une autre porte qui mène à la sainteté, " bien que vous êtes toujours sur terre "…
Après un silence elle reprend la dernière phrase sur la demande du Christ qui lui a demandé de corriger sa faute de grammaire. Cela se voit au fait que Maie Rose après avoir corrigé la phrase comme en une lecture hésitante, sourit en chuchotant : " Le Christ ! il m'a rectifiée ".
" bien que vous soyez toujours sur cette terre ".
Commentaires de Marie Rose.

Marie Rose -

Dieu Trinité s'est manifesté à moi. Les trois Personnes ont une grande stature. Le Père n'est pas debout, il est assis et les anges tiennent ses bras. La fois où je l'ai vu debout, ce fut à Yagma, et Il marchait doucement. Aujourd'hui, le Père est au milieu, le Christ à droite, l'Esprit Saint à gauche. Et si l'on regarde le Père, on voit le Fils en Lui, et si l'on regarde le Fils on voit le Père en lui. Si on regarde l'Esprit Saint, on le voit et on lit en mêle temps les deux faces du Père et du Fils en lui. Et ils procédaient doucement en me disant : " Marie Rose, tu pourras témoigner et dire à ce monde, qui est et comment est la Sainte Trinité ".
Et la Sainte Vierge était en haut et la lumière descendait d'elle. L'Esprit Saint est image de Marie parce que Marie couvre la Sainte Trinité en son sein, en son pùgroogo (terme mossi pour dire sein). Ainsi, l'Esprit Saint est image de Marie comme Marie est image de l'Esprit Saint. Quand tu regardes la Vierge tu vois dans son sein le Père le Fils et l'Esprit Saint, elle est ainsi l'image de la Sainte Trinité.

Développements théologiques du Père conseiller sur le lien de Marie et de l'Esprit Saint et sa proximité avec la Sainte Trinité.

L'Esprit Saint image de Marie, Marie image de l'Esprit-Saint.
Parmi les intentions que j'ai présentées au début de la messe, j'ai posé une question au sujet de l'affirmation " Esprit Saint image de Marie " qui suscite des attaques et dernièrement celle d'un théologien qui a décliné son titre de docteur en théologie d'une université romaine pour donner de l'autorité à ses motivations et à son jugement négatif. Le Seigneur avait répondu depuis treize ans, et était revenu là-dessus plusieurs fois en même temps qu'il me poussait à ma fonction de théologien. Cela avait été pour moi l'occasion de recherches plus passionnées en des textes qui ne se lisent pas comme un roman, de réflexions et de méditations émerveillées sur la Sainte Trinité, ce Dieu, Trine et un, qui s'est fait nôtre en se donnant en Jésus- Christ qui nous l'a révélé. Révélation qui a bouleversé le monde, sa vision des choses, et l'a transformé de diverses manières.

Aujourd'hui, j'ai reposé la question sans avertir la voyante. Depuis plusieurs mois que le Docteur en théologie m'a envoyé sa notification doctrinale, à moi et aux évêques par l'intermédiaire de l'Evêque de Kaya, je n'ai pas trouvé le moindre temps pour écrire une réponse, tant les problèmes sont nombreux.
L'Esprit Saint image de la Trinité, Marie image de la Trinité.
Le Christ m'a répondu par une théophanie à Marie Rose et un message qui lui demande de dire et de témoigner de ce qu'est la Sainte Trinité et comment elle est. Sa présentation de la Sainte Trinité et de la relation de Marie à la Trinité est correcte, et montre bien pourquoi il est dit que l'Esprit Saint est l'image de Marie et Marie image de l'Esprit Saint. Marie est l'image de la Sainte Trinité, elle reflète la Sainte Trinité du fait qu'elle a en son sein le Fils qui, du fait de la circumincession rend présents le Père et l'Esprit Saint. Et l'Esprit Saint, comme dit le Père LAURENTIN, " est présence du Père au Fils et du Fils au Père, car en lui se réalisent leur présence et leur réciprocité actives, et il diffuse cette présence divine dans l'Eglise (la shekina). " ( L'Esprit Saint cet Inconnu p.335 Edition Fayard). Et il rapporte en cette même page le point de vue personnaliste de MÜHLEN qui dit que l'Esprit Saint est le " Nous " du Père et du Fils. La présentation de la théophanie de Marie Rose qui s'arrête seulement à l'intérieur de la Trinité et ne parle pas de l'ecclésiologie, ne dit pas autre chose. MÜHLEN, lui, cité dans LAURENTIN élargit sa réflexion sur l'Eglise en disant que l'Esprit Saint est le " Nous " des chrétiens, mais il est clair que ce " Nous " sonne différemment que dans la Sainte Trinité.

Ainsi donc, quand nous méditons selon ces enseignements, comme dans la doctrine des messages de la Dame de Yagma-Louda, en notre esprit nous pouvons contempler et adorer dans le Père son Fils, le Verbe qu'Il reflète. Dans le Fils, nous pouvons contempler et adorer le Père qu'il reflète. Dans l'Esprit Saint nous adorons l'hypostase de leur Amour, de leur " réciprocité active ", le " Nous " de la Sainte Trinité, l'image de la Sainte Trinité. Image de la Sainte Trinité, l'Esprit est l'image de Marie qui est aussi l'image de la Sainte Trinité mais pour une raison toute différente et cependant d'une dignité divine.

Et c'est parce qu'il n'y a pas une identification des deux que notre langage parle d'image. Alors comme dit le Christ des apparitions, nous " adorons donc le Père, et nous honorons la Mère du Fils " qui partage, avec le Père, la maternité du Fils. En cette distinction de l'adoration et de l'hyperdulie, il n'y a aucune idolâtrie. Lumen Gentium accorde bien l'attention que nous devons donner au culte dû à la Vierge Marie qui est au-dessus de tout, tout juste en dessous du Christ. Confer N° 53 p. 103
Dans les apparitions de la nuit du 18 septembre, le Père disait à Marie Rose que lorsque nous avons des ennuis nous avons la chance de pouvoir nous adresser à Lui notre Père. Tandis que Lui n'a pas de Père à qui s'adresser. Il est obligé de s'adresser à Lui-même. Si sa colère est attisée, Il est obligé d'entrer en Lui-même et de s'apaiser Lui-même. Un Être qui n'a pas de principe ni commencement n'est-il pas vertigineux.

Toujours est-il que nous avons vu dans sa remarque un côté humoristique et joyeux, ne considérant seulement que la grâce de cette familiarité que Dieu nous accorde en venant causer si simplement avec nous dans notre situation de fidèles ignorants. Mais, quelques jours après, en voyant les efforts que Benoît XVI déployait en ses exhortations et dans les mesures qu'il prenait pour assainir l'Eglise en ses évêques et en ses prêtres, et en apprenant, de par ailleurs, la vie morale et spirituelle lamentable et scandaleuse de nombre de prêtres et d'évêques, la remarque du Père sonne beaucoup plus dramatique. Et quand on sait que, face à l'homme si perverti qu'il a voulu sauver, son conseil à Lui-même lui a inspiré de se donner Lui-même en son Fils qui s'est plongé dans notre nature et notre histoire, notre sourire et notre joie d'enfants font place à une contrition douloureuse réparatrice mais, en même temps, dans une joyeuse reconnaissance et une profonde adoration. Dieu Amour nous fait constamment appel.

**MESSAGES 2006(extraits)**

27 Septembre 2006

Tâmpùì, mercredi 27 septembre 2006.
Le Seigneur devant sa petite fille boudeuse
.
Après des semaines agitées par les étranges épreuves dont nous avons été infligés, et accomplissant les journées de prières que le Seigneur nous a demandées, je me retrouvais complètement à sec devant pourtant des nécessités urgentes. Alors la nuit qui précède, j'ai dit au Seigneur notre détresse et l'impossibilité dans laquelle j'étais pour trouver une solution. J'avais franchement dit à Marie Rose la situation et notre détresse. Dans la même nuit durant sa prière, au moment où le Seigneur est venu, elle lui a dit le problème dans lequel nous nous trouvions, en lui demandant pourquoi il nous laissait ainsi en cette situation, et comment son Père conseiller va-t-il pouvoir travailler.

Puis, elle se mit à bouder le Seigneur en lui tournant le dos les yeux fermés. Les rouvrant, elle aperçoit le Seigneur devant elle encore, comme si elle ne lui avait pas tourné le dos. Elle retourne encore le dos, et voici encore le Seigneur devant elle qui lui sourit, et lui dit que nous ne savons pas nous adresser à lui en toute vérité et simplicité. Il aime que nous nous adressions à lui dans la foi vraie et simple, et en toute vérité, dans la simplicité naturelle comme elle vient de faire.

Puis il lui dit, qu'elle et ses Parents conseillers ne savent pas lui être reconnaissants. En effet, notre frère grabataire, Monseigneur GUIRMA, qui est à toute extrémité, qu'est-ce qui le maintient en sa vie, en cette vie qui nous est si nécessaire pour accomplir notre mission ? N'est-ce pas lui ? Qu'est-ce qui maintient Mr F.A. si actif malgré son âge ? N'est-ce pas lui ? Nous devrions raviver notre foi et notre espérance.
A 18 heures, je dis la messe, entouré de Marie Rose, de la Sœur Marie Blanche. Nous allons entendre le Seigneur, et, avant, nous lui adressons nos remerciements. Qu'est-ce qui est arrivé ? Dans la matinée, après donc la bouderie de Marie Rose et de la leçon du Seigneur, le matin, alors que je me demandais comment j'allais trouver ce qu'il faut pour Marie Rose, je reçus un coup de fil de Mr F.A. qui demanda de nos nouvelles et me donna la nouvelle qu'il me versait une bonne somme à mon compte.

C'était la somme libératrice que le Seigneur a suscitées chez cet excellent bienfaiteur. Dans son message, le Seigneur nous remercia d'être venus à sa rencontre. Et concernant nos problèmes, les attaques démoniaques que nous avons eues, il nous assura qu'il nous accordait sa bénédiction et que la pluie qui allait tomber était le signe des grâces que cette bénédiction nous apporte, pour laver tous les méfaits des maléfices que nous avons subis. Il achevait à peine son message que nous entendions, sur les tôles du toit, la pluie qui s'est mise à tomber, alors qu'en venant, nous n'avions détecté aucun signe d'une pluie prochaine. Ces temps-ci, avec tout ce que nous avons vécu, nous avons senti concrètement la présence de Dieu, de Marie et de son Fils et, aussi, la présence de Satan. Et nous avons découvert le monde occulte, qui se laisse difficilement étudier et alors, qu'on explique difficilement au monde rationnel.

Et les personnalités qui vivent en contact de ce monde, présentent une ambiguïté difficilement analysable. Sont-elles bonnes, sont-elles mauvaises, sont-elles neutres ? Selon une vision manichéenne, on pourrait les vouer tous au démon et à l'enfer, mais alors pourquoi sont-elles capables de penser le bien, vouloir neutraliser le mal et donner des conseils qu'un pasteur évangélique ne désavouerait-il pas ?
Le Seigneur parle de Benoît XVI dont la situation évoque les problèmes de l'Eglise et du monde.

Durant le message d'aujourd'hui, le Seigneur parlera de Benoît XVI en faisant allusion à une vision que Marie Rose a eue deux jours auparavant. Dans cette vision Benoît XVI est assailli par les francs-maçons qui prenaient toutes sortes de formes d'animaux, et il était bien en peine. Puis Marie Rose vit la Sainte Vierge assise avec, sur ses genoux, comme tenant l'enfant Jésus son Fils, Jean-Paul II, tandis que Benoît XVI était agenouillé et s'appuyait sur ses genoux, puis il s'est levé, est revenu pour appuyer son dos sur les pieds de la Vierge, faisant, ainsi, le tour de la Vierge mais ne se jette pas dans les mains de la Vierge sur ses genoux comme s'est placé Jean-Paul II.

Cette vision nous avait profondément émus, d'autant plus qu'elle venait au moment où le monde musulman s'en prenait au Pape pour son discours à l'université de Ratisbonne, et que nombre de gens, même des ecclésiastiques, comme l'Archevêque d'Alger et d'autres Hommes de l'Eglise, lui reprochaient d'avoir manqué de diplomatie, pour ne pas dire plus, dans ce qu'il avait dit. Il avait, pourtant, dit la vérité, une vérité dont le monde a besoin et de la façon qu'on ne devait pas lui reprocher, dans le cadre de l'université catholique de Ratisbonne. Comme dit l'Abbé LAURENTIN dans Chrétiens-Magazine du 15 octobre 2006, il faut croire que la diplomatie a un sens et un rôle à jouer pour pacifier le monde et l'Eglise, cependant les graves problèmes que pose certains principes du Coran appliqués à la lettre dans l'histoire sont des questions sur lesquelles il ne faut pas trop attendre pour nous donner des réponses éclairantes. Mais nous sommes loin du temps où un Léon XIII pouvait compter sur un Cardinal LAVIGERIE pour un " toast d'Alger " sur ces sortes de questions sensibles. A l'époque, il s'agissait d'une vérité pourtant importante de doctrine sociale, mais qui touchait la sensibilité très vive dans le monde chrétien français. Léon XIII en voyait la nécessité vitale et ne pouvait pas la dire sans qu'il y ait une tempête dans ce monde chrétien.

La tempête d'aujourd'hui s'abattait, non pas sur un bouclier humain que Benoît XVI devait avoir, mais sur lui-même, le Pasteur Suprême monté en première ligne. Dans la déclaration de regrets qu'il a dû faire le 18 septembre pour apaiser le monde musulman, il tient pourtant le cap de la vérité en invitant au dialogue franc et sincère, avec un grand respect réciproque et en disant ceci qui est très important : " Ce dialogue ne pourra faire l'économie des problèmes que pose le Coran sur la guerre sainte (Djihad) et d'autres problèmes qui ont si longtemps déchiré ou conquis l'Occident ".

Comme l'écrit si bien l'Abbé LAURENTIN dans le Chrétien-Magazine du 15 octobre, pour un islamiste, le Coran a été tout simplement dicté à Mahomet par l'ange Gabriel. Alors que l'on sait qu'il a été transmis oralement par Mahomet. Ce qui demanderait de la part des intellectuels musulmans une interprétation historique, exégétique ou herméneutique, comme les chrétiens l'ont fait de la Bible. Cela pourrait conduire à réfléchir " d'une manière ouverte sur la guerre sainte et la droit sacré de prescrire la mort au nom de Dieu ". Nous voyons bien que l'islam a intérêt, pour le bénéfice du monde, la part du sacré et la part de l'interprétation d'une critique compréhensive de ses sources.

Comme Benoît XVI, l'enseigne, il s'agit, ici, de la rencontre de l'illuminisme de la foi et de la raison que Dieu semble bien avoir programmé dans l'histoire de l'humanité dans les langues et les cultures de la Bible d'une manière qui n'est pas due au hasard. En excellent théologien il a posé, avec maestria, le problème de la théologie devant les blocages archaïques et les théories hasardeuses actuelles. Tous ces problèmes, reposant sur les différentes visions du monde, sur les philosophies premières comme on dit, les ontologies qui demandent un profond réexamen. Ce qui nous permet, même si Dieu est une réalité incomparable avec celle de l'homme, de pouvoir parler sur Lui de façon opératoire pour notre bénéfice. Ainsi, par son discours à Ratisbonne et son enseignement en général, Benoît XVI porte la lumière qui intéresse le dialogue entre les religions et donc la paix du monde, et, à l'intérieur de l'Église, qui éclaire les débats théologiques sur les vérités dogmatiques de la Sainte Trinité et par suite de la mariologie, l'Église et la liturgie.

Pendant que Benoît XVI allume le flambeau de la vérité, il s'attelle à la purification de l'Église en son sein, le clergé, évêques et prêtres. En même temps, il prend des mesures pratiques pour assainir l'idéal sacerdotal et la moralité de la hiérarchie et du clergé. Confronté à ce ménage intérieur de par sa fonction, il se trouve face au monde en danger de mondialisation païenne, face aux dangers menaçants. Il est clair que tout cela dépasse les forces humaines. Quelque correcte que soit la démarche de la raison dans la théologie, cette démarche est celle de l'homme, tentant d'en bas, de rejoindre le divin qui a fait signe de façon saisissable. Dans le monde et ses problèmes sociopolitiques, on peut dire de façon imagée, les écluses de la perversion se sont ouvertes de telle sorte que, ce n'est pas les bras ouverts de l'homme qui peut arrêter ce déluge du mal. Par exemple, il est des endroits où le pasteur, l'homme d'éthique, l'homme de vérité et de haute moralité, ne peut pas dire une vérité morale ou même philosophique, sans être poursuivi par la vindicte de l'opinion, formuler un commandement de Dieu sans être traduit au tribunal ; l'homosexualité, l'avortement, l'euthanasie, le darwinisme qui préfère descendre du singe que d'être créé par Dieu, étant devenus des droits inaliénables de l'homme.

Face à ce déluge moral qui noie le bien, le bon, le vrai, le beau, c'est la Vierge seule, la Toute-Puissance Suppliante depuis son " oui " à l'Annonciation, qui a le secret de la victoire et peut nous la donner, à nous de savoir nous adresser à elle par une profonde dévotion mariale puissante en son appui trinitaire, et de l'écouter quand elle nous parle, elle est toujours la même qu'à Cana dans le tour qu'elle fait actuellement dans le monde.

Le Seigneur -

La paix soit avec vous tous, mes amis, Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

Le Seigneur -

Mes amis, merci d'être venus à ma rencontre à travers la célébration de l'Eucharistie.
René, mon ami, je m'adresse à toi en tant que mon représentant, pour te dire que tu n'es pas en retard, mais tu ne fais que progresser chaque jour, et des portes qui mènent à la sainteté, chaque jour une nouvelle, s'ouvrent devant toi. Sache que tu vas de l'avant, tu ne recules pas. Tu crois que tu es en retard, je te le dis moi-même, le Fils de Celui qui Suis, que tu ne fais que progresser chaque jour et aider ton frère ainsi que ta sœur, Marie Blanche mon épouse et la petite Marie Rose qui est notre Rose à nous et à vous aussi.
René mon ami, ainsi que mon épouse Marie Blanche, je sais comment vous compatissez à cette douleur du Pape qui est si intense. Si Marie Rose a vu Jean-Paul II qui était sur les genoux de ma Mère, et Benoît XVI qui s'est appuyé sur les genoux de ma Mère, cela veut dire que Jean-Paul II a préparé le chemin, et Benoît XVI est en train de l'emprunter pour lutter contre les francs-maçons. Jean-Paul a préparé le chemin, et lui est censé l'emprunter pour neutraliser les ruses des francs-maçons, et révéler la gloire de Dieu mon Père sur la terre. Il est temps qu'il commence à sentir les séquelles de sa marche. Puisqu'il a emprunté cette voie qui le conduira au bout, mais il ne peut ni se retourner ni s'arrêter. Jean-Paul II a préparé la voie, c'est à lui maintenant de l'emprunter sans recul.

Concernant tout ce que tu m'as présenté, mon ami René ainsi que mon épouse Marie Blanche, qu'il en soit ainsi, mais je compte sur la foi de chacun de vous pour libérer toutes ces âmes. C'est à travers votre foi qu'elles seront toutes délivrées de la main de l'Ennemi et de la main de leurs ennemis à eux. Je te le répète, c'est par la foi de chacun de vous, toi mon ami René ainsi que mon épouse Marie Blanche, que toutes ces personnes que vous m'avez présentées seront libérées, délivrées de la main de l'Ennemi et de leurs ennemis, ainsi soit-il. Et qu'il en soit ainsi.
René mon ami, le Pape est souffrant, mais sachez que chaque jour, il puise ses ressources sur Jean-Paul II qui est toujours en train d'intercéder pour lui sans relâche. Et pour le moment, il s'est appuyé sur les genoux de ma Mère, mais quand il va encore progresser, il sera sur les mêmes genoux comme Jean-Paul II, mais il terminera la mission que Jean-Paul II n'a pas pu terminer, il ira jusqu'au bout et le trône des francs-maçons sera démoli au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, amen. Ah oui, je vous le répète, à la fin, il terrassera l'ennemi dont le trône sera démoli.

Mais sachez que les Francs-maçons entourent l'Eglise et ils sont en son sein, mais ils ne pourront rien contre mon Représentant Benoît XVI, lequel ira jusqu'au bout et leur trône sera démoli, leur trône sera démoli, leur trône sera démoli par la puissance de la main droite du Père et du Fils et du Saint Esprit.
Ma bénédiction aujourd'hui repose sur tout le monde entier, pour réveiller tous les cœurs qui dormaient. Au sein de chacun de vous est la chair du Père. Et puisque tout le monde, tout mon peuple s'est endormi à cause des souffrances et des épreuves, aujourd'hui, cette bénédiction en particulier repose sur tout le monde entier, sur tout ce que vous avez comme objets de piété. Et cette bénédiction réveillera vos esprits, purifiera les cœurs endurcis, renouvellera vos vies et tournera vos faces vers moi qui suis le Seigneur, le Fils de Celui qui Suis. Je ne suis pas la moitié de mon Père mais je suis comme mon Père. Vous ne terminerez pas la messe avant d'avoir une pluie de grâces, c'est une bénédiction que je vais vous donner qui lavera ce que vos ennemis ont souillé par leurs pratiques et nettoiera tout ce qui vous troublait. Pater et Filius et Spiritus Sanctus,

L'assistance -

Amen !

Commentaires de Marie Rose.

Marie Rose -

Aujourd'hui le Christ parlait doucement, il n'était pas du tout dans sa colère.
Marie Rose commençait ainsi à peine son commentaire que la pluie s'est mise à tomber et nous nous sommes écrié : Alléluia ! Et Marie Rose continue :
Nos ennemis ont immolé des animaux en sacrifices sanglants aux mauvais esprits contre nous. Le Seigneur est en train de laver tout cela et tout ce qui nous troublait par sa pluie de bénédiction. La lutte n'est pas terminée mais nous irons jusqu'au bout.

Concernant le Pape, il a dit qu'il n'est pas arrivé au stade de Jean-Paul II. Ce dernier a lutté pour préparer le chemin et le Pape doit le suivre. Il a pris la relève de Jean-Paul II, il lutte pour suivre la voie de Jean-Paul II et c'est difficile, et il ne peut pas reculer, il ne peut pas s'arrêter, il doit aller jusqu'au bout et il ira jusqu'au bout parce que Jean-Paul II est son appui. Mais il n'est pas aussi marial que Jean-Paul II, sur la voie mariale, il s'efforce en titubant. Et Jean-Paul redouble de prières pour qu'il prenne la route, et ce n'est pas facile pour lui, il balance et l'équilibre est difficile. C'est à travers la prière qu'il va se ressaisir. Sa puissance n'égale pas encore Jean-Paul II. Il est encore, tantôt agenouillé aux pieds de la Vierge, tantôt tournant autour d'elle tout en peine, au lieu de s'adresser à la Vierge pour lui demander de monter auprès de Jean-Paul II sur ses genoux, comme Jean-Paul II. Sa foi en la Vierge n'égale pas encore celle de Jean-Paul II, alors que la Vierge est le pilier de l'Eglise, la puissance de l'Eglise. L'Eglise, dit alors le Seigneur, doit prier pour lui pour qu'il ait la force de cette foi.
Concernant Monseigneur MILONGO, le démon disait le 16 juillet dernier en montrant la statue de MILONGO dans son royaume, qu'il avait acquis l'évêque d'une façon qui le satisfait, parce que même s'il retournait dans l'Eglise, il était devenu son agent qui allait lui gagner d'autres personnes, des ecclésiastiques qui voudraient penser comme lui.

Le Père GUIRMA -

Mais Monseigneur MILONGO est complètement perdu maintenant, il n'est plus dans l'Eglise, il est excommunié.

Marie Rose -

Ah oui ? mais ce qu'il y a c'est que Monseigneur MILONGO emporte avec lui, des choses et des secrets de l'Eglise qui vont servir à l'Adversaire à l'extérieur.

Père GUIRMA -

Effectivement, dans la quinzaine de jours passés, le souci du Pape dépassait le fait qu'il veuille combattre avec d'autres évêques pour des prêtres et des évêques mariés. Maintenant il est excommunié et s'agrège à la secte de Moon, il semblerait qu'il ordonne des évêques mariés et s'en prend à Rome qui l'aurait persécuté. Il profane ainsi, dans cette trahison, le pouvoir sacramentel que Paul VI, le 1er août 1969, lui avait donné à Kampala, terre des martyrs de l'Ouganda, en l'ordonnant évêque.
Il n'y a pas de doute que le cas de Monseigneur MILONGO est une grande douleur pour le Pape, une épreuve pour tout catholique, toute l'Eglise, une confusion pour les Noirs Africains et un avertissement pour toute personne spirituelle ayant un charisme ordinaire, diacre, prêtre, évêque ou un charisme extraordinaire ou les deux. Monseigneur Milongo avait les deux, et son renom à Rome était très grand, et il exerçait son charisme d'exorciste de façon peu commune. Des théologiens éminents l'avaient en grande estime.

Comment le démon a-t-il pu prendre une telle revanche sur un tel apôtre qui l'a souvent chassé ? Toujours est-il, que ses plaintes amères, contre Rome qui l'aurait persécuté, peuvent donner un indice de réflexion. Il n'est pas le premier que Rome a persécuté. Un cas célèbre est celui de Padre Pio qui a été odieusement persécuté pendant de longues années jusqu'en 1968, lorsque Paul VI l'a complètement libéré des tracasseries administratives. Son humilité, sa fidélité à l'Eglise et son obéissance ont transformé les persécutions en feu qui purifie l'or, selon l'image de saint Pierre. La Vierge de Yagma-Louda demande de rester fidèle aux Hommes de l'Eglise et de les respecter quoi qu'ils soient. L'humilité et la charité : amour de Dieu par dessus tout, amour et respect des autres. Rappelons-nous ce que le Seigneur nous a dit dans l'Evangile, à savoir, que d'autres diront : " Seigneur, nous avons fait des miracles, chassé des démons en ton nom ", et le Seigneur dira qu'il ne les connaît pas. Connaître le Seigneur c'est tâcher de comprendre que Dieu est Amour. Cet Amour n'est pas le sentiment narcissique d'un sujet clos sur lui-même, mais celui de Trois Personnes, la Sainte Trinité.

Marie Rose -

L'Eglise, dit la Vierge, doit redoubler sa puissance à travers le rosaire, l'Eglise doit faire une cure de rosaire. Le Christ demande que le Pape organise des veillées de prières dans toutes les Eglises, et que le Peuple de Dieu prie pour le Pape qui doit être fortifié contre les ruses des francs-maçons. Il a besoin de soutien du fait que les francs-maçons détiennent le monde. Ils sont les puissants de ce monde. Et si le Pape veut se fortifier et augmenter sa puissance, qu'il se confie avec ferveur à la Vierge, se confie, comme Jean-Paul II, à la Vierge et se fasse recevoir, comme lui, sur ses genoux, au lieu de s'agenouiller seulement à ses pieds. Avec Marie, sa Mère, le chemin de sa mission sera plus largement ouverte pour qu'il tienne le royaume de Dieu. Les difficultés actuelles dépassent les forces de l'homme. Il faut que le Pape fasse le pas vers la Vierge, s'il ne le fait pas, les francs-maçons ne vont pas dominer mais ils vont le secouer sérieusement.

**MESSAGES 2006(extraits)**

8 décembre 2006

La Dame du Ciel et son Fils nous visitent et nous parlent

Le 8, 11, 20 Décembre 2006,
Le 8 Décembre, Joie au Ciel aux couleurs de l'Immaculée Conception.
Le 11 Décembre, Regard du Seigneur
sur le Noir Burkina dit " Homme intègre "
Le 20 Décembre 2006 le Seigneur, après avoir donné son avertissement sur les drames de décembre 20-21, donne la paix à la voyante et à ses Parents conseillers à partager avec tout le monde.


Solennité du 8 décembre au Ciel.
Joie au Ciel.

A la suite de son commentaire, Marie Rose nous a décrit la fête de l'Immaculée Conception célébrée au Ciel.

Tout était à la couleur du jour même la Sainte Trinité. Et le cérémonial met la Vierge au centre.

Marie est ainsi honorée par tout le Ciel. Peut-il en être autrement ? Le Christ n'a-t-il pas dit : " J'adore mon Père et j'honore ma Mère " ? C'est un culte que nul autre n'a, ange ou saint. Aussi bien l'Eglise a-t-il voulu nous éclairer sur " nos devoirs envers celle qui, dans la Sainte Eglise, occupe la place la plus élevée, juste en dessous du Christ " L.G. n°54. Et la théophanie nous enseigne sur la Sainte Trinité par ses descriptions. Les théologiens nous disent dans les termes savants de circumincession, en latin, et périchorèse en grec, l'intériorité réciproque des trois Personnes de la Sainte Trinité, la circulation ou la communication éternelle et réciproque de vie et d'amour qui réalise l'unité parfaite de la Trinité dans l'égalité des personnes, et l'unité d'existence. " Le Père est en moi et moi dans le Père ", dit le Christ Jn 10,38. " Ne crois-tu pas que je suis dans le Père et le Père est en moi ? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même : mais le Père demeurant en moi fait ses œuvres. " Croyez-m'en, je suis dans le Père et le Père est en moi " Jn 14,10-11. Et ailleurs le Christ dit que l'Esprit est envoyé par le Père et par lui.
La théophanie de la vision parle de l'Esprit qui ressemble au Fils.

N'est-ce pas l'Esprit du Fils qui crie en nous Père ? Dans l'Esprit, nous montre la vision, il y a la face du Fils qui reflète celle du Père. Et dans le sein de l'Esprit Saint on voit Marie. Marie n'est-elle pas dite vase de l'Esprit Saint ? En réalité, c'est l'immensité de l'Esprit Saint qui l'a absorbée, aspirée. Marie est ainsi associée aux Personnes divines. Et l'on comprend qu'au IIième , Marie soit dite le " quatrième élément de la Tétrade divine ". C'est le Père Amorth, exorciste de Rome, qui le cite dans son livre " Un exorciste raconte ", présenté par le Père René Laurentin p. 26. Et ceux qui souhaiteraient approfondir le concept, il les renvoient aux deux tomes d'Emmanuel Testa : Maria, terra vergine (Jérusalem 1986). L'affirmation du IIième siècle rapporté par le Père Amorth fait penser à la vision mariologique que Maria Valtorta a eue en 1947 et que rapporte Gabriel M. Roschini O.s.m. dans son livre où il analyse la mariologie de la voyante. L'ange gardien de la voyante lui montra le triangle incandescent de la Sainte Trinité dans lequel est Marie.

Et la voix de l'Eternel lui dit : " C'est ainsi qu'est Marie en nous. Que les savants théologiens comprennent ce que cette vision veut dire, tout ce qui y est enfermé au sujet de la puissance et de la sagesse de Marie, à qui tout l'Amour se donne, toute la sagesse se révèle et tout le Pouvoir daigne se communiquer ". (La Vierge Marie dans l'œuvre de Maria Valtorta. p.82 Gabriel M. Roshini Editions M. Kolbe & Edizioni Pisani).

Marie Rose -


Voici le spectacle du Ciel que j'ai vu le jour de l'Immaculée Conception, le 8 décembre.

J'ai vu d'abord, apparaître le Christ et sa Mère. Un trône tout en or fut amené. Le Christ s'est assis. La Dame du Ciel était toute lumière. Et autour d'elle il y avait douze étoiles. Le Christ était tout en blanc et l'Immense Lumière est tout en blanc. Nos blancheurs terrestres sont grises, marron ou sales à côté de ces blancheurs célestes. Les blancheurs du Ciel sont très très claires, d'une transparence et d'un éclat qui fait larmoyer les yeux. Les anges aux aspects gros bébés ailés, entourent la Vierge. Ils portent autour des reins un linge blanc qui flotte en l'air et le vent ne l'arrache pas.

Ils viennent se prosterner devant la Vierge, sourient avec des rires joyeux d'enfants. Ils ouvrent leurs bouches mais on ne voit pas de dents. Ils honorent la Vierge en des révérences élégantes et de leurs instruments de musique qu'ils tiennent contre leurs joues (des violons vrai-semblablement), ils exécutent une musique sublime. Leurs archets quittent les cordes parce qu'ils sont en train de faire une révérence à la Reine du Ciel. Ils honorent ainsi la Vierge.

Et, en haut, il y avait des anges autour. Puis ces anges disparaissent. Et j'ai vu le Christ à côté de l'Immense Lumière, l'Esprit qui ressemble au Fils. Et, en lui, il y a la face du Fils qui reflète la face du Père, donc un vieux et un jeune, et, en même temps en son sein, la Vierge Ma-rie, Reine Immaculée debout. La Vierge Marie est dans le sein de l'Esprit. Et l'Esprit Saint et la Vierge sont l'image l'un de l'autre. Quand cela a disparu, l'Immense Lumière a dessiné une croix dans laquelle est le Père. Et l'on a vu les anges qui tenaient les bras du Père. En l'Esprit, la face du Père a reflété en une face de Vieux qui regarde avec des yeux de bébé. Dans le Fils on voit la face du Père mais pas de l'Esprit, mais dans l'Esprit qui est Don du Père et Don du Fils, on voit la face des deux autres Personnes et la Vierge Marie en son sein. Et ce que j'ai remarqué en ce jour de l'Immaculée, tout était en blanc, les anges militaires, les anges musiciens, les saints, tout le monde avait la couleur du jour : le blanc et il n'y a pas de moment où la Vierge n'était pas honorée. Dieu est adoré et la Vierge est honorée.

Quand j'ai parlé de vous (le Père conseiller), la Vierge Marie a montré les cieux du doigt, a avancé un pied et a dit : " Croyez en Celui qui m'envoie vous visiter chaque jour, ayez confiance en lui, à travers la confiance que chacun de vous mettra en moi et vous serez sauvés, les vœux de chacun seront exaucés. Vous voyez, Père conseiller, le Christ est venu lui-même donner une réponse à vos préoccupations. Vous voyez comme le Christ vous aime, si c'est moi qui lui fais la demande il ne vient pas, il me dit que je le vois déjà chaque jour et c'est beaucoup. Je ne peux pas percer son mystère. Et le Christ a dit que vous n'êtes pas en retard parce que nos jours au Ciel sont comptés comme étant des années. Chaque jour est une année au Ciel, c'est pourquoi vous n'êtes pas en retard dans vos écrits. Le Fils de l'Homme avance chaque jour, mais il n'a même pas encore atteint la moitié du trajet. Il veut venir purifier la terre, il a franchi la porte du Ciel et avance pas à pas avec toute sa gloire, mais il n'a pas encore atteint la moitié du trajet.

**MESSAGES 2006(extraits)**

11 Décembre 2006

paysage(alt)

Tâmpùì, lundi 11 décembre 2006.

Visite et message surprise de fin d'année à une saine petite civilisation à l'intention du monde entier.

La visite du Christ et de sa Mère aujourd'hui est une visite surprise spéciale de fin d'année à Marie Rose et à ses Parents conseillers. Depuis un bon temps, il leur a littéralement été impossible de se rencontrer et d'avoir cette rencontre que les Visiteurs célestes leur accordent à chaque messe qu'ils ont ensemble. Le Seigneur a fait savoir que c'est lui qui a permis les choses comme cela pour alléger le rythme du travail du Père conseiller. Et c'est le Christ aujourd'hui qui prend la parole.
Son message semble bien être un message de fin d'année, une anamnèse, un rappel du dessein de leurs visites dans le Burkina appelé autrefois la Haute-Volta, envoyés qu'ils sont par le Père pour déverser " les grâces de la dernière minute ", le Père qui veut être spécialement à Yagma où Il donne rendez-vous au monde.

Il donne les raisons du choix de ce pays : son regard s'est arrêté sur " le pays des sages ", dit-il, le pays des " hommes intègres ". La Révolution burkinabè a mis dans ses slogans, pour se valoriser et courtiser la mémoire du peuple, les termes " hommes intègres " pour traduire celui de " burkina ", pluriel " burkîmba ", termes mossi qui désignent les citoyens du " Burkîndlum ". Les termes " Hommes intègres " du message visent le projet de civilisation dont le peuple du Burkina est l'héritier dans sa mémoire historique et sociale qu'il devrait faire revivre.

L'éthique ou la morale étant comme le levier ou la source des valeurs humaines d'une civilisation, la Mère du Seigneur se dit Reine du " burkîndi ". Le " burkîndi " est, chez les Mossi, la vertu globale qui incarne les valeurs morales et humaines du par-fait sujet de la civilisation du " Burkîndlum ". Toute civilisation, on le voit alors, a sa vertu par excellence qui incarne son parfait sujet, son " burkîndi " en quoi elle veut reconnaître son excellence humaine. La Vierge se dit Reine du " burkîndi ", mettant ainsi l'accent sur les valeurs éthiques et morales de la civilisation mossi. Elle se dit Reine de tout " burkîndi " faisant ainsi appel aux valeurs spirituelles, morales et humaines que toute civilisation doit viser pour sa dignité humaine. Dans les valeurs positives de toute civilisation humaine, il y a eu une rencontre de l'Esprit de Dieu et de l'esprit des hommes.

Au moment où la civilisation occidentale chrétienne apostasie et tourne le dos à Dieu pour sombrer dans la chair pervertie et le monde matériel qui passe, on comprend que le regard de Dieu prête attention à cette civilisation du " burkîndi ", si humble et petite soit-elle, en ce qu'elle a de sain.

A qui le message s'adresse-t-il ?

Aussi bien le message s'adresse à toutes les autorités du Burkina, à tous les " burkîmba - hommes intègres " du pays et à toute l'Eglise. Et le message reprend le message biblique connu de toutes les religions, l'amour du prochain et le bannissement de la haine qui ne peut pas conduire à Dieu le seul salut du monde. Le message demande de ne pas avoir d' ennemis. Le message demanderait à tout le monde, de méditer profondément en cette fin d'année, seuil de l'année qui vient. Pour qui connaît le pays et y vit, la situation, malgré le calme que le Seigneur nous donne, ne manque pas d'être préoccupante. La sécurité cent pour cent n'est pas garantie. La situation sociale : emplois, santé, justice dans la domination des nouveaux riches est plutôt effrayante pour l'œil lucide. Un des problèmes qui marquent l'actualité et donnent des sujets aux journaux, est " l'affaire Norbert Zongo ". Il n'y aurait pas eu d'affaire Norbert Zongo si les mes-sages de la Dame du Ciel avaient été accueillis et écoutés par tous les intermédiaires choisis par le Ciel et les autorités à qui ils étaient destinés. C'est en toute assurance que je l'affirme en tant qu'ancien de Ouagadougou.

D'un côté, l'affaire Norbert Zongo est un étendard pour la demande d'une justice vengeresse, un étendard tenu par des personnes qui sont aveugles sur les vraies solutions, d'un autre côté, l'autorité ferme les yeux sur les vraies lumières qu'il lui faudrait pour la meilleure conduite du pays. Tout cela rend l'horizon ténébreux et féroce. Pourtant, les autorités civiles, religieuses, coutumières peuvent avoir la clé d'une situation de justice et de paix sou-haitable pour tout le monde. Et les autorités catholiques ont un trésor très incomplètement utilisé dans les encycliques des papes.

Ces encycliques, il faut savoir les lire indépendamment de tout a priori idéologique ou partisan.
Le message s'adresse aux Parents conseillers de la voyante, et, par-delà eux, à des particuliers et à tous.

Certains points des messages particuliers comportent des enseignements très utiles pour notre connaissance de la Sainte Trinité et notre vie spirituelle et des lumières sur l'impact du monde invisible dans notre monde présent Et ces lumières nous montrent nettement l'importance de la vie future qui dépasse celle de la vie présente qui passe incessamment pour se perdre à jamais et l'attitude de Dieu qui est toujours fidèle à lui-même dans son commandement d'amour et sa miséricorde.

La révélation du secret caché de la famille Guirma donne une lumière particulière sur cela.

Le Seigneur -
Ma paix, ma miséricorde et ma grâce infinie reposent sur vous tous,
L'assistance -
Amen !
Le Seigneur -
Ainsi dit, mon ami René Bélemsìda, je te rappelle mon ami Constantin Guirma qui a eu à commencer l'œuvre avant toi, pour revenir sur le passé.
Dieu mon Père a dit : " A la fin des temps, j'enverrai mon secours de la dernière minute pour sauver mon peuple ". Du haut de mes nues je me suis penché, je n'ai vu que l'Homme Noir, l'Homme intègre - le Burkina - qui soit resté fidèle à moi qui suis son Créateur. Voilà pourquoi il décida que toutes les grâces qui représentent son secours de la dernière minute à la fin des temps, il les déverse dans le pays de " l'Homme intègre " - le Burkina - ". Ceci dit, en bref, mon ami René Bélemsìda, pour que tu saches que tu n'es toujours pas en retard. Dieu, mon Père, tient toujours à sa promesse faite à son peuple. Et que le monde le veuille ou pas, les dernières grâces recherchées par les sages, la doctrine que cherchent les sages les théologiens, tous tourneront leurs faces vers ce pays nommé autrefois la Haute-Volta, pays des hommes sages, pays des hommes intègres - burkîmba -, parce qu'ici réside le secours de la dernière minute.

Tout homme " qui vit et qui respire avec le nez " voudra connaître ce pays jusqu'à la fin des temps. Mais le message que je lance à tous les " hommes intègres - burkîmba - " de ce pays, à mon Eglise tout entière, à toutes les autorités de ce pays est que je leur demande de suivre mon commandement qui dit : " Aime ton prochain comme toi-même, ne juge pas et tu ne seras pas jugé ". C'est en aimant vos ennemis que vous pourrez les conduire à moi, non pas dans la haine. A travers la haine, vous ne pourrez jamais convertir l'homme. Ne jugez pas et en aucun cas aucun de vous ne sera jugé. Je reviens suivre mes paroles données à mon peuple : mes commandements : " aime ton prochain comme toi-même ". Ainsi, tu pourras aimer ton ennemi tel qu'il est. Si vous suivez mes commandements, vous ne devez plus avoir d'ennemis.
… … …
Ainsi que pour les autres, mon ami Bélemsìda René, je te demande de leur dire que seule ma Mère possède la clé du Ciel. Tu leur diras, à chacun, que ma Mère est la clé de la porte du Ciel. Qu'elles mettent toute leur confiance en elle et tous leurs vœux seront exaucés, au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit,
L'assistance -
Amen !
Le Seigneur -
Et le Fils n'est nul autre que moi-même qui vous parle actuellement.
A toi mon épouse Blanche, sache que lors de ma mort sur ma croix que j'ai portée jus-qu'au mont Golgotha, j'ai été dépouillé de tout. Ma dignité a été bafouée aux yeux de ce monde, mais je n'ai rien dit. Accepte ce silence actuellement et tu sauras que tu es vraiment protégée par ton Epoux qui n'est nul autre que le Seigneur, le Roi des rois, et que le monde veuille ou pas, tu es l'épouse du Roi des rois et tu le demeureras pour toujours, même si on ne veut pas te croire, on te croira un jour ou l'autre. Mais accepte d'être dépouillée de tout afin que ma volonté se fasse en toi. Mais rien n'est perdu puisque tu n'as pas encore atteint le genre d'épreuve de Job, et je ne permettrai pas cela. A cause de tes prières que tu m'adresses chaque jour, je ne permettrai pas un jour que la situation de Job arrive à tes frères que tu me confies chaque jour, tes frères que tu chéris chaque jour dans le silence de ton cœur.

En religieuse tu les aimes d'un amour profond mais tu ne le manifestes pas. Aujourd'hui je le dis et je le manifeste en présence de ton frère, pour qu'il sache que tu les aimes comme toi
L'assistance -
Amen !
Le Seigneur -
Et ce Fils n'est nul autre que ton Epoux que toi tu chéris aussi, chaque jour, comme si j'étais ton frère, puisque tu chéris tes frères, tu me chéris aussi, moi étant ton Epoux, mais dans le silence de ton cœur. L'Epoux que tu as tant aimé des années et des années, te dis merci, continue car ta récompense sera grande au Ciel. Le sais-tu, mon épouse ? Tu as préparé des milliers et des milliers de champs de roses qui sauveront tous tes frères qui sont dans l'Eglise, tes sœurs, tes neveux, tes nièces, tes cousins, tes cousines, tu as préparé plusieurs champs de roses pour tout ce monde fou que tu ne vois pas. Tu me les présentes, c'est bien vrai, mais moi, tes rosaires de cha-que jour qui me parviennent à travers ma Mère et que moi-même, à mon tour, je présente au Père sont devenus dans le Ciel des milliers et des milliers de champs de roses qui pourront sauver même tes ennemis.

Ici le Seigneur donne un message sur la famille Guirma.
… …
A ton tour, mon ami René Bélemsìda, puisque tu as conscience du Père qui t'habite cha-que jour, n'aie pas peur, et tout ce que tu as dans ton cœur, confie-le à mon Père sans hésiter, sans arrière-pensée. Crois en Lui comme les enfants croient au Père Noël. Dis-Lui : " Père, je me couche, j'ai besoin de telle, telle chose, je l'attends, j'espère qu'à mon réveil, je le verrai à mon chevet. " Essaie de faire comme les enfants à Noël et tu verras que mon Père t'aime tant que tu ne puis le comprendre. Et il voudrait qu'à travers tout ce que tu décortiques dans ton cœur, tu puis-ses le révéler aux autres confrères ainsi qu'à toute l'Eglise qui est le Corps dont je suis la Tête. Je suis la Tête de l'Eglise. A mon ami Bélemsìda, je te le dis, n'aie pas peur, mon Père est avec toi. Et là où il y a le Père, il y a le Fils. Et là où il y a le Père et le Fils, l'Esprit y est qui n'est nul autre que l'image de ma Mère Reine Immaculée dont l'Eglise vient de célébrer la fête il y a quel-ques jours. Et l'Eglise n'est nul autre que moi-même qui suis sa Tête.
L'heure de mon ami Constantin n'est pas encore venue. Mais sachez que les jours chez vous, sont comptés comme des années au Ciel. Donc les années passent chez nous comme vos jours. Il ne partira pas sans avoir accompli tout ce qu'il a à accomplir afin que ma gloire règne sur la terre.<table>

Ce que Marie Rose avait à dire n'allait pas dépasser ce que je t'ai dit parce que c'est le même Esprit qui allait l'inspirer. Et ce même Esprit qui vient du Père et du Fils, le Fils qui n'est nul autre que celui que tu entends actuellement, qui te parle.

Donc c'est son Esprit qui parle à travers Marie Rose afin que ton esprit retrouve la tranquillité la plus parfaite, afin que tu recommences à œuvrer pour que ma gloire règne sur la terre. En vérité, en vérité, en vérité, je ne suis nul autre que le Sauveur, celui qui viendra bientôt encore sur cette terre à travers la célébration de la messe de minuit au cours des fêtes de Noël, pour encore purifier les cœurs et les âmes, et les tourner vers Dieu mon Père, ainsi soit-il.
A nous revoir bientôt comme je reviendrai bientôt. Et soyez prudents car l'ennemi rôde, mais il ne pourra rien contre vous, soyez prudents, autour de vous l'ennemi rôde, il rôde chaque jour autour de vous, à travers votre entourage il lutte mais il ne pourra rien, mais soyez prudents. Soyez prudents, soyez prudents, soyez prudents.
Pater et Filius et Spiritus Sanctus,
L'assistance -
Amen !
Commentaires de Marie Rose.

Marie Rose s'adressant à ses Parents conseillers -
Quand Christ vient, on dirait qu'on devient petit. Il a longuement parlé. Il s'est approché et nous parlait tout naturellement, il est descendu sur l'autel, puis, il s'est encore approché et nous parlait comme je vous parle. Et on ne peut pas expliquer sa puissance divine. Quand il arrive, je vois sa puissance qui l'entoure comme un courant magnétique, et qu'il retient. Quand il a ouvert le cercle de cette puissance, lors de sa bénédiction, la lumière a jailli et nous a inondés.
Il disait que vous vous demandiez comment j'allais faire pour vous expliquer les messa-ges pour que je puisse m'adresser à la famille. Il répond en disant que c'est lui-même et sa Mère qui m'ont parlé. Sa Mère n'est nul autre que l'image de l'Esprit Saint, qui est le Don du Fils et du Père. Alors pourquoi, lui-même ne reviendrait-il pas vous redire le message pour que vous le re-ceviez, au lieu de l'Esprit qui l'a inspiré quand je parlais ? C'est lui qui envoie l'Esprit nous ins-pirer à travers sa Mère, nous dire tout, nous parler, lui-même peut venir nous parler pour que nous sachions que c'est le même Esprit, que son Père et lui envoient nous parler en Marie qui est l'image de l'Esprit Saint. Il voudrait effacer tout le trouble qui agite votre esprit au sujet du mes-sage à X et Z.

Il a donné toute la réponse et vous n'aviez pas à avoir peur que ce même Esprit ne revienne pas. Celui qui envoie l'Esprit s'est présenté lui-même pour que vous soyez tranquille et que votre esprit se repose en paix afin que puissiez continuer l'œuvre de la mission afin que sa gloire soit révélée sur la terre.
Il a dit qu'entre temps, vous étiez tous secoués au sujet de Monseigneur en ayant peur que ce serait son heure qui s'annonçait. Mais non, son heure n'est pas encore venue car il a beaucoup de choses encore à accomplir. Quand son heure viendra, vous le saurez.

Il s'est adressé longuement à ma Sœur conseillère, la Sœur Marie Blanche qui garde se-crètement en elle, l'amour pur de Dieu pour son Eglise, la jeunesse et, en particulier, pour sa fa-mille qu'elle couve précieusement. Le Christ a dit que Tante Sœur aime sa famille d'un amour pur qui n'est pas comme l'amour de ce monde. Elle aime ses frères, en quelque sorte, comme elle voit le Christ son Epoux. Elle regarde surtout les prêtres comme le Christ. Même si des fois il y a des mésententes, le fait qu'ils représentent le Fils sur terre, leur manquer du respect ce serait comme manquer du respect au Christ son Epoux. Cet amour est caché en elle. Le Christ le révèle aujourd'hui pour qu'elle sache que tout ce qu'elle a dans son cœur, qui peut le savoir sinon le Seigneur ? Donc, dit le Christ, qu'elle ait confiance, tout ce qu'elle lui adresse, tous ses vœux seront exaucés. Mais il faut se souvenir que c'est la Maman du Ciel qui est la clé de la porte du Ciel, il faut revenir à la Maman chaque jour, d'autant plus qu'elle a été consacrée à l'Immaculée Conception.

Le Christ a parlé de vous, Père conseiller, en vous disant d'avoir confiance en le Père. Le Christ dit que vous avez la grâce d'avoir le Père. En vous couchant vous dîtes : " Père, je me couche en te disant j'ai besoin de ceci et de cela. Comme à Noël les enfants se réveillent et trou-vent leurs cadeaux, que je retrouve ce que je désire à mon chevet ". Il vous demande d'avoir un cœur d'enfant et dire que ce que vous avez demandé avec un cœur d'enfant, à votre réveil, vous l'aurez. Si vous avez un problème sérieux, vous l'exposez avec la simplicité et la foi d'un enfant au Père. Par cela vous ouvrez une porte qui mène à la sainteté. Avec un cœur d'enfant, tout ce que vous voulez, vous l'aurez.
… … …

**MESSAGES 2006(extraits)**

20 Décembre 2006

Mont des oliviers(alt)



La paix du Seigneur à la veille des troubles du 20-21 décembre 2006 à Ouagadougou.

Dans la matinée, je devais prendre l'avion pour rejoindre, à Abidjan, la Fraternité Saint Dominique, mon couvent pour la visite canonique du Père Provincial venu de Paris. Après la visite il devait y avoir des journées de rencontres au Centre Dominicain de Théologie et de Développement. Les échanges naturellement devaient porter sur l'évangélisation confrontée au développement et à la culture. Dans ces journées d'études j'aurais pu apporter mon point de vue. Mais je ne m'y étais pas préparé et ma vision des choses au point de vue anthropologique, philosophique et spirituel ne me permettait pas d'entrer dans le débat. Par exemple, le milieu serait tout à fait allergique à un point de vue de la Vierge des apparitions sur le point névralgique de l'évangélisation de la culture. Et il n'aurait pas la patience d'en écouter les motivations, telle-ment est forte une certaine idéologie rationaliste. Ce fut au Provincial seul qu'officiellement, j'ai exposé ma mission sur les apparitions et les messages. Et il m'a avoué que c'est un terrain qui ne lui est pas du tout habituel. Mais il m'a semblé attentif et respectueux. Mon milieu dominicain m'est ouvert et affectueux, mais au point de vue de la foi nous sommes quelque peu étrangers et je puis sembler étrange et sauvage aux yeux de plus d'un. Le Seigneur me demande de les recevoir comme ils sont et de leur partager la paix qui vient de lui et de sa Mère par le sourire, même si bien des choses peuvent me déplaire.

Je prenais l'avion en fin de matinée avec une certaine anxiété. Une certaine anxiété pas une anxiété proprement dite puisque le Seigneur nous rassurait. Le Seigneur en ces jours avait remis un message à remettre à l'Archevêque concernant le pays. Il demandait des prières à tous les croyants de toutes religions, et particulièrement une cure de rosaire et la consécration de l'Armée et du pays au Sacré-Cœur de Jésus parce qu'un danger menace le Burkina en ce mois de décembre. J'étais quelque peu rassuré du fait que les prières étaient recommandées dans les églises. Les autres religions n'avaient pas été invitées, mais si déjà dans l'Eglise les prières se font, si le drame se produit, il sera au moins atténué. Je débarquai au couvent à Abidjan et voilà que le lendemain matin la nouvelle éclatait dans l'actualité qu'il y a eu à Ouagadougou un affronte-ment sanglant entre des éléments de l'Armée et la police. Un affrontement qui a fait des victimes limitées, a perturbé la ville et, plus tard semblait vouloir gagner d'autres localités du pays. Dieu merci, les problèmes ont pu trouver une solution, mais ils confirment aux yeux des esprits lucides les graves maladies sociopolitiques de la Nation et l'importance stratégique de l'Armée qui reste un corps constitué de l'Etat qui est comme une colonne. Sa corruption est catastrophique.

Alors l'on comprend que le Ciel depuis des années demande sa consécration. Cependant la situation du pays est telle que seule Dieu peut la sauver après toutes les occasions manquées de son histoire passée. Le Seigneur a choisi de sauver et de résider dans ce pays. Comment le fera-t-il en cette situation si socialement et politiquement malade ? Cela est son mystère.

Toujours est-il que le Seigneur nous accorde sa paix malgré le message d'avertissement qu'il nous a donné pour le pays, et me demande de partager cette paix à ceux qui voyageront avec moi et à mes Frères religieux du Couvent d'Abidjan.

Le Seigneur -
La paix soit avec vous, mes amis, Pater et Filius et Spiritus Sanctus,
L'assistance -
Amen !
Le Seigneur -

Ainsi dit, mon ami et mon représentant René Bélemsìda Guirma, cette paix que je t'apporte est pour que tu la partages à tous tes confrères et en particulier à ton supérieur que tu rencontrera bientôt. Car cette paix ne t'appartient pas à toi seul ni à mon épouse Marie Blanche ni à Marie Rose seule aussi. Cette paix vous devez la partager, car elle fait partie aussi de la mis-sion. Vous ne pouvez pas remplir la mission sans avoir la paix intérieure, la paix du cœur avant, afin que l'Esprit puisse se manifester chaque jour en vous.

Sans la paix intérieure, mon ami, sache que mon Esprit ne peut pas se manifester. Ceci pour te dire, mon ami René Bélemsìda, toi mon représentant, ainsi que toi mon épouse Marie Blanche, comme l'a dit autrefois ma Mère, au cours de ses messages, si un lion se convertit, priez toujours pour lui, car un jour ou l'autre il sera tenté encore de retourner sur ses mêmes erreurs en offensant le faible.

Mais sachez que ceux qui ne se sont toujours pas convertis sont sur le chemin. Mais eux ont la grâce d'être sauvés plutôt que ceux qui se convertissent qui retombent dans leur péché, qui le savent et qui font semblant.

Ceci pour te dire, mon ami, d'accepter tes confrères tels qu'ils sont car l'heure n'est pas encore venue pour eux de se vouer à ce que toi tu crois.

Sois dévoué et ne crains pas, car plus tard tu sauras que mon heure n'était pas encore arrivée. Mais j'aimerais que tu fasses savoir à mon peuple que tous ceux qui connaissent mes commandements et qui font semblant et qui retombent dans les mêmes erreurs, eux, aux yeux de mon Père, me rendent triste. Alors que sur ceux qui ne savent pas ce qu'ils font la miséricorde du Père repose chaque jour. Mais Il n'est pas content de ceux qui font semblant.

Mon heure s'annonce chaque jour. Concernant la mission, concernant tout ce que tu viens de me confier, ainsi que les confidences quotidiennes de mon épouse Marie Blanche, j'ai l'œil fixé sur vous, et je suis toujours à votre écoute. Mais comme ma Mère l'a dit lors du mariage de Cana, faîtes ce que je vous dis de faire et attendez mon heure. Je me mets à la place de ma Mère pour vous le répéter aujourd'hui.

Faîtes ce que je vous dis de faire, mais attendez mon heure. Si mon heure arrive, c'est comme si mon règne venait de descendre sur terre.
Ainsi dit, mon ami René, cette année sera encore une année spirituelle de purification, d'amour, de paix mais pleine d'épreuves. Pas pour vous, pas pour tous mes élus répandus dans ce monde, parlant diverses langues et répartis sur plusieurs ethnies, mais, l'Église sera éprouvée jusqu'en son sein, parce que la purification commencera d'abord dans l'Église.

Il faut que je re-vienne purifier la face de mon Église afin que mon peuple retrouve sa vraie face à travers elle. Il faut que je revienne purifier la face de mon Église afin que mon peuple retrouve ma face en elle. Il faut que je revienne purifier la face de mon Église, afin que mon peuple retrouve ma face en elle.
Ainsi dit, mon épouse Blanche, sache que tu sauves beaucoup d'âmes que tu ne vois pas.

Tu souffres avec les opprimés, les orphelins, les minables, les faibles puisque tout ce que je récite fait partie de la vie de tout jeune. Il y a des opprimés, des orphelins. Et tu portes tous les jours leur charge comme fardeau sur ton dos en communion, chaque jour, spirituellement avec eux tous. O Blanche, mon épouse, si tu savais combien de milliers et de milliers de champs de roses tu prépares pour mon peuple, en particulier la jeunesse ainsi que ta famille et même pour l'Eglise. Si tu voyais ces milliers de champs de roses, elles dépassent ce monde. Ces places dépassent vraiment ce monde. Tu les prépares chaque jour pour sauver tant de milliers et des milliers de gens qui forment mon peuple. Blanche, réjouis-toi car tes prières de chaque jour ornent la maison de l'Eternel le Père.

Tes prières de chaque jour renouvellent tant de vie et tant d'âmes que toi tu ne connais pas. Tes prières de chaque jour réveillent petit à petit l'Eglise comme un feu qui était éteint et qui commence à se rallumer. Par tes prières de chaque jour, c'est comme si tu donnais du souffle à ce feu éteint qui commence à se rallumer. Donc, sache que tes prières portent chaque jour du fruit.

René mon ami, j'aimerais qu'à la rencontre avec tes confrères, tu leur donne le sourire de ma Mère. Accueille-les chaque jour par le sourire. Et sache que c'est ma Mère qui m'envoie te le dire. De ne pas croire qu'en partant, elle qui ne t'a pas parlé ne t'aime pas. Elle a dit un mot pour toi. C'est à travers le sourire que tu partageras ce que tu as aux autres. Car dans le sourire, je m'y trouve. Et tu sais que là où il y a ma Mère, il y a l'Esprit, et à travers le sourire que l'Esprit de-mande d'accorder aux autres, c'est comme si tu leur révélais ce qu'est l'Esprit Saint. Et c'est à travers le sourire que tu vaincras le mal pour toujours. Ainsi dit, ma Mère te demande, mon ami, que même si on n'est pas content, on peut s'efforcer de sourire pour Dieu, non pas pour nous-même, mais pour Dieu et pour notre prochain.

Tel est le message que ma Mère m'a demandé de te transmettre. N'aies pas peur car tu es habité par Dieu mon Père Lui-même ainsi que moi-même le Fils et ma Mère a fait de se genoux ton coussin. Chaque jour, tu crois que tu te couches et tu t'adosses sur tes coussins, mais c'est sur les genoux de ma Mère que tu t'adosses chaque jour sans le savoir. C'est elle qui m'a permis en ce jour béni et choisi de Dieu le Père, de te le dire. Et qu'il en soit ainsi pour toujours jusqu' la fin des temps et jusqu'à mon retour sur cette terre. Car ton appui vient toujours de ma Mère.

A toi Marie Blanche mon épouse, sache que moi aussi, j'ai fait de mon épaule droite ton appui. Si bien que quand je tombais, lors du chemin de croix, quand je portais ma croix, sache que mon épaule a été blessée par la croix qui était si lourde. Et comme tu t'adosses toujours à cette même épaule qui est blessée, c'est pour cela que tu sens toujours les séquelles de cette souffrance. Tu communies aussi à mes souffrances puisque c'est moi qui fais vivre la jeunesse.

C'est pour cela j'ai fait de mon épaule droite ton appui. Alors, accepte des fois, de sentir ces séquelles des douleurs de mon épaule sans rien dire. Car tu prépares le Ciel pour des milliers et des milliers d'âmes souffrantes.
En ce jour béni et choisi de Dieu le Père, je vous demande un temps de silence et dîtes-moi tout ce que vous voulez et je vous l'accorderai à la fin, à travers ma bénédiction, et qu'il en soit ainsi.
Pater et Filius et Spiritus Sanctus,
L'assistance -
Amen !
Commentaires de Marie Rose.

Marie Rose -
Les habits du Seigneur brillaient comme de l'or et tout avait la couleur dorée. Le Christ était habillé en Christ Roi. Ses habits descendaient jusqu'à ses pieds. Et le Christ, quand il nous demandé de lui dire tout ce que nous voulons, il s'est assis sur son trône et sa Mère à côté de lui tenant un sceptre. Et quand le Christ voulait s'avancer pour parler, sa mère lui a tendu le sceptre et il s'est approcher pour vous parler. Il était debout à côté de sa Mère pour nous adresser la pa-role. Et la Vierge a tendu le sceptre pour lui demander de nous dire ce qu'elle veut nous dire, en particulier que mon Père conseiller sache que si elle ne m'a pas adressé la parole, ce n'est pas parce qu'elle ne serait pas contente de lui, elle est toujours avec lui. Et le Christ lui fait savoir que, durant son sommeil, sans qu'il sache sa Mère a fait de ses genoux son coussin. Et le Christ lui dit encore qu'il croit que c'est seulement Dieu le Père qui est avec lui. Il doit savoir que d'abord l'Esprit Saint est avec lui et c'est à cause de cela que le Père Lui-même est venu.

Alors son coussin est l'Esprit Saint et l'Esprit Saint étant avec la Vierge, il a sans le savoir sa tête sur les genoux de Marie qui remplace ainsi sa maman Hélène. Alors mon Père conseiller, quand cha-que jour il parle avec le Père, pense que c'est le Père seul qui l'écoute, alors que sa Mère est là aussi et l'écoute. Et c'est grâce à l'appui de la Vierge qu'il découvre chaque jour Dieu le Père parce qu'elle est la source de toute grâce divine. C'est elle qui, intérieurement, éclaire sa spiritualité. Donc mon Père conseiller n'est pas loin d'elle. Qu'il ne craigne pas. Et arrivé au couvent, même s'il n'est pas content, qu'il s'efforce de sourire pour elle et pour autrui, son sourire est spi-rituel et le Seigneur passera par ce sourire pour leur sourire. On doit faire attention avec un ancien converti. Mais les confrères de mon Père conseiller sont encore dans l'ignorance. A cause de leur ignorance, ils sont sans faute. Lorsqu'ils sauront que la mission est vraie et qu'ils se conduiront encore négativement à son égard, là le Seigneur ne sera pas content d'eux. Pour le moment ils s'efforcent pour savoir ce qui se passe, pourquoi il s'est engagé dans une telle histoire environnée de rumeurs. Ils se disent que peut-être il y a une bonne chose mais il y a beaucoup de rumeurs.

Alors, ils ne se possèdent pas, ils sont déséquilibrés et ils balancent. De sorte que lors-qu'ils le voient, ils sont contents mais ils se retiennent. Ils ont le charisme ordinaire mais une pro-fonde spiritualité partant d'une foi plus profonde leur manque. Leur spiritualité est partielle et celle de mon Père conseiller est totale. Alors il faut les accepter tels qu'ils sont.
Le peuple prie beaucoup pour l'Eglise et il faut que le Seigneur se manifeste. Alors il faut qu'il purifie la face de l'Eglise afin qu'elle le reflète. Le Seigneur va tendre la main vers l'autre moitié de l'Eglise prise en otage pour la sauver.
Et le Christ a dit à propos de ma Sœur conseillère que, sur le chemin de croix, lorsqu'il tombait, son épaule a été blessée. Et c'est par la croix qu'il porte la jeunesse et l'Eglise. La Sœur, en le suivant porte les séquelles de l'épaule blessée par la croix. Alors la Sœur, sans le savoir souffre avec le monde sans le savoir, elle souffre avec la jeunesse, avec l'Eglise. Qu'elle ne craigne pas, elle est accoudée à l'épaule du Seigneur, et c'est la raison pour laquelle elle sent la souffrance.

Il était beau le Christ aujourd'hui. Il est apparu avec un majestueux trône en or. Dans tous leurs gestes, le Christ et sa Mère montrent qu'il y a un grand respect entre eux, et la Mère adore son Fils. Et comme ce qu'elle fait, l'Esprit qui intimement lié à elle le fait, par le fait qu'elle adore le Seigneur, l'Esprit adore le Seigneur.
Le Christ a dit qu'il bénit le voyage de mon Père conseiller et qu'il partage sa bénédiction avec tous les passagers à travers sa présence dans l'avion.

**MESSAGES 2006(extraits)**